Tampa Bay passe à l’usure

49

Face à des New York Islanders accrocheurs, les joueurs de Jon Cooper ont su se montrer patients. Les pépins physiques ont un peu ralenti un succès qui, sur le papier comme sur la glace, parait logique.


Après deux qualifications en cinq matchs, Tampa Bay aura cette fois eu besoin de six rencontres pour éliminer la surprise des playoffs, les Islanders. Et le profil de la série aura parfaitement démontré que le Lightning est à l’aise dans les matchs avares en buts comme dans les rencontres ouvertes. Des nerfs d’acier, donc : c’est la troisième série de suite pour laquelle le match décisif est gagné en prolongations.

Dès le match 1, Tampa Bay assume son autorité et réalise un festival offensif. Le premier tiers est une démonstration : Thomas Greiss, titularisé pour reposer Semyon Varlamov après une série tendue au tour précédent, explose en plein vol en concédant trois buts en dix minutes. Brayden Point ouvre le score après 1’14. Jordan Eberle égalise en supériorité, mais Victor Hedman, en avantage numérique, puis Ryan McDonagh creusent l’écart. Ils sont suivis en deuxième tiers de Yanni Gourde et Brayden Point, en supériorité. En début de troisième, Nikita Kucherov aggrave le score à 6-1. Nick Leddy réduit la marque, mais Tampa n’en a pas terminé : Ondrej Palat, puis Yanni Gourde en supériorité, terminent le 8-2 cinglant. Point et Kucherov terminent à cinq points chacun et se rapprochent de la tête du classement des pointeurs, détenue par l’éliminé Nathan MacKinnon (8-2).

Des matchs accrochés

Cette explosion offensive va disparaître pour le reste de la série. Les Islanders vont verrouiller le match 2 et faire tout ce qu’il faut pour revenir dans la série. Tampa n’est pas en jambes dans ce début de rencontre. Matt Martin marque dès la deuxième minute, et New York domine 13 tirs à 4. Cependant, l’un de ces quatre tirs du Lightning est au fond : Victor Hedman égalise en toute fin de tiers. Le compteur de tirs va ralentir jusqu’au bout, avec une jolie maîtrise new-yorkaise face à un Tampa emprunté. Pire, Brayden Point quitte le match sur blessure. Le match s’envenime et, progressivement, le Lightning reprend un peu la main en attaque. Le dernier tiers est dominé par les Floridiens, qui vont réaliser un joli coup. Sur une ultime action, un centre fort depuis l’aile de Kevin Shattenkirk trouve Nikita Kucheov à l’opposée. Le Russe reprend de volée et donne la victoire aux siens, à neuf secondes seulement de la sirène (2-1).

Privé de Point, Tampa Bay n’a plus autant d’allant. Les deux gardiens tiennent le début du match 3, avec un 16-14 aux tirs inhabituel dans une série si fermée. Cal Clutterbuck marque le premier, avec une réplique de Mikhail Sergachev. Les Islanders font la différence au deuxième tiers avec deux buts en deux minutes signés Adam Pelech et Anthony Beauvilliers. Le Lightning réagit bien en troisième période, grâce à Ondrej Palat en supériorité, puis Tyler Johnson. Alors que Tampa semble avoir repris la main, Brock Nelson profite d’une erreur de marquage pour marquer le but gagnant à 3’25 de la fin. Jean-Gabriel Pageau ponctue le succès en cage vide (5-3).

Brayden Point retrouve la glace sur ce match 4. New York résiste au premier tiers (11 tirs à 5 pour le Lightning), mais aborde bien le deuxième tiers, et est même récompensé par Brock Nelson à 31’27. Cependant, l’annonceur n’a pas le temps de faire son travail que Tampa a déjà renversé le match ! Sur la mise au jeu, une longue passe de Yanni Gourde envoie Blake Coleman en échappée (1-1, 31’42). Et sur l’engagement encore, Ondrej Palat termine un jeu de passe magique entre Kucherov et Point (2-1, 31’54). Les Islanders ne s’en remettront pas. Brayden Point parachève le succès des siens en début de troisième période, servi par ses deux compères sur une nouvelle action d’école. Patrick Maroon conclue cage vide (4-1). Point a cependant à nouveau quitté le match à dix minutes de la fin…

Sans son attaquant de poche, Tampa peine à se montrer dangereux au match 5. Le premier tiers est pauvre en tirs (9-5 pour le Lightning). À ce petit jeu, Ryan Pulock exploite une supériorité numérique. La réplique ne tarde pas. Après quatre minutes au deuxième tiers, l’inévitable Victor Hedman égalise. Les Islanders ne dépasseront pas 6 tirs en une période de toute la partie, acculés dans leur camp en troisième période (10 tirs à 5). Le Lightning ne profite pas de 4 minutes de supériorité à cheval entre fin du troisième et prolongation, pour une crosse haute. Aucun des deux camps ne prend de risque (4 tirs partout), même si Kucherov trouve le poteau sur un rebond. Le Lightning accélère en deuxième prolongation (8 tirs à 4) mais se fait piéger en contre. Kevin Shattenkirk manque un tir à la bleue et les Islanders décollent. Jordan Eberle reçoit le palet sur la droite et sa volée replace son équipe dans la course (1-2).

Cirelli, héros du jour

Les Islanders doivent faire face à plusieurs absences. Casey Cizikas a dû quitter la bulle, blessé. Adam Pelech est pour sa part forfait pour ce match, sans que rien ne filtre sur la raison de son absence. Barry Trotz doit composer, et chamboule ses lignes, promouvant Cal Clutterbuck aux côtés de Lee et Barzal, et copiant Tampa Bay en alignant sept défenseurs. Noah Dobson, rookie peu expérimenté, dispute ainsi le premier match de playoffs de sa carrière.

En face, Brayden Point est de la partie, après un match de repos. On le sent moins en jambes qu’à l’accoutumée, mais il est à l’origine de la première chance, offerte à Kucherov.

Pourtant, c’est bien New York qui ouvre le score. Anders Lee mène le jeu et ouvre en profondeur vers Devon Toews, qui bénéficie d’un rebond favorable. Le défenseur contourne la cage et devance Andrei Vasilevskiy, pris de vitesse (1-0).

L’avance ne dure guère. Tampa s’installe en attaque et le palet tourne au fond. Il revient sur Victor Hedman, qui donne à Erik Cernak. Le défenseur lance au but et Varlamov laisse un énorme rebond plein axe. Hedman a suivi face à une défense spectatrice (1-1). C’est le 9e but du Suédois dans ces playoffs, 3e meilleur total de l’histoire pour un défenseur, derrière Paul Coffey (1985) et Brian Leetch (1994).

Le Lightning domine copieusement la partie. Mikhail Sergachev trouve le poteau et les chances sont quasi à sens unique. Tout juste trouve-t-on un tir de Beauvilliers à droite, suite à une relance moyenne de Vasilevskiy. Varlamov a plus de travail, sortant une déviation de Gourde sur un tir de Hedman. Schenn est lui aussi mis à contribution sur l’aile droite, et Hedman à gauche : 17 tirs à 6 pour le Lightning.

Le deuxième tiers est similaire. Palat échoue en angle fermé après un bon service de Kucherov, Bogosian du cercle droit. Le jeu de puissance propose un superbe jeu en triangle Kucherov-Point-Palat, repoussé par le gardien. Les pénalités successives de Devon Toews puis Cal Clutterbuck ne donnent rien, si ce n’est un 24-6 aux tirs… New York reste dangereux malgré tout, à l’image d’un 2 contre 2 conclu par Martin, qui échoue ensuite de près sur un service en retrait d’Eberle. Pas de but en deuxième tiers.

Le troisième sera tout aussi dominant, avec une nouvelle supériorité non convertie lors d’une faute de Toews. Les tirs pleuvent, avec deux essais de Blake Coleman sans réussite. Vasilevskiy n’est pas en reste et repousse Nelson puis Pulock. La meilleure chance revient à Palat côté Lightning, en angle fermé. Pas de but… mais, comme au match 5, une supériorité de quatre minutes pour une crosse haute d’Andy Greene.

La prolongation débute par le tournant du match. Brock Nelson vole le palet dans la crosse de Tyler Johnson et se présente seul devant Andrei Vasilevskiy, en infériorité numérique. Mais l’attaquant ne parvient pas à tromper le gardien, extrêmement patient. Le jeu de puissance continue avec un tir dangereux de Kucherov.

Les Islanders ne réussiront pas à convertir une supériorité pour un surnombre de Tampa Bay, qui fait la différence peu après. Cirelli envoie au fond et chasse lui-même le palet. Il gagne son duel et reçoit l’aide de Goodrow sorti du banc. L’ancien des Sharks passe derrière le but, freine brusquement et remise devant la cage. Cirelli, que Barzal a lâché au marquage, est seul et reprend immédiatement, déviant le palet sur le poteau opposé… Le disque revient, frappe le patin de Varlamov et qualifie le Lightning (1-2).

Tampa Bay aura donc gagné à l’usure. Dominateurs lors de la plupart des matchs, les Floridiens ont su se montrer patients. Leur capacité à attaquer la cage et à tirer de loin comme de près, avec une grande mobilité des défenseurs, a gêné une défense des Islanders valeureuse mais limitée. L’attaque new-yorkaise a manqué de tranchant, bien souvent, avec le seul Brock Nelson en danger permanent. La performance en demi-teinte de Matthew Barzal, au jeu très périphérique, et défensivement peu sûr, est à noter.

Le système Barry Trotz a montré son efficacité tout au long de ces playoffs, avec une application stricte par des joueurs qui ont adhéré à son discours à la lettre. Mais il manquait tout de même du talent en attaque pour perturber des joueurs du calibre de Vasilevskiy, Hedman, Point, Kucherov, Palat… et les autres.

Contrairement à Dallas, les joueurs du Lightning vont bel et bien toucher le trophée de champion de l’Est, pour une photo de groupe impliquant 48 des 52 personnes de la bulle. Ils y intègrent leur capitaine convalescent Steven Stamkos, leurs réservistes et le staff technique. Les Stars de leur côté, n’ont pas traîné devant leur trophée et ont laissé leurs réservistes à distance…

Commentaires d’après-match :

Jon Cooper (entraîneur de Tampa Bay) : « L’explosion de joie et le soulagement, ce sont des sentiments inégalés. Cela en dit long sur les joueurs, leur effort, leur persévérance, tout ce qu’ils ont mis. Ce sont eu qui méritent, car ils ont fait tout le boulot. »

Barry Trotz (entraîneur des Islanders) : « Je suis fier de mes joueurs et de leur progression. Mais évidemment déçu pour le groupe. Nous avons vu que nous pouvions dignement représenter la conférence Est et jouer pour la coupe Stanley. Mais nous étions un peu courts. »

New York Islanders – Tampa Bay Lightning 1-2 après prolongation (1-1, 0-0, 0-0, 0-1)
Tampa Bay remporte la finale de la conférence Est 4 victoires à 2.
Jeudi 17 septembre 2020, 18h. Rogers place d’Edmonton. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Gord Dwyer et Jean Hebert assistés de Derek Amell et Steve Barton.
Pénalités : NY Islanders 10′ (0′, 4′, 6′, 0′), Tampa Bay 4′ (0′, 2′, 0′, 2′).
Tirs : NY Islanders 27 (6, 6, 9, 6), Tampa Bay 48 (17, 10, 15, 6).

Récapitulatif du score
1-0 à 04’15 : Toews assisté de Lee et Barzal
1-1 à 06’28 : Hedman assisté de Cernak et Kucherov
1-2 à 73’18 : Cirelli assisté de Goodrow et Killorn

New York Islanders

Attaquants :
Anders Lee (C) – Mathew Barzal – Cal Clutterbuck (A, 2′)
Anthony Beauvillier – Brock Nelson – Josh Bailey (A)
Matt Martin – Jean-Gabriel Pageau – Jordan Eberle
Leo Komarov – Derick Brassard

Défenseurs :
Andy Greene (4′) – Ryan Pulock
Devon Toews (4′) – Scott Mayfield
Nick Leddy – Johnny Boychuk
Noah Dobson

Gardien :
Semyon Varlamov

Remplaçant : Thomas Greiss (G). Réservistes notables : Adam Pelech (D, blessé), Casey Cizikas (A, blessé), Tom Kuhnhackl (A), Andrew Ladd (A), Ross Johnston (A), Thomas Hickey (D, blessé), Michael Dal Colle (A).

Tampa Bay Lightning (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Ondrej Palat – Brayden Point – Nikita Kucherov
Alex Killorn (A) – Anthony Cirelli – Tyler Johnson (2′)
Barclay Goodrow – Yanni Gourde – Blake Coleman
Patrick Maroon – Cedric Paquette

Défenseurs :
Victor Hedman (A) – Kevin Shattenkirk
Ryan McDonagh (A) – Zach Bogosian
Mikhail Sergachev – Erik Cernak
Luke Schenn

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Curtis McElhinney (G). Réservistes notables : Steven Stamkos (A, blessé), Mathieu Joseph (A), Carter Verhaeghe (A), Jan Rutta (D), Braydon Coburn (D), Mitchell Stephens (A), Alexander Volkov (A), Scott Wedgewood (G)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

odio commodo neque. lectus felis nec