Wasquehal – Amnéville (Division 2, Poule A, 15e journée)

Crédit : Philippe Dusart
248

Les Wasquehaliens retrouvent leur glace de Serge-Charles forts de deux succès de suite loin de leurs bases, empochant à Paris et Châlons de précieux points sur la route du maintien. De quoi aborder avec confiance la réception des Red Dogs ? Méfiance car ces derniers restent sur quatre gains face aux Nordistes, et sur une victoire probante devant Rouen. Lancés dans la course à la cinquième place détenue par les Jets d’Évry-Viry, ils ne veulent pas se laisser distancer à l’abord des dernières joutes de la phase régulière.

Le renfort de Rayan Belharfi offre à Fabien Chardon un trio 100% amiénois, à l’œuvre sur une passe de Besson vers Simonsen, gêné par la sortie de Pechek, ensuite employé par Domian. Ce début encourageant est contrarié par une faute de Tonéatto : la reprise sans contrôle de Griet ras glace est écartée par une intervention rapide de Gilbert. La deuxième vague du jeu de puissance est contrée par une interception de Lucas Besson, qui envoie Tomas Simonsen ajuster Jan Pechek de près (1-0 à 03’59″). Un slalom du troisième Gothique s’ensuit, stoppé in extremis devant la ligne. La chute d’un Nordiste à la ligne bleue offre enfin un champ de tir aux visiteurs, contraignant Antoine Gilbert à un double arrêt devant Griet et Dars. Un accrocher de Piquet dans la neutre replace les Mosellans en supériorité, et la cage est prise d’assaut suite à un essai de Baptiste Goux contré. Un arrêt de la mitaine calme un temps Lucas Catelli, avant un cinglage de Vershaeve synonyme de 5 contre 3.

En difficulté, le chronomètre offre un peu de répit aux locaux, les palabres offrant un break bienvenu. Les Lions récupèrent un homme, et de nouvelles opportunités de contre-attaquer par un pressing de Domian sur Mameri et un dribble victorieux de Benjamin N’Guyen aux dépens de Mameri pour s’offrir un face-à-face victorieux avec le dernier rempart tchèque (2-0 à 10’05″). Les Lorrains lancent plus souvent mais, hormis une percée de Vrtek initiée au centre de la glace et une déviation de Griet, peinent à inquiéter Gilbert à forces égales. La quatrième faute wasquehalienne, un 2’+10’ infligé à Christophe Tiramani, débouche sur… un troisième filet en infériorité numérique, fruit du pressing de la paire N’Guyen – Domian aux dépens de Goux (3-0 à 17’20″).

La réussite insolente de leurs adversaires du soir pique au vif les hommes de Thomas Eischen. Un sauvetage d’Antoine Gilbert devant Maccioni, isolé par Thomas dans l’enclave, témoigne d’une difficile reprise pour la défense des Lions, qui concède un dégagement interdit dans la foulée. La mise au jeu est remportée par les Mosellans, et aboutit à un essai astucieux de Maxime Griet au ras du poteau droit (3-1 à 20’54″). Antoine Gilbert est surpris ensuite par un tir vers le haut de la cage de Matthieu Joerger, échappé sur l’aile droite, et voici l’écart réduit à une unité en moins de trois minutes (3-2 à 23’40″). Fabien Chardon quémande son temps-mort ; qui ne peut stopper une hémorragie… contagieuse ! En effet, sept buts seront comptabilisés en à peine plus de dix minutes.

Un retard de jeu sifflé contre Capet lors d’un engagement débouche sur un essai de Benjamin N’Guyen, contrôlé et transformé du revers par Aurélien Zajac (4-2 à 24’15″). À nouveau privé d’un élément par un faire-trébucher de Tanguy Mercier au pressing sur Benjamin Louf, Amnéville s’illustre à son tour en infériorité, profitant d’hésitations adverses pour recoller par un essai quasi-désespéré de Maxime Griet dans un angle très fermé (4-3 à 28’44″). Le chassé-croisé se poursuit. François Piquet, à l’abord de la cage côté gauche, laisse le palet à Thomas Trambouze, qui trompe Pechek (5-3 à 29’42″). De l’autre côté du glaçon Antoine Thomas force le verrou aux abords de la cage pour servir Tanguy Mercier (5-4 à 30’50″), avant la riposte de Martin Domian, dont le débordement a raison de Mameri et débouche sur un caviar vers Germain Guirado (6-4 à 31’14″).

Wasquehal n’est pas sorti d’affaires pour autant. La défense perd plusieurs palets exploités notamment par un Antoine Thomas au temps de glace conséquent. Un lancer en force du capitaine, un essai de Maccioni vers la mitaine et une avancée de Goux en avantage ne trompent toutefois pas Gilbert, encore à l’ouvrage au cœur de la tempête du début de troisième acte, au cours duquel les Red Dogs multiplient les lancers. La passe millimétrée de Vrtek vers Griet offre à ce dernier l’occasion de reprendre sans contrôle, et au portier amiénois de briller. Le numéro 81 blanc et rouge croit profiter d’atermoiements d’un jeu de puissance provoqué par Domian, mais il se casse encore les dents sur le jeune gardien. Les Lions tardent à s’installer : il faut une longue passe de N’Guyen pour permettre à Zajac de venir défier Pechek, secouru par sa défense alors que le palet est laissé libre suite à son intervention. On retrouve Aurélien Zajac dans une position incongrue, obligé de sauver sur sa ligne un tir vers la cage grande ouverte par une passe inspirée de Vladislav Vrtek. Décisif sur le coup, le capitaine l’est tout autant… en infériorité sur une perte de palet de Goux, convertie lors d’un face-à-face perdu par Jan Pechek, rappelé au banc prématurément (7-4 à 49’08″).

L’avance ne peut être décisive, tant le jeu est ouvert et l’indiscipline contagieuse. Mattéo Tonéatto, auteur d’une charge contre la balustrade sur Capet, regagne le vestiaire prématurément. Cinq minutes s’ouvrent à Vladislav Vrtek pour créer le danger. Et se heurter par deux fois à Gilbert, vigilant malgré le trafic. Les cinq minutes de supériorité annoncées se réduisent de deux unités, conséquence d’un cinglage de Catelli. Crédité de 3 points face à Rouen après les 4 infligés à Châlons avant les fêtes, le maestro Vrtek profite d’un relâchement pour feinter le dernier rempart de près et conclure du revers (7-5 à 52’08″).

La zone métropolitaine est prise d’assaut. L’offensif Baptiste Goux redouble d’efforts pour faire parler la poudre de la bleue… et plonger vers un palet renvoyé par une défense en recherche d’un second souffle. Le jeu mosellan pêche toutefois dans la précision : servi au deuxième poteau, Durand manque le cadre, Griet isolé par Catelli ne peut ajuster sa reprise. Les Lions confortent finalement leur troisième victoire de suite grâce à un tir de la bleue de Thibault Verschaeve, sur lequel l’entrant Ulysse Held parait masqué (8-5 à 58’06″).

Coup d’arrêt pour les Red Dogs, qui voient dans le rétroviseur approcher l’adversaire du soir, solidement ancré à une septième place convoitée de loin par le voisin Valenciennes, non encore sauvé. Le prochain derby promet.

Commentaires d’après-match :

Fabien Chardon (entraîneur de Wasquehal) : « Les matchs sont souvent serrés face à Amnéville mais ne tournent pas toujours en notre faveur. Nous sommes contents pour une fois. L’équipe réalise un très bon premier tiers-temps, Amnéville a des occasions du fait de fautes bêtes et des supériorités numériques mais nous avons tenu. Au deuxième tiers-temps, le premier but d’Amnéville témoigne d’un passage à vide défensivement, s’ensuit une sorte de hourra hockey et une nouvelle pénalité de méconduite. Il fallait fermer le milieu pour empêcher l’adversaire de prendre de la vitesse. Cette série de trois victoires d’affilée fait du bien, on est moins regardant sur certaines erreurs après une longue série de défaites. À Paris, nous étions animés d’un esprit commando, sans pression, ce qui nous a souri pendant deux tiers, ensuite les Français Volants étaient au-dessus et nous étions fatigués, mais les gars ont su se jeter sur les tirs parisiens. Valenciennes n’est pas loin derrière et il faut rester concentré pour le déplacement à Courbevoie, où il est difficile de gagner. »

Wasquehal – Amnéville 8-5 (3-0, 3-4, 2-1)
Samedi 11 janvier 2019 à 18h40 à la patinoire Serge Charles. 380 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Louis Bachetti et Pierre Tronet.
Pénalités : Wasquehal 49′ (8′+10’, 4’, 2’+5’+20’), Amnéville 10′ (2’, 4′, 4′).
Tirs : Wasquehal 25 (10, 8, 7), Amnéville 39 (15, 14, 10).

Évolution du score :
1-0 à 03’59″ : Simonsen assisté de Besson (inf. num.)
2-0 à 10’05″ : N’Guyen assisté de Domian (inf. num.)
3-0 à 17’20″ : N’Guyen assisté de Domian (inf. num.)
3-1 à 20’54″ : Griet assisté de Vrtek
3-2 à 23’40″ : Joerger assisté de Thomas et Maccioni
4-2 à 24’15″ : Zajac assisté de N’Guyen et Domian (sup. num.)
4-3 à 28’44″ : Griet assisté de Goux et Durand (inf. num.)
5-3 à 29’42″ : Trambouze assisté de Piquet et Zajac
5-4 à 30’50″ : T. Mercier assisté de Thomas et Goux
6-4 à 31’14″ : Guirado assisté de Domian
7-4 à 49’08″ : Zajac (inf. num.)
7-5 à 52’08″ : Vrtek assisté de Mameri
8-5 à 58’06″ : Verschaeve assisté de Tiramani

Wasquehal

Attaquants :
Martin Lagrise – Aurélien Zajac (C) – François Piquet
Tomas Simonsen – Lucas Besson – Rayan Belharfi
Martin Domian – Benjamin N’Guyen – Marek Matej
Grégoire Giguere – Benjamin Lejeune – Thomas Trambouze

Défenseurs :
Benjamin Louf (A) – Mattéo Toneatto
Germain Guirado – Christophe Tiramani
Marc-Antoine Herbet (A) – Thibault Verschaeve

Gardien :
Antoine Gilbert

Remplaçant : Maurad Laamel (G). Absents : Ernest et Arthur Delbecque (blessés), Alban Teytaud, François Grenier.

Amnéville

Attaquants :
Matthieu Joerger – Antoine Thomas (C) – Sacha Maccioni (A)
Vladislav Vrtek – Maxime Griet – Quentin Durand
Florian Dars – Tanguy Mercier – Alexandre Capet

Défenseurs :
Franck Stroppolo – Lucas Catelli (A)
Baptiste Goux – Guillaume Mameri
Axel Mischler

Gardien :
Jan Pechek puis Ulysse Held à 49’08″ (sorti vers 58’30″)

Remplaçants : Romain Mercier, Thomas Bimboes, Sylvain Lorenzini. Absent : Mehdi Mouchrif.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

adipiscing lectus Aliquam luctus vel, venenatis, diam elit. nunc