Gap – Angers (Ligue Magnus, 18e journée)

134

La trêve internationale est passée et Gap s’est incliné sur la glace d’Anglet pour la reprise (4-1). Il est vrai que ce déplacement est toujours compliqué, a fortiori cette année, car seules les équipes du top-4 se sont imposées sur la petite glace de la Barre. Mais le coach gapençais voit le résultat insuffisant et la manière en manque de « gnaque » avec un seul but inscrit en 45 tirs.

Ce soir les Rapaces accueillent un sacré client avec les Ducs d’Angers qui sont la meilleure équipe du moment avec 13 points pris sur les 5 derniers matchs. Ils ont remporté quatre victoires et poussésGrenoble jusqu’aux tirs aux buts à Pôle Sud ! Les Ducs ont la deuxième attaque du championnat avec 64 buts, dont le meilleur power-play du championnat (33%). D’ailleurs Angers a inscrit 40% de ses buts en supériorité numérique.

L’offensive repose sur une colonie canadienne et en premier lieu sur Danick Bouchard (12 buts et 23 points, 2e buteur de la ligue). Le danger est important avec le défenseur Pat’ Coulombe (23 points dont 20 assistances) ; Max Lacroix (18 points) ; Cody Campbell (16 points). Le talent est présent à tous les étages avec le centre canadien Alex Botten (37 points en 33 matchs de D1 à Cergy), Olivier Latendresse qui arrive de Grenoble avec son leadership et apporte son expérience de 320 matchs en EBEL autrichienne. Du côté des Français, on peut surveiller Julien Albert, formé au club et qui a plus de 500 parties en Ligue Magnus, l’ex-Gapençais et international Cédric Di Dio Balsamo, le Haut-Alpin Loïc Farnier (21 points en 2019), Clément Masson et ses 12 saisons dans les Alpes (35 points en 2019) et enfin l’ex-Gapençais et Amiénois Marius Serer. Le groupe ne pourra compter sur Robin Gaborit, qui a reçu un coup de patin accidentel sur le tendon d’Achille avec l’équipe de France.

Le penalty killing est là aussi en 2e position dans la ligue avec 86%. Dans les blocs défensifs, bien sûr, Patrick Coulombe a connu le succès avec Rouen et entame sa troisième saison sous le maillot angevin. Le joker Connor Hardowa, qui a remporté le titre avec Grenoble, n’est pas encore qualifié. Un autre Canadien, Riley Sweeney, natif de Vancouver, a joué 122 parties dans la très compétitive ECHL. Enfin les Français sont à l’honneur avec l’ultra expérimenté Gary Lévèque (579 matchs en Ligue Magnus) qui a remporté des trophées sous le maillot de Briançon et Angers, Vincent Llorca qui a passé six saisons dans les circuits universitaires canadiens et porté les couleurs de Grenoble, Epinal et Lyon. Côté gardien, aucune surprise avec le talent du portier de l’équipe de France Flo’ Hardy.

Clairement, Angers fait office d’immense favori pour cette rencontre mais Gap a le talent défensif pour faire déjouer ce groupe. De plus, si Sebastian Ylönen, le meilleur gardien du championnat (92%), est dans un état de grâce, il pourrait tenir son équipe dans la partie. La tâche sera ardue mais c’est bien devant la cage adverse qu’il faudra trouver les solutions pour envisager la victoire. Car on gagne surtout les matchs en marquant des buts (une vérité de Lapalisse…)

Gap prend les premiers shoots à son compte. Paul Schmitt envoie un puissant lancer et Hardy est obligé de s’y reprendre à deux fois (2’09). Les défenses sont bien organisées, mais Bouchard arrive à se placer juste devant le secteur bleu d’Ylönen pour un tir à bout portant (4’50). Cela sonne la charge des Angevins et Levèque prend la suite avec une déviation juste devant Ylönen (5’37). Les blancs sont bien organisés et arrivent à remonter le palet dans de bonnes conditions et porter le danger. Sweeney augmente la pression depuis la bleue offensive et son palet percute un Gapençais et crée ainsi une déviation devant la cage vide (6’15). A contrario cela manque de trafic dans l’enclave de Hardy. Gap est pris de vitesse et subit des montées en tension dans sa zone. Angers monte une muraille qui bloque l’adversaire sur sa ligne bleue défensive. Mais à force de hargne, les Gapençais se créent un temps fort. Les bleus monopolisent la rondelle en zone offensive mais ne parviennent pas à envoyer un palet dangereux sur Hardy. Pendant l’unique pénalité du tiers contre Coulombe, la boîte angevinse est agressive et gêne les passes. Passé ce moment, Latendresse exploite un bon palet et effectue la reprise dans le slot (14’40) La fin de tiers est endiablée. Thillet revient de la bande et envoie la rondelle sur Hardy. Cela constitue la meilleure occasion des Gapençais tant le décalage a pris de vitesse les arrières angevins (15’23). S’ensuit une poussée des bleus qui peinent à concrétiser même si l’intention y est. Mais c’est Bouchard qui conclut la période sur un one-timer en pleine course, directement dans les bottes d’Ylönen.

Gap a montré de bonnes intentions dans ce premier tiers mais, perturbés par un intense forecheck angevin, les Rapaces ont produit des passes pas toujours bien dosées. Il faut plus de vitesse et de pression dans le slot pour pouvoir battre Hardy. Par contre les contre-attaques angevines ont été chaudes !

Au deuxième tiers, Gap se met en danger sur une erreur de contrôle de Correia qui profite à l’adversaire. L’ex-Lyonnais est obligé de faire faute pour stopper cette menace. Les missiles surpuissants d’Angers ne trouvent pas la faille. Au retour du prisonnier, on remarque la très bonne vision de Melisko qui envoie un long palet depuis sa défense, utilisé pour une déviation de Gutierrez devant Hardy (23’39). Les deux équipes se répondent coup pour coup : Botten lance dans la mitaine (27’00), Thillet tire dans le plexi et le puck rebondit juste devant Hardy (30’42). Des schémas attaques-défenses qui se succèdent de chaque côté à grand vitesse.

Les Rapaces obtiennent deux pénalités consécutives (accrocher de Sweeney puis surnombre) qui récompensent leur pression offensive et font le maxi pour ouvrir la marque. Mickevics s’ouvre l’espace et tire sur Hardy, ou encore Ylönen relance rapidement vers l’avant depuis sa zone. Mais il faut souligner le redoutable placement des Angevins qui coupent nombre de lignes de passes ou de trajectoires de tirs. Après ces quatre minutes d’avantage numérique, Gap continue sur son élan et conserve la rondelle mais il manque encore des placements de joueurs pour voiler Florian Hardy. Malgré tout, Angers est en difficulté car l’immense travail des Rapaces pèse. Les bleus remportent outrageusement les duels dans leur zone défensive pour capter les pucks et alimenter les relances. La partie est dense et les deux équipes se sont neutralisées, mais Gap a dominé sans pouvoir marquer.

Dans le dernier tiers, Gap revient avec encore plus de rage au ventre en coinçant son adversaire dans sa zone. L’énorme travail devant la cage fait bondir le public. Le palet passe devant la cage à plusieurs reprises et Angers s’accroche par les ongles pour tenir le coup. À un moment, le palet libre s’arrête devant une cage vide. Mais aucun Gapençais ne peut pousser la rondelle dans les filets, au milieu de ce « chantier » de joueurs (42’05). Mais sur une remontée de palet assez anodine, Max Lacroix s’avance et envoie un palet bien placé dans les filets (43’54 : 0-1).

Ce but fait mal et les Rapaces encaissent le choc. À la suite, un gros trou d’air permet à Bouchard de reprendre un palet laissé libre (47’15). Passé ce moment faible, Gap reprend son activité. Le portier international multiplie les déviations du bouclier par deux fois. Florian Hardy fait le match ! Les Gapençais sont maudits. En infériorité pendant une pénalité de Farnier, Cédric Di Dio Balsamo intercepte le puck à la ligne bleue défensive et part seul défier Ylönen. Il glisse la rondelle et double la mise (53’05 : 0-2)

Nouveau coup de massue mais les Rapaces répondent cette fois immédiatement. Thillet lance un palet bien ajusté en angle fermé qui trompe Flo’ Hardy (54’18 : 1-2). À l’inscription du but gapençais, une pluie de peluches s’abat sur la glace, conclusion d’une opération peluches pour les enfants défavorisés.

Le match est sous tension. Cédric Di Dio Balsamo place un tir rapide juste après le coup d’envoi (54’40). Gap répond par deux tirs dans le trafic. Et la situation explose avec la frustration de Guertin et Manning qui s’envoient des bourre-pifs et partent sur le banc des pénalités. Eric Blais prend son temps mort et tente le tout pour le tout. Ylönen sort de sa cage. Mickevics lance la dernière banderille, s’extirpe mais Hardy capte le tir (59’12). C’est Patrick Coulombe qui conclut le match avec un but en cage vide (59’52 : 1-3).

Gap sort de la partie avec la frustration de ne pas arriver à s’imposer au score. Les Rapaces ont produit une très grosse partie, fait jeu égal avec les Ducs et réussi à les contenir pendant une très grande majorité du match. Mais il est clair que pour le moment le groupe cherche le déclic qui va concrétiser les actions. Angers n’est pas passé loin de la défaite mais a réussi à marquer les buts essentiels au bon moment. Mais il faut aussi souligner leur très bon système défensif pour bloquer les tirs adverses.

Gap continuera son périple contre le top-4 avec un déplacement mardi à Rouen et la réception de Grenoble le dimanche suivant. Angers pour sa part, rempile dès le lendemain pour un match à Briançon et ainsi conclure sa tournée dans les Hautes-Alpes.

Meilleurs joueurs : Florian Hardy (Angers) et Fabien Colotti (Gap).

Réactions d’après match

Éric Blais (entraîneur de Gap) : « Les gars font le job à chaque match, on essaie de porter le focus sur le côté offensif et ça fait trois matchs où on n’est pas récompensé. Dés qu’on concède la moindre petite erreur on se fait punir et c’est ça qui est frustrant pour les gars. Je leur ai demandé de ne pas perdre le fil car on a une équipe qui est juste exceptionnelle. C’est-à-dire qu’encore ce soir on a 35 shoots à 25, (…) ils ne nous ont pas marché dessus. On méritait de gagner contre Amiens, on meritait de gagner contre Anglet et on méritait de gagner contre Angers ! (…) On a très bien managé le puck sous la pression, on a fait ce qu’on voulait faire et les gars ont répondu présent. (…) On va continuer à travailler, indépendamment des résultats. Je suis fier de mon équipe, de ce qu’elle produit et de l’implication des joueurs. Ça va payer à un moment ! Je ne veux pas qu’on perde le fil ! »

Marius Serer (attaquant d’Angers) : « Gap est venu avec beaucoup d’intensité, on avait du mal à sortir. Ils sont vraiment venus fort et on avait du mal à jouer à cinq contre cinq comme contre Amiens mais on arrive toujours à s’en sortir à l’issue des matchs. À chaque moment on a réussi à récupérer un palet, avoir un shoot, avoir une réussite, c’est ce qui fait qu’on fait partie des trois meilleures équipes, pour l’instant. (…) Angers, c’est un gros club, on vise la finale et la gagner même s’il y a de très grosses équipes qui sont là aussi pour gagner ».

Gap – Angers 1-3 (0-0, 0-0, 1-3)
Samedi 16 Novembre 2019 à 20h30 – Alp’arena. 2101 spectateurs.
Arbitres : Alexandre Bourreau et Julien Peyre assistés de Guillaume Gielly et Gwlherm Margry.
Pénalités : Gap 6′ (0’, 2’, 4’) ; Angers 10’ (2’, 4’, 4’).
Tirs : Gap 35 (11, 10, 14) ; Angers 22 (7, 9, 6).

Évolution du score :
0-1 à 43’54 : Lacroix assisté de Manning et Llorca
0-2 à 53’05 : Di Dio Balsamo (sup. num.)
1-2 à 54’18 : Thillet assisté de Mickevics et Correia (sup. num.)
1-3 à 59’52 : Coulombe assisté de Latendresse et Albert (cage vide)

Gap

Attaquants :
Arturs Mickevics – Romain Guttierez (C) – Julien Correia
Roberts Jekimovs – Fabien Colotti – Dimitri Thillet
Paul Schmitt – Roman Vondracek – Romain Chapuis
Paul Joubert – Mathieu Guertin – Victor Ranger

Défenseurs :
Matthieu Gagnon – Raphaël Faure (A)
Jakub Melisko – Arnaud Faure
Étienne Boutet – Fabien Bourgeois (A)

Gardien :
Sebastian Ylönen [sorti à 58’28]

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absents : Charles Schmitt (choix du staff), Alexandre Pascal (choix du staff).

Angers

Attaquants :
Clémnt Masson – Maxime Lacroix – Loic Farnier
Cody Campbell – Alex Botten – Danick Bouchard
Julien Albert – Marius Serer – Kevin Tasséry
Cédric Di Dio Balsamo – Olivier Latendresse

Défenseurs :
Patrick Coulombe – Riley Sweeney
Neil Manning – Vincent Llorca
Gary Lévèque – Riley Guenther
Bruno Baldris

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Isaac Charpentier (G). Absents : Robin Gaborit (rupture partielle du tendon d’Achille), Connor Hardowa (pas encore qualifié).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

ut justo mi, Curabitur id massa dictum venenatis ante. elit. Lorem Sed