Rouen – Nice (Ligue Magnus, 14e journée)

En rose et au petit trot, ils s’imposent aussi !

427

Rouen accueille en leader le septième de ligue Magnus, Nice, qui évolue à quatre lignes de cinq joueurs malgré les abscences de deux de leurs attaquants, Vondracek et Perttilä. Recevoir les Azuréens ravive un mauvais souvenir. Il y a un peu plus d’un an, après un déplacement à Grenoble (comme ce soir), les Aigles avaient chassé Matija Pintaric de devant sa cage. Avant la fin du premier tiers, les visiteurs menaient 0-5 ! Ce soir, il s’agira pour les Dragons, dans un calendrier similaire, de bien maîtriser, cette fois, ce match-piège.

Après une occasion de Joël Caron (1’15) bien déviée de la botte par Julian Barrier-Heyligen, préféré à l’habituel n°1 Mustukovs, le match s’installe dans un faux rythme jusqu’à ce que les Niçois obtiennent deux supériorités, toutes deux annihilées par les Rouennais, mais qui réveillent les visiteurs. Désormais plus en confiance, ils font face à des Normands un peu brouillons. Peut-être à cause des réajustements de paires défensives, rendus nécessaire par l’absence de Florian Chakiachvili. Dans tous les cas, les locaux ne sont pas tranchants. Les Aigles obtiennent un contre surnuméraire sur lequel Matej Palocko ne trouve pas le cadre (16’56), avant de terminer la première période et de commencer la suivante avec un homme de moins.

La première minute du vingt médian, jouée en unités spéciales, est intéressante. D’abord, Chad Langlais fait briller Julian Barrier-Heyligen (20’16), puis Tuukka Rajamäki sort de l’unité d’infériorité azuréenne avec Peter Bjaloncik. En deux temps, Matija Pintaric peut bloquer la rondelle de l’ailier finlandais (20’41). Moins de deux minutes plus tard, Marek Drtina monte de sa position d’arrière dans un intervalle. Le défenseur tchèque provoque le rempart local qui doit sortir le grand jeu (22’03).

Après avoir savouré ces occasions qui animent enfin le jeu, on voit les hommes de Stanislav Sutor sanctionnés à la queue leu leu. Bjaloncik, Dorey et Barrier offrent 1’51 cumulées de double supériorité en faveur des joueurs de Fabrice Lhenry. Les trios niçois sont efficaces. Carpentier, Scolari, Bergeron, Hrehorcak, Lacheny, Sabatier et Macejko se dépêtrent de ces impuissances. Mais, alors qu’ils défendent à quatre depuis 8 secondes, à leur droite, Joël Caron se saisi d’un rebond sur le poteau, au bout d’une déviation de Loïc Lampérier (notre photo ci-dessous) pour, après un contrôle du revers, ouvrir la marque dans une cage ouverte (1-0 à 28’21).

Du côté des Dragons, ce but ne va pas franchement emballer la rencontre. Les Aigles demeurent dangereux car parfois leurs adversaires restent approximatifs. Les blancs obtiennent un nouveau contre surnuméraire sur lequel Florian Sabatier est frustré par Matija Pintaric (33’52). À petite vitesse, les champions de France obtiennent tout de même une chance quand Anthony Guttig est trouvé devant Barrier qui effectue un arrêt saisissant (34’22), puis en exécute un autre de la botte devant Deschamps. Les contres du NHE sont plus rapides. Pourtant Matej Palocko n’exploite pas un débordement suivi d’une passe de Valère Vrielinck (35’09). Puis, dans une défensive moins agressive, Joël Caron délivre une bonne passe transversale en direction de Michel Miklik qui, dans le dos de la ligne de défense, se joue de Barrier, des poignets, au-dessus de son épaule gauche (2-0 à 37’31). Dans l’avant-dernière minute, le match s’active et les occasions s’enchaînent de part et d’autre. Valère Vrielinck « à la cage » dévie à côté (38’30), Michel Miklik (38’45) et Anthony Guttig (38’54) usent Julian Barrier-Heyligen.

Dans le dernier tiers, on ne passe toujours pas à la vitesse supérieure. Jusqu’aux trois dernières minutes, le jeu est en partie haché de pénalités. Entre deux, les Niçois sont les plus dangereux. Peter Bjaloncik n’est pas précis (49’57) et Matija Pintaric lui dit non à 45’45, comme à ses coéquipiers Frédéric Bergeron (49’22), Peter Hrehorcak (53’33) et Matus Matis (56’53).

Après une chance de Nicolas Deschamps non cadrée (55’48), Joël Caron, sur la gauche, feinte (de corps) Yoanne Lacheny, et accélère pour se présenter devant Julian Barrier-Heyligen qu’il fusille en haut à droite, un but magnifique (3-0 à 57’24). Rien que pour ce second but du meilleur pointeur rouennais, la patinoire Guy-Boissière, qui accueillait la foule pour la deuxième fois de suite à guichets fermés, pouvait se réjouir de la soirée. On ne boudera pas notre plaisir non plus lors du quatrième but des Dragons. Au bout d’une passe de la droite vers la gauche de Joël Caron (encore !), Michel Miklik enfile, sans contrôle, son second but de la soirée lui aussi (4-0 à 57’45). Le match est joué mais dans un dernier jeu de puissance, Matus Matis dévie adroitement un tir passe adressée de la gauche par Tuukka Rajamäki (4-1 à 59’30).

La confirmation est là pour le RHE76, tombeur de Lyon et de l’ogre grenoblois, en moins de 26 heures (!) sur la route, en fin de semaine dernière. Il a enchaîné avec un succès à domicile contre Nice, un match piège, qui démontre que l’élimination en coupe, à Dunkerque, était bien un accident.

Dans le cadre d’Octobre Rose, les maillots des Dragons, à usage unique, ont été remis par les joueurs à la fin du match aux gagnants des enchérisseurs qui ont permis de récolter un peu plus de 4 000,00€ au profit du Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Henri-Becquerel.

Étoiles du match : Joël Caron *** (Rouen), Matija Pintaric ** (Rouen) et Michel Miklik * (Rouen).

Commentaires (dans Tendance Ouest et Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « La semaine dernière avait mal débuté avec cette élimination en coupe de France, on avait été très déçu car on n’avait pas réussi à concrétiser toutes nos occasions et on est tombé sur deux bons gardiens et une équipe valeureuse. Mais j’ai aimé que l’équipe ait su rebondir sur la route face à deux bonnes équipes et qu’on soit très solidaires. Donc c’est tout de même très positif. On était peut-être un peu fatigué, on a passé la semaine sur la route, c’était compliqué. Mais même en étant moins bien, on a réussi à être solide défensivement et mettre les occasions, on va retenir les trois points et maintenant je sais que les joueurs attendent la semaine prochaine impatiemment (match aller de CHL face à Salzbourg, NDLR). »

Joël Caron (attaquant de Rouen) : « Je suis content. Je pense que mon premier point de la saison (NDLR : face à Angers, le 28 septembre) a débloqué les choses. Depuis, je joue avec plus de relâchement et ça s’enchaîne bien. Je suis bien aidé par les gars aussi. Quand de gros joueurs comme Deschamps et Aleardi, qui ont connu l’AHL, te disent de prendre ta chance dès que tu es en bonne position, de ne pas hésiter à lancer quand l’occasion se présente plutôt que de chercher la passe, ça met en confiance. Tout le monde me dit de faire ce que je faisais en D1 et qui marchait. C’est ce que j’essaye de faire. Ce soir, on n’a pas eu un match facile. Nice a bien joué et je pense qu’après le match de Grenoble, qui était un match à émotions, il y avait peut-être un peu de fatigue. Malgré ça, on a trouvé le moyen de faire la différence et quand tu as un Pinta (Matija Pintaric) dans la cage qui, comme lors du troisième tiers, réussit des arrêts importants, ça te met en confiance. »

Rouen – Nice 4-1 (0-0, 2-0, 2-1)
Mardi 30 octobre 2018 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : MM. Laurent Garbay assistés de MM. Joffrey Yssambourg et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Rouen 10′ (4′, 0′, 6′) ; Nice 10′ (2′, 6′, 2’).
Tirs : Rouen 30 (9, 10, 11) ; Nice 34 (13, 5, 16).
Chances : Rouen 6 (1, 5, 1) ; Nice 10 (1, 5, 4).

Évolution du score :
1-0 à 28’21 : Caron assisté de Lampérier et Roy (sup. num.)
2-0 à 37’31 : Miklik assisté de Caron et Koivisto
3-0 à 57’24 : Caron assisté de Roy et Dusseau
4-0 à 57’45 : Miklik assisté de Caron et Koivisto
4-1 à 59’30 : Matis assisté de Rajamäki et Tarkkanen (sup. num.)

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Alexander Aleardi
Joël Caron – Juha Koivisto – Michel Miklik
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Kévin Dusseau – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Chad Langlais – Enzo Cantagallo

Gardien :
Matija Pintaric (33 arrêts)

Remplaçants : Gaétan Richard (G), Joran Reynaud et Thomas Carminati. Absent : Florian Chakiachvili (?).

Nice

Attaquants :
Frédéric Bergeron – Florian Sabatier (A) – Peter Hrehorcak Jr.
Valère Vrielynck (C) – Matej Palocko – Matus Matis
Tuukka Rajamäki – Peter Bjaloncik – Romain Carpentier
Louis Petit – Zbynek Hampl – Rémi Thomas

Défenseurs :
Marek Drtina – Yoanne Lacheny
Juha Tarkkanen – Miroslav Macejko
Roni Viirlas – Aurélien Dorey (A)
Quentin Scolari – Quentin Mahier

Gardien :
Julian Barrier-Heyligen (26 arrêts)

Remplaçant : Ervins Mustukovs (G). Absents : Juuso Perttilä et Roman Vondracek (?).

Kevin Dusseau (Rouen)

 

Tuukka Rajamäki (Nice) et Enzo Cantagallo (Rouen)

 

Miroslav Macejko (Nice) et Chad Langlais (Rouen)

 

Mathieu Roy (Rouen) et Romain Carpentier (Nice)

 

Julian Barrier-Heyligen (Nice)

 

Matija Pintaric (Rouen) et Matej Palocko (Nice)

 

Chad Langlais (Rouen) et Marek Drtina (Nice)

 

Tuukka Rajamäki (Nice) et Juha Koivisto (Rouen)

 

Zbynek Hampl (Nice) et Atte Mäkinen (Rouen)

 

Anthony Guttig (Rouen) et Quentin Scolari (Nice)

 

Chad Langlais (Rouen) et Valère Vrielynck (Nice)

 

Roni Viirlas (Nice)

Les commentaires sont fermés.

pulvinar vel, Praesent dapibus risus id mattis Lorem