Pas de promotion pour les Bleuettes

163

Reléguées en Division 1B l’année dernière, l’équipe de France féminine U18 avait pris la direction de la Pologne, Katowice, en ce début d’année. Les Bleuettes ont finalement terminé en argent. Récapitulatif de leur Championnat du monde.

Un début de tournoi maîtrisé

En 2015, l’équipe de France féminine U18 était parvenue à se qualifier en élite mondiale. Les Bleuettes l’avaient ensuite quittée aussitôt, reléguées en Division 1A, puis en Division 1B l’année suivante. Remonter en D1A, tel était le challenge.

En ouverture de ces Mondiaux D1B, la jeune sélection entraînée par Bertrand Pousse avait tout d’abord écarté sans grande difficulté l’Australie 6-1 avec six buteuses différentes. Le lendemain, le match a été bien plus serré face à la Grande-Bretagne. La France a fait la différence en troisième période grâce à un tir du poignet d’Éloïse Jure, puis un deuxième but signé par la capitaine Margot Desvignes – et un rebond généreux de la gardienne britannique – Charlotte Cagigos réalisant un blanchissage devant la cage bleue.

Lors du troisième match, les jeunes françaises ont été cueillies à froid par la Chine, après seulement 88 secondes. Une avance de courte durée puisque, en enclenchant la deuxième, les Bleuettes se sont imposées 5-2. La Dunkerquoise Élise Lombard a été particulièrement à son avantage avec 1 but et 2 passes.

Elise Lombard a ensuite inscrit deux buts supplémentaires face à la Pologne mais c’est surtout Justine Crousy Theode qui a tenu la maison bleue dans le match grâce à une performance remarquable. La jeune gardienne des Français Volants a réalisé un total de 32 arrêts sur 33 tentatives polonaises, permettant ainsi à la France de s’imposer 3-1.

Une vraie finale en final

Assurées de terminer en argent, les Bleuettes disputaient alors une véritable finale vendredi face au Danemark. Des Danoises qui débuteront en force les hostilités en première période. Signe Jensen, excentrée côté gauche, et Julie Oksbjerg, en supériorité numérique, permettront au Danemark de mener 2-0, une avance qui va s’avérer malheureusement suffisante. En dépit d’un match plus équilibré par la suite, d’occasions françaises plus nombreuses – Eloise Jure, Margot Desvignes et Julia Mesplede pour les plus franches – les Bleuettes se sont inclinées, se contentant de l’argent.

Avec 4 buts et 2 assistances durant le tournoi, Élise Lombard est malgré tout élue meilleure attaquante du tournoi. Justine Crousy Theode n’a été étrangement pas été retenue meilleure gardienne du tournoi. Le mur des Bleuettes a pourtant joué 4 des 5 rencontres du championnat du monde avec un pourcentage d’arrêts de 94,44%. Cette dernière sera toutefois encore éligible l’année prochaine pour les Championnats U18 2019 comme la majorité du groupe, de quoi être optimiste.

Les commentaires sont fermés.