Amiens – Mulhouse : match fatal à Christer Eriksson

Enfin une victoire à domicile !

620

Après une semaine parfaite, en enchaînant notamment une victoire à Asnières en coupe, puis deux victoires en deux soirs face à Chamonix et Nice, les Gothiques retrouvaient le Coliséum dans l’espoir de surfer sur la confiance acquise sur la route. Avec un réalisme retrouvé, et six points sur six permettant de se reclasser dans les huit premiers, les hommes de Mario Richer arrivent enfin à aligner une série de victoires. Encore fallait-il confirmer face à des Mulhousiens à la peine en déplacement, et avant d’aller affronter Grenoble avant la trêve. 

Les locaux commençaient le match en supériorité après un « faire trébucher » de Jordan Draper, mais n’arrivaient pas à installer un jeu de puissance qui avait montré des signes d’amélioration notamment face à Nice. Peu après, les hommes de Mario Richer profitaient d’un énorme flottement dans la défense alsacienne pour mettre la pression, et un gros temps fort amiénois en résultait. Ce premier tiers, dominé par les Gothiques, n’offrait pas pléthore d’occasions de but, mais lorsque celles-ci se présentaient, les attaquants des Scorpions en particulier faisaient preuve d’une maladresse incroyable.

En supériorité numérique, Sacha Treille était servi dans le slot après un superbe décalage, mais son lancer trouvait la balustrade alors que Buysse semblait complètement battu. Une opportunité d’ouvrir le score gâché par l’assistant de Philippe Bozon, qui s’avérait avoir de lourdes conséquences.

Dès le retour des vestiaires, les Gothiques, en supériorité suite à une faute de Lorcher en toute fin de premier tiers, nous offraient un but collectif de toute beauté. Thillet décalait le palet d’une déviation pour Edwards qui déboulait sur le coté, et ce dernier redonnait au centre, dans l’enclave, pour Romand qui n’avait qu’à pousser la rondelle dans les filets d’un Surek complètement dépassé par la rapidité d’exécution des attaquants amiénois (1-0, 20’36). Et pourtant, c’était bien Surek qui sauvait les siens, car le deuxième tiers était totalement à l’avantage des locaux, notamment à cause de l’indiscipline des Alsaciens. En effet, Edwards touchait les montants après un « tic-tac-toe » en supériorité, puis Surek se déployait par deux fois devant Thillet et West, encore en avantage numérique.

Mais Hecquefeuille écopait de quatre minutes de pénalité, puis treize secondes plus tard, Genest allait lui aussi s’assoir sur le banc des punitions. En double infériorité, et privés de leur deux meilleurs éléments défensifs, les Scorpions craquaient une nouvelle fois : Anderson lançait de la ligne bleue, et son lancer, dévié par la balustrade, revenait dans la crosse de West. Celui-ci tirait, et Surek stoppait sa tentative mais laissait un énorme rebond qui profitait à Edwards bien placé (2-0, 33’59). Les Gothiques continuaient leur domination dans ce tiers mais sans trouver la faille une troisième fois, terminant le tiers avec quatorze lancers, et n’en offrant que trois à Mulhouse.

Les Scorpions revenaient avec de meilleures intentions dans l’ultime tiers-temps, mais la première occasion chaude était amiénoise. Halley servait Giroux qui entraient en zone, et qui tentait une passe liftée dans la course de Poudrier, mais ce dernier était un peu trop court pour convertir cette occasion. Puis, Thillet, tout en vitesse, s’échappait et allait affronter Surek en un contre un. L’attaquant français dribblait le gardien mais son revers n’était pas assez assuré et passait juste au dessus de la cage mulhousienne.

Les hommes de Christer Eriksson tentaient bien de réagir, mais butaient sur un Henri-Corentin Buysse impérial qui comptait bien assurer son deuxième blanchissage de la saison, après celui obtenu à Lyon. Matima, après un une-deux avec Thillet, s’offrait une dernière occasion mais Surek se couchait bien, et si les Gothiques terminaient la rencontre à six contre quatre, les Scorpions n’arrivaient pas à trouver la faille.

Les Gothiques s’offraient donc leur premier succès à domicile après un match globalement maîtrisé, et un jeu de supériorité qui fait enfin mouche. Le manque d’occasion à cinq contre cinq est néanmoins un peu inquiétant avant d’aller affronter Grenoble, mais les Brûleurs de Loups ont une infirmerie très fournie, et les Samariens semblent enfin lancés dans une spirale positive, qu’il faudra confirmer avant la trêve.

Réactions d’après match :

Mario Richer (entraineur d’Amiens) : « On a bien fait la semaine dernière avec trois victoires consécutives et on continue sur la même lancée. C’est une question de confiance, et ça s’est vu aujourd’hui, on a joué avec plus de confiance. On doit encore améliorer le contrôle du palet, compter plus de buts parce qu’on n’en a marqué que deux et en avantage numérique. On doit travailler notre cinq contre cinq. On a eu autant de chances que l’adversaire parce qu’on n’a pas encore la facilité de compter des buts, même si le premier était très beau avec quatre passes consécutives. On a bien contrôlé nos émotions, sans paniquer avec la rondelle. Mulhouse n’a pas eu de gros temps forts. On aurait pu mettre plus de buts mais on s’est assuré de ne pas laisser grand chose à l’adversaire. Ils n’ont eu que neuf chances de compter, ce n’est pas beaucoup. C’était un bon match, et la majorité de leurs chances étaient sur leur avantage numérique, avec un Kevin Hecquefeuille en défense, ça aide. »

Christer Erikssen (bientôt ex-entraîneur de Mulhouse) : « J’ai trouvé Amiens un poil plus fort que lors du match chez nous, avec plus d’intensité aujourd’hui. Leurs trois victoires les ont rassurés. Leur powerplay tourne à pleine vitesse et, de notre côté, on a pas mal de blessures. On a vu nos difficultés dans le premier tiers, notamment dans le tempo, même si ça s’est fini à 0-0. Derrière, on prend deux buts à quatre contre cinq et trois contre cinq. On a beaucoup travaillé dans le deuxième tiers parce qu’on a pris trop de pénalités, et ça tirait sur les organismes. Les joueurs n’avaient peut-être plus les jambes pour revenir ensuite, même si dans le troisième tiers on a tenté, sans marquer de buts. J’ai trouvé Amiens plus intense et très proche de l’équipe de l’an dernier qui était très difficile à jouer pour nous. »

Le communiqué de presse de Mulhouse ce vendredi 2 novembre : « L’objectif de cet ajustement est de donner un nouveau souffle à l’équipe après un début de saison délicat. Christer Eriksson est libéré de ses obligations d’entraîneur de l’équipe première. Il pourra ainsi se concentrer à plein temps sur son rôle de manager général des Scorpions. Ses nombreuses compétences restent un atout au service du club et il pourra ainsi les mettre à profit plus sereinement. Son remplacement à la tête de l’équipe s’effectuera en interne. Le nouvel entraîneur de l’équipe première se nommera Yorick Treille. Le changement sera effectif au retour de la trêve et Yorick disputera le dernier match de sa carrière samedi, face à Nice, en tant que joueur des Scorpions. Le club souhaite s’inscrire dans la durée avec Yorick afin qu’il contribue, lui aussi, au développement de la professionnalisation et de la compétitivité de notre club. Il sera assisté par Erwan Agostini, dont le rôle restera identique. »

 

Amiens – Mulhouse 2-0 (0-0, 2-0, 0-0)
Mercredi 31 octobre 2018 à 20h au Coliséum. 2800 spectateurs.
Arbitrage de M. Alexandre Hauchart assisté de MM. Clément Goncalves et Jérémie Douchy.
Pénalités : Amiens 12′ (4′, 4′, 4′) ; Mulhouse 14′ (4′, 8′, 2′)
Tirs : Amiens 30 (10, 14, 6) ; Mulhouse 23 (11, 3, 14)

Évolution du score :
1-0 à 20’36 : Romand assisté d’Edwards et Thillet (sup. num.)
2-0 à 33’59 : Edwards assisté de West et Anderson (double sup. num.)

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Pierre-Maxime Poudrier
Dimitri Thillet – Mario Valery-Trabucco – Rudy Matima
Jérémie Romand – Joey West (A) – Spencer Edwards
Thomas Suire – Félix Plouffe  – Kévin Da Costa

Défenseurs :
Ondrej Smach – Jonathan Narbonne (C)
Holden Anderson – Axel Prissaint
Romain Bault – Léo Guillemain

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Mulhouse

Attaquants :
Rolands Vigners – Milan Jurek – Arturs Sevcenko
Sebastien Trudeau – Sandis Zolmanis – Jordan Draper
Yorick Treille – Kévin Lorcher – Lou Bogdanoff
Roope Nikkilä – Andrei Esipov

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille – Hugues Cruchandeau
Damien Raux – Michal Seda
Hubert Genest – Martin Kenny
Jonathan Estienne – Pierrick Hoehe

Gardien :
Martin Surek

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

Aliquam non dictum eget Phasellus Donec