Ligue Magnus : Rouen rejoint Bordeaux, Strasbourg n’abdique pas

Crédit photo : Christophe DELAVILLE
621

Cinq rencontres se déroulaient ce soir sur les deux tableaux de Ligue Magnus.

Débutons par les play-offs avec une série qui pouvait prendre fin dès ce soir. Au coup d’envoi les Dragons de Rouen dominaient les Ducs d’Angers par 3 manches à 1, et une victoire sur leur glace de l’île Lacroix permettait aux Normands de rejoindre Bordeaux en demi-finales.

Objectif atteint avec ce succès sur la plus petite des marges, malgré une avance de trois buts à mi-match. Clément Masson puis Maxime Lacroix ont répondu aux réalisations de Fabien Colotti, Alex Aleardi et Anthony Guttig, mais une fin de rencontre à 3 contre 5 n’a pas permis aux Angevins de revenir (3-2). Fin de saison pour les Ducs à l’issue de la confrontation la plus récurrente des play-offs de Ligue Magnus, mais face à un adversaire qui ne leur a jamais beaucoup réussi : en cette 10e confrontation en play-offs, Rouen vient de se qualifier pour la 9e fois.

Dans les deux autres oppositions, l’objectif était de prendre l’avantage dans des séries respectives à deux manches partout. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les débats sont toujours aussi disputés. À Amiens, Gothiques comme Lions ont mené au score (ouverture de la marque par Kuralt, puis buts de Takac et Lamirault pour Lyon), mais il a fallu attendre la prolongation pour désigner le vainqueur. C’est donc à l’arraché que le buteur initial Anze Kuralt a finalement offert à son équipe une manche précieuse à domicile (3-2 a.p). Les Gothiques ont l’occasion de boucler la série dimanche dans le Rhône, sinon il faudra revenir au Coliseum pour jouer le point décisif.

3-2 aura décidément été le score de ce soir de play-offs. Vainqueurs de la saison régulière, les Brûleurs de Loups ont la pression dans cette série face à des Scorpions de Mulhouse qui ont certes pris le dernier ticket, mais qui font déjouer des Grenoblois souvent en panne de solutions et qui doivent s’en remettre à des exploits individuels. Pour cette 5e manche, tout avait pourtant bien débuté avec deux buts en supériorité numérique, inscrit par Kyle Hardy et Alexandre Giroux en début de troisième période. Mais Mulhouse prouve qu’il est loin d’être un faire-valoir, et au courage Milan Jurik et Tomas Rubes remirent les compteurs à zéro. Tout s’est joué dans les derniers instants et à 30 secondes du terme, Guillaume Leclerc délivra les siens devant son public (3-2). Grenoble reprend l’avantage dans la série mais ce match a confirmé qu’il faudra encore s’employer pour aller chercher une éventuelle qualification.

Pour ce qui est de la poule de maintien, les Aigles de Nice pouvaient prendre une sérieuse option sur le maintien en cas de victoire à domicile face aux Pionniers de Chamonix. Victoire acquise même si les Azuréens ont été chahutés : au premier tiers vierge a succédé une seconde période à 4 buts et un score de parité. Dominik Fujerik a parfaitement lancé les Pionniers dans l’ultime tiers-temps, mais un doublé de Kubus et une dernière réalisation d’Emil Bagin vinrent dessiner le succès niçois (5-3). Avec le résultat du second match de la poule, les possibilités de retour de Chamonix ou de Strasbourg se feraient forcément au dépend de l’autre adversaire, ce qui assure mathématiquement le maintien des Niçois en Ligue Magnus.

Car dans le même temps, l’Étoile Noire de Strasbourg poursuit sa mission sauvetage miracle. Pour les Alsaciens, il n’y a guère plus aucun calcul, il faut remporter tous les matchs ou presque pour réaliser un véritable exploit compte tenu du retard. Reste que les hommes de Daniel Bourdages se donnent les moyens d’y croire. Sur la glace d’Épinal qui n’a plus rien à jouer, les Strasbourgeois s’imposent 3-6 grâce à six buteurs différents (Augstkalins, Trudeau, Benoit, Schmitt, Duras et Nikkilä). Grâce à cette victoire, l’Étoile Noire revient à 4 points des Pionniers, preuve que rien n’est fait encore dans cette lutte pour rester en Magnus.

Les commentaires sont fermés.