Rouen – Gap (Ligue Magnus, 34e journée)

C’était le temps des aguignettes !

215

C’était le temps des aguignettes ! 

Malgré un nouveau score large, le match remporté par les Rouennais face à Gap n’aura pas été aussi linéaire et lisse que les trois précédentes attaque-défense, contre Briançon, Nice et Anglet, auxquels nous avions assisté. D’abord, les Rapaces, sans 4 titulaires (R.Faure, Chapuis, Dupuis et Mickevics) ont plutôt bien débuté une rencontre hachée de pénalités, et plutôt assez longtemps. Aidés par deux supériorités, Wronka (0’19), Guertin (4’44) et Gagnon (6’03) sont dangereux alors que seul Barker, du côté des Dragons, a riposté dans le même temps (2’37).

Les Normands sont ensuite très dangereux sur leur premier avantage numérique, mais c’est à cinq contre cinq qu’ils vont ouvrir le score et enclencher alors la vitesse supérieure. Nicolas Ritz dévie un tir des poignets de Roy devant le banc gapençais (1-0 à 11’20). Moins de deux minutes plus tard, après un bon échec-avant de Bastien Maïa qui transmet du revers le palet à Deschamps, le meilleur passeur normand (25e aide) trouve sans contrôle Maurin Bouvet qui s’est fait oublier à droite. L’ancien Dauphinois, qui avait fait part dans la presse le matin même de ses difficiles prestations, double la marque (2-0 à 13’07). Avant d’aller au vestiaire, la dernière occasion est pour Joël Caron. Replacé à l’aile avec le retour au jeu de Guttig, le Québécois touche le cadre (14’55).

Sans grande rigueur défensive, l’agressivité des pressings rend le deuxième tiers plutôt chaotique et sans doute pas du goût des coaches les plus ordonnés. Les revirements et autres attaques surnuméraires s’enchaînent. Le RHE en profite d’abord. Après une longue passe transversale dans la neutre de Vincent Nesa, Chakiachvili entre en zone et trouve la lucarne d’un tir frappé fort décroisé du haut du cercle gauche (3-0 à 25’53). Mais le LRG, après des essais de Guertin en échappée (26’22), de Paul Schmitt sur le petit filet (26’37) et de Gutierrez à deux-contre-un (27’51) réduit la marque. Mathieu Guertin, en contre, trouve des poignets dans le cercle gauche, l’angle intérieur des montants de Pintaric (3-1 à 29’38). Avec ce filet, l’ex-Angevin devient le deuxième buteur de son équipe avec 7 buts inscrits.

Les joueurs d’Eric Blais ne réussissent pas à maintenir autant ce rythme débridé et les hommes de Fabrice Lhenry, refroidis, se réorganisent défensivement en perdant leur tranchant et parfois leur clairvoyance en attaque. Ils commettent une faute offensive et vont évoluer en infériorité. Cam Barker, en duel, est adroit en mise en échec de la crosse. Nesa est lucide en conduisant rondement le contre jusque dans la neutre, puis en envoyant Bouvet en breakaway. Quel mouvement la recrue a enchaîné ! Le joueur de centre est entré en zone, par la marche arrière, avant de se retourner et d’avoir les mains assez solides pour faire passer, de près, le puck, au-dessus de l’épaule droite d’Ylönen, au terme d’une action assez spectaculaire (4-1 à 37’07). C’est un double mauvais but que Gap encaisse là, en infériorité et à la fin du deuxième tiers.

Dans le troisième tiers, le power-play de 1’23 des Rapaces, qui suit 47 secondes de double supériorité annihilées par le trio Koivisto-Mäkinen-Bedin, aurait pu relancer les Rapaces ! Las, Matija Pintaric ferme tout à double tour. Si Fabien Colotti manque le cadre (45’17), Golicic (45’22) et Thillet (45’45) sont frustrés par le gardien local. Ensuite, tout va très vite. Alexandre Pascal manque de sang-froid et est conduit en prison. C’est le quatrième jeu de puissance des Dragons qui n’avaient pas encore fait fructifier leur compteur en attaque spéciale ce soir. Joël Caron dévie dans les filets un lancer de Langlais de la pointe (5-1 à à 48’24). C’est le 14e but du meilleur buteur rouennais.

Frustrés et déçus, les Gapençais sortent de leur match, encouragés par un arbitrage encore assez impénétrable. Loïc Lampérier puis Joris Bedin s’en sortent bien. Le premier nommé inscrit même le sixième et dernier but des Normands en déviant un lancer balayé de Langlais à la pointe (6-1 à 52’09). Sebastian Ylönen est chassé de son but ! Gap capitule.

Gap, 9e, après un sursaut contre Amiens et Anglet, est retombé dans ses travers. Son manque de réalisme sur ses chances (2 buts inscrits en trois matches) le rend dépendant des résultats de l’Hormadi car le 7e, Chamonix, semble bien loin, ce soir. Le déplacement à Nice, dimanche, s’avère d’ores et déjà crucial pour les coéquipiers de Romain Gutierrez. Avec cette cinquième victoire de suite, grâce à un doublé de de Maurin Bouvet (5 buts), petit à petit, Rouen, sérieux à défaut d’être emballant pendant la saison des aguignettes, propice à l’indulgence, semble être sur le chemin de remettre les pendules à l’heure dans le championnat. Désormais, les Normands foncent sur le troisième, Amiens, qu’ils affronteront, dans une semaine au Coliseum, avec comme un parfum d’anciens derbys recouvrés.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Maurin Bouvet (attaquant de Rouen, en photo ci-dessous) : « On ne va pas parler de déclic car, pour qu’il y ait déclic, il faut qu’il y ait une suite mais c’est clair que ce match et ces deux buts font du bien au moral. Cela vient au bon moment, après que j’ai, d’une certaine manière, vidé mon sac et peu après le début d’une nouvelle année civile. Ça fait plaisir et j’espère que c’est annonciateur de belles choses pour 2020. Collectivement, ça fait quelques grosses semaines maintenant qu’on enchaîne les victoires. Offensivement, on produit de plus en plus et, défensivement, on est solide. Tout ça bout à bout, ça fait qu’on gagne des matches. Il faut continuer sur ce chemin. »

Rouen – Gap 6-1 (2-0, 2-1, 2-0)
Vendredi 10 janvier 2020 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitres : MM. Nicolas Cregut et Julien Peyre assistés de MM. Guillaume Barthe et Joffrey Yssembourg.
Pénalités : Rouen 12′ (4′, 2′, 6′) ; Gap 36′ (6′, 0′, 10’+10’+10′).
Tirs : Rouen 36 (14, 9, 13) ; Gap 22 (6, 10, 6).
Supériorités : Rouen 2/7, Gap 0/5.

Évolution du score :
1-0 à 11’20 : Ritz assisté de Roy et Chakiachvili
2-0 à 13’07 : Bouvet assisté de Deschamps et Maia
3-0 à 25’53 : Chakiachvili assisté de Nesa
3-1 à 29’38 : Guertin assisté de Vondracek
4-1 à 37’07 : Bouvet assisté de Nesa et Barker (inf.num.)
5-1 à 48’24 : Caron assisté de Langlais et Maia (sup.num.)
6-1 à 52’09 : Lampérier assisté Langlais et Deschamps (double sup.num.)

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Joël Caron
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
[Deschamps] – Maurin Bouvet – Bastien Maïa
Joris Bedin – Juha Koivisto – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Cam Barker – Chad Langlais
Pierre Crinon – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau

Gardien :
Matija Pintaric (21 arrêts)

Remplaçant : Gaétan Richard (G).

Gap

Attaquants :
Romain Gutierrez (C) [10’00] – Patryk Wronka – Julien Correia
Fabien Colotti [10’00] – Bostjan Golicic – Dimitri Thillet (A)
Mathieu Guertin – Roman Vondracek – Alexandre Pascal
Paul Schmitt – Victor Ranger – Charles Schmitt

Défenseurs :
Ondrej Smach – Fabien Bourgeois (A)
Arnaud Faure – Mathieu Gagnon
Joseph Raats – Étienne Boutet

Gardien :
Sebastien Ylönen (26 arrêts) puis à 52’09 Jimmy Darier (4 arrêts).

Absents : Raphaël Faure et Romain Chapuis (blessés), Arturs Mickevics et Jean Dupuy (?), Jakub Melisko, Paul Joubert, Robert Jekimovs et Jesse Juntheikki (départs).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

sed dolor commodo ut odio eget leo