Rouen – Angers (Ligue Magnus, 5e journée)

364

Mandrake contre Le Cobra !

Combien de temps les Dragons, qui possèdent d’autres arguments, vont-ils pouvoir compter sur un Matija Pintaric exceptionnel ? Le gardien rouennais a maintenu son équipe, apparue assez fatiguée (de son long voyage à Nice ?), au deuxième tiers, durant quinze minutes. Le Slovène a d’abord été solide face à Danick Bouchard (24’51), Matt Carter (25’44), Loïc Farnier (27’07) et Clément Masson (29’14). Puis assez phénoménal, la baraka livrée avec, devant Robin Gaborit (29’42), Maxime Lacroix (32’06) et Cody Campbell (poteau+barre à 32’19). Si les Ducs avaient claqué là un ou deux buts, cela n’aurait pas été abracadabrant et le match aurait pu virer de bord.

Après un premier tiers lent, haché par des pénalités ne facilitant pas la prise d’un rythme soutenu, les Normands avaient pourtant mis plus de vitesse dans leurs entreprises maléfiques dans la période du milieu, juste assez pour leur permettre d’égaliser grâce à une incantation sur le côté droit de Joël Caron. La recrue de division 1 adressait une énorme longue passe transversale au second poteau que reprenait Nicolas Deschamps. Le portier d’Angers, Florian Hardy, se révélait monstrueux d’anticipation, il déroutait l’ailier gauche mais concédait, de ses bottes épaisses, un long rebond, repris, du revers et de dos, par Michel Miklik qui rodait tel un vautour alerté par l’appât du palet, devant la cage ouverte (1-1 à 25’16).

Si les coéquipiers de Mathieu Roy n’ont pas fait (pu faire) mieux, c’est parce que, jusqu’ici, les visiteurs, toujours privés de Julien Albert auquel s’ajoutait ce soir Brian Henderson, ont, eux, joué un match plein pour conjurer leur sort. Ils ont gagné leurs duels et se sont mis au diapason des joueurs de Fabrice Lhenry lorsque ceux-ci ont fait crisser les pneus.

Les hommes de Brennan Sonne étaient plus agressifs. Leur pugnacité ésotérique leur a permis de résister à 9 des 10 jeux de puissance rouennais, dont 1’55 cumulés à trois-contre-cinq grâce à leur trident d’envoûteurs Lacroix-Hamonic-Gaborit et d’être opportunistes à deux reprises. Danick Bouchard a ouvert le score en fin de premier vingt. Pas gêné par une défense sur les talons, depuis sa zone, l’ailier a pu tranquillement avancer devant trois défenseurs jusqu’en haut du slot et délivrer des poignets un lancer puissant et victorieux. Ensorcelant Matija Pintaric côté plaque, dans la lucarne droite (0-1 à 18’59).

Les partenaires de Patrick Coulombe ont repris une avance au début du troisième tiers qu’ils ont très bien abordé. L’ASGA mettait beaucoup de trafic devant Pintaric, cherchant les rebonds et déviations maléfiques obtenus des lancers des arrières mis offensivement à contribution. Sur ce système d’envoûtement, Mathieu Gagnon, de la gauche à la ligne bleue, faisait un lancer flippé dans la circulation, le palet était dévié d’une volée ésotérique par Mathieu Guertin. Une hardiesse du renfort de la ligue semi-pro québécoise de 26 ans, terriblement inspirée, sortilège qui surprenait, Matija Pintaric, au-dessus de son épaule gauche, côté mitaine, quelle diablerie (1-2 à 43’58).

Dès lors, le RHE76 était de nouveau contraint à s’exposer aux contres adverses. Réduit aux exploits personnels de sorcellerie vaudou, pour s’infiltrer dans une enclave surchargée, Langlais (48’32), puis Thinel (49’10) butaient sur Florian Hardy, impeccable de sang-froid et de solidité. Les Angevins se projetaient sur la seule miette laissée par les locaux durant ces vingt dernières minutes. Un contre surnuméraire à trois-contre-deux, mais Mathieu Guertin, sur lequel le charme n’agissait plus, ne cadrait pas (49’52). Les blancs se jetaient aussi et surtout sur les lancers ennemis, comme sur celui de Mathieu Roy en haut du slot afin de préserver leur légère avance (50’15).

Au terme de cette poussée incantatoire, les Seino-Marins parviendront à égaliser. Anthony Guttig entre en zone offensive et fait mine de contourner la cage. Se rétractant derrière le but, il élimine ainsi son garde du corps et peut passer en retrait à Florian Chakiachvili, monté en soutien à droite, de son poste d’arrière gauche (!), à cause d’une immense inspiration ésotérique ou bien d’une combinaison  travaillée à l’entraînement ? D’une petite reprise cadrée pleine de sorcellerie, le défenseur est parvenu à glisser le palet derrière Florian Hardy (2-2 à 52’51).

Les Normands sont allés chercher cette seconde égalisation, mais ils vont désormais bénéficier d’un scénario, imposé par les arbitres qui n’appréciaient pas la fantaisie, largement à leur avantage. Pourtant, les Dragons ne profitent pas de leur première supériorité du dernier tiers. Ensuite, Angers se trouve de nouveau pénalisé. Cette fois assez sévèrement pour une faute offensive et le comble d’un « deux-plus-deux » assez cruel, en tous les cas, trop au pied de la lettre, jeté comme un mauvais sort. C’est là qu’intervient Alex Aleardi, sorti de Xanadu tel un Mandragore. Empruntant le bureau de Gretzky, l’ailier a le pouvoir hypnotique, comme le comic héro, sur toute la foule de l’île Lacroix. De derrière la cage, l’Américain parvient, on ne sait comment, à glisser la rondelle dans le dos de Florian Hardy alors que le filet les sépare ! Sans le doute la magie opère (3-2 à 57’59).

Le tour est rude pour les Ducs, plus rude qu’un crash test. Devant un Florian Hardy solide, leur bravoure luxuriante et leur énergie farouche ne seront pas récompensées. Ils terminent la rencontre en infériorité, remplacent leur gardien, Le Cobra, par un attaquant supplémentaire, ce qui profitera à Chad Langlais. Le défenseur peut conclure dans une cage vide et ensorcelée (4-2 à 59’26).

Ce soir :

  • Mathieu Guertin a marqué son premier but en Ligue Magnus.
  • Danick Bouchard rejoint Maxime Lacroix comme meilleur buteur (4 buts) d’Angers cette saison.
  • Anthony Guttig acquiert sa 5e assistance en 5 journées et conforte sa place de meilleur passeur des Dragons.
  • Joël Caron obtient sa première mention d’aide en ligue Magnus.

Élus meilleurs joueurs de chaque équipe : Anthony Guttig (Rouen) et Florian Hardy (Angers).

Commentaires (dans Paris-Normandie et Tendance Ouest) :

Marc-André Thinel (attaquant de Rouen) : « On n’a pas fait un bon match, c’est sûr, mais je ne pense pas qu’on en ait fait un mauvais non plus. En fait, il y a deux manières de voir ce match. Moi, je préfère positiver et me dire qu’on a trouvé une façon de gagner. Ce n’est pas la plus belle victoire de ma carrière, c’est sûr, mais, quand on trouve une façon de gagner, même sans livrer un bon match, c’est positif. Ça n’est jamais tout beau en début de saison mais ce qui est bien, ce soir, c’est vraiment d’avoir gagné. Maintenant, il faut apprendre. Il y a plein de trucs à travailler. La constance notamment. On a enchaîné les bonnes et les moins bonnes présences. On n’était pas dans le rythme. On était moins en jambes que mardi à Nice. Je pense que les 26 heures de bus n’y sont pas pour rien. Le premier tiers, lors duquel les unités spéciales ont beaucoup joué, ne nous a pas aidés non plus. Toutes ces pénalités ont cassé le rythme. La déception, c’est de ne pas être parvenu à marquer en début de match sur nos power-plays. Cela aurait probablement changé pas mal de choses. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « C’est très mitigé, on a commencé vraiment doucement, peut-être à cause des 26 heures de bus pour aller à Nice, on perdait tous nos duels. Angers est une équipe vraiment bien construite cette année et, tactiquement, c’est bien huilé. Mais notre attitude du premier tiers m’a vraiment dérangée. On reste chanceux sur cette victoire. On a attendu d’être derrière au score pour réagir mais je préfère agir que réagir car ça ne marchera pas toujours comme cela. Le but d’Alex est vraiment chanceux, des fois la chance tourne de votre côté, mais on le prend quand même (sourire). »

Anthony Guttig (attaquant de Rouen) : « Je fais un bon début de saison, il vaut mieux cela que l’inverse mais le principal est d’être performant pour que l’équipe gagne. Apporter ma pierre à l’édifice pour remporter des victoires c’est cela le plus important. »

Rouen – Angers 4-2 (0-1, 1-1, 3-0)
Vendredi 28 septembre 2018 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2510 spectateurs.
Arbitres : MM. Damien Bliek et Geoffrey Barcelo assistés de MM. Thomas Caillot et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Rouen 10′ (4′, 4′, 2′) ; Angers 50′ (6′, 6′, 8’+10’+20′).
Tirs : Rouen 35 (11, 11, 13) ; Angers 31 (6, 18, 7).
Chances : Rouen 6 (2, 1, 3) ; Angers 10 (2, 6, 2).
Supériorités : Rouen 1/10, Angers 0/5.

Évolution du score :
0-1 à 18’59 : Bouchard assisté de Hamonic et Coulombe
1-1 à 25’16 : Miklik assisté de Deschamps et Caron
1-2 à 43’58 : Guertin assisté de Gagnon et Levesque
2-2 à 52’51 : Chakiachvili assisté Guttig et Koivisto
3-2 à 57’59 : Aleardi assisté de Thinel et Miklik (sup.num.)
4-2 à 59’26 : Langlais assisté de Thinel et Miklik (cage vide)

Rouen

Attaquants :
Juha Koivisto – Anthony Guttig (A) – Alexander Aleardi
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Nicolas Deschamps – Joël Caron – Michel Miklik
Joris Bedin – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric (29 arrêts)

Remplaçants : Gaétan Richard (G), Thomas Carminati et Benjamin Berard. Absent(s) : –

Angers

Attaquants :
Matt Carter – Maxime Lacroix (A) – Clément Masson
Mathieu Guertin – Cody Campbell – Danick Bouchard
Gauthier Gibert – Marius Serer – Loïc Farnier
Robin Gaborit (A)

Défenseurs :
Patrick Coulombe (C) – Justin Hamonic
Mathieu Gagnon – Marc-André Lévesque
Gary Lévèque – Kevin Igier
Arnaud Faure

Gardien :
Florian Hardy (32 arrêts), sorti de 59’10 à 59’26 et de 59’30 à 60’00.

Remplaçants : Isaac Charpentier (G), Clément Lallemand. Absents : Julien Albert (mâchoire), Brian Henderson (?).

Nicolas Ritz (Rouen) et Loïc Farnier (Angers)

 

Justin Hamonic (Angers) et Nicolas Deschamps (Rouen)

 

Cody Campbell (Angers)

 

Kevin Dusseau (Rouen), Robin Gaborit (Angers), Maxime Lacroix (Angers) et Matija Pintaric (Rouen)

 

Alexander Aleardi (Rouen) menace Florian Hardy (Angers)

 

Robin Gaborit tout prêt de marquer devant Chad Langlais, Kevin Dusseau et Matija Pintaric (Rouen).

Les commentaires sont fermés.

id consectetur commodo Curabitur vulputate, elementum ipsum dapibus libero. Nullam