Grenoble – Gap (Ligue Magnus, 27e journée)

Un derby renversant à Pôle Sud !

100

Il a fallu attendre le 28 décembre pour voir le premier derby dauphinois de la saison, très attendu puisque plus de 4000 personnes sont présentes à Pôle Sud pour cette affiche de la Ligue Magnus. La faute à une conjonction de reports de matchs qui ont donc fait durer le suspense avant de retrouver la troupe de Luciano Basile dans l’arène grenobloise. Les Rapaces, solidement installés à la cinquième place, ont bien redressé la tête après leur défaite (5-1) à Rouen en battant nettement (7-3) Nice, autre prétendant au Top 8. Renforcé par l’arrivée de Roman Vondracek mi-décembre en provenance de Nice, le collectif gapençais vient se tester face au deuxième de la Ligue Magnus qui reste sur une belle victoire à Anglet (5-1). Les Brûleurs de Loups doivent faire sans deux défenseurs ce soir, Dominik Kramar et Connor Hardowa alors que Maxime Legault est toujours absent.

Les Brûleurs de Loups attaquent fort  avec notamment Joël Champagne qui par deux fois met Guillaume Leclerc sur orbite mais ce dernier rate le palet en tentant un one timer. Le premier bloc grenoblois campe dans la zone gapençaise mais une charge de Da Costa sur Kontos offre une première supériorité numérique à Gap. Les Rapaces arrivent bien à s’installer dans la zone grenobloise mais ils ne se procurent que des tirs lointains, pour la plupart non cadrés. Cette situation a toutefois bien mis les Gapençais dans le match. Ils se montrent beaucoup plus dangereux dans les minutes qui suivent avec notamment des grosses opportunités de Colomban et Biezais mais à chaque fois Horak réalise deux arrêts décisifs. Et alors que les Brûleurs de Loups semblaient en difficulté, un lancer de Magovac est repoussé par Cooke qui laisse un rebond que Da Costa reprend opportunément en poussant le palet au fond de la cage (1-0, 09’02).

Ce but redonne de l’élan aux Brûleurs de Loups qui reprennent les commandes du jeu, toujours sous l’impulsion d’un premier bloc impressionnant. Un lancer de Manavian dans le casque de Cooke offre une nouvelle opportunité à Grenoble qui maintient la pression en zone offensive. Les Rapaces tentent de jouer le coup à fond sur chaque contre à l’image de Brezins dont le lancer rebondit le long de la balustrade avant de revenir tout près du poteau ou plus tard d’un deux contre un emmené par Kontos et Thillet. Crinon est sanctionné pour une charge avec la crosse et Grenoble bénéficie de sa première supériorité numérique du match. Les Brûleurs de Loups font circuler le palet et Fleury en excellente position de tir essaie de trouver la lucarne, sans succès. Sur l’action, Vondracek charge Latendresse avec la crosse devant le slot et se retrouve pénalisé à son tour.

Grenoble se retrouve donc à cinq contre trois avec une grosse opportunité pour doubler la mise.  Après une bonne circulation du palet, Fleury passe astucieusement à McEachen esseulé devant le slot qui dévie le palet de la crosse pour le pousser au fond (2-0, 14’57).  Grenoble se donne de l’air en double supériorité numérique et peut continuer à cinq contre quatre. Leclerc se saisit du palet et tente sa chance : le palet rebondit entre le poteau et la jambière de Cooke et rentre (3-0, 15’21). Deux pénalités, deux buts encaissés, l’addition est lourde les Rapaces alors que comme souvent cette saison, Grenoble fait preuve d’un maximum d’efficacité en power-play. Derrière Champagne tente d’enfoncer le clou alors que la défense gapençaise vacille mais parvient à limiter la casse jusqu’à la sirène.

Forcément, on attend une réaction gapençaise au début de la seconde période et une pénalité contre Antonin Manvian qui a poussé Gibb au fond de la cage gapençaise leur permet d’entrer tout de suite dans le vif du sujet. Sur un contre, Arnaud, déséquilibré, percute Jordon Cooke mais les deux joueurs se relèvent. Le power-play gapençais n’arrive pas à trouver de situation de tir vraiment dangereuse. Mais de retour à cinq contre cinq, les Rapaces se montrent plus offensifs, notamment sous l’impulsion de Biezais qui fait le tour de la cage avant de lancer sur Horak. Une perte de palet dans l’axe de la cage gapençaise est exploitée par Kara mais le gardien Cooke parvient à rattraper le coup. Les Brûleurs sont plus attentistes dans ce second tiers ce qui permet aux Rapaces de se montrer régulièrement dans la zone grenobloise. Sans conviction Kearney puis Magovac lancent à la cage mais Cooke détourne sans problème. Suite à une belle occasion de Da Costa repoussée par Cooke, Maurin Bouvet trouve Jekimovs absolument seul face à la cage. L’attaquant letton bat facilement Horak d’un petit tir du poignet en lucarne (3-1, 27’14).

Ce but relance les Rapaces qui monopolisent la rondelle dans les minutes qui suivent alors que les Brûleurs de Loups peinent à se montrer dangereux. Sur un bon lancer de McEachen, Arnaud essaie de récupérer le rebond mais il est contré par Nelson, pénalisé sur l’action. Nouvelle supériorité numérique pour Grenoble qui avait marqué sur les deux premières. Mais sur celle-ci, les Isérois sont peu inspirés, à l’image de leur prestation dans ce deuxième tiers-temps joué sur un faux rythme.

Gap en profite pour durcir le jeu avec quelques mises en échec bien senties. Les actions se multiplient sur la cage grenobloise avec Biezais puis Colomban qui font passer le frisson dans la défense iséroise. Seule manque l’efficacité aux Rapaces car ils font l’essentiel du jeu. Abramov se rappelle au bon souvenir de ses anciens coéquipiers avec une belle chevauchée en zone offensive mais Horak parvient à repousser le danger. Malgré ce tiers peu convaincant, les hommes de Terglav parviennent à rentrer au vestiaire avec deux buts d’avance.

Au troisième tiers, les Brûleurs de Loups semblent animés de meilleures intentions mais après une bonne période d’occupation en zone offensive, ils se font contrer sur un 2 contre 1 emmené par Colomban qui s’en va battre Horak d’un joli but en lucarne (3-2, 42’06). S’ensuit une échauffourée entre Bisaillon et Schmitt le long de la bande qui se traduit par une supériorité numérique pour Grenoble. Une belle opportunité pour les Brûleurs de Loups de reprendre deux buts d’avance. Fleury tente de forcer le chemin de la cage avec un gros lancer qui passe juste au-dessus de la transversale. Puis c’est Da Costa dans l’axe qui teste Jordon Cooke, bien placé sur le lancer de l’international tricolore. Gap parvient à tuer la pénalité mais de retour à cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups monopolisent la rondelle sans pour autant retrouver l’intensité qui leur avait permis de prendre leurs distances au premier tiers. Les Rapaces subissent mais obligent leurs adversaires à prendre des tirs lointains, à l’image de Magovac ou Fleury. Et c’est au cœur de la domination grenobloise que Gap frappe à nouveau : un palet bien remonté par Bouvet qui lance une contre-attaque à trois avec Biezais et Reno : Bouvet passe à Biezais qui laisse en retrait pour Reno dont le lancer contré arrive dans la crosse de Bouvet qui conclut l’action, une vraie contre-attaque d’école (3-3, 48’47) !

Cette égalisation gapençaise relance complètement le suspense pour la fin de match avec des Rapaces qui y croient plus que jamais alors que les Brûleurs de Loups semblent accuser le coup. Colomban est tout près d’inscrire le quatrième but gapençais mais Rohat répond du tac au tac avec un lancer qui frôle le montant. Après un cinglage de Gibb sur Kara, le power-play grenoblois s’installe bien : après un premier lancer de Rohat qui passe de peu à côté, celui de Da Costa transperce la défense et Cooke pour le plus grand bonheur de Pôle Sud (4-3, 51’30) ! Les Brûleurs de Loups peuvent souffler, ce but coupe la dynamique gapençaise. Mais les Rapaces auront à leur tour une occasion de faire la décision lorsque Magovac fait trébucher Schmitt. En supériorité numérique, Brown reprend au rebond un lancer de Thillet mais le palet passe de quelques centimètres à côté du poteau. Grenoble souffre mais parvient à tuer la pénalité. Dès le retour à cinq contre cinq, Latendresse déclenche un lancer puissant qui touche le filet extérieur.

Dans les dernières minutes, les Brûleurs de Loups tentent de marquer le but du KO mais Kara croise trop son tir puis Cooke réalise un arrêt à bout portant face au même Kara. Les Grenoblois parviennent à maintenir le palet en zone offensive jusque dans les dernières minutes. Luciano Basile ne peut demander son temps mort et sortir Cooke qu’à trente secondes de la fin. Peine perdue puisque Bisaillon finit par marquer dans la cage vide à la dernière seconde d’un magnifique lancer depuis sa ligne de but (5-3, 59’59).Ce premier Grenoble-Gap de la saison a tenu toutes ses promesses avec une grosse intensité et un scénario incroyable ! Les Brûleurs de Loups se sont fait des frayeurs dans un match qu’ils semblaient avoir pourtant tué dès la première période avec une avance de trois buts. Un gros premier tiers qui n’a pas été reproduit par la suite, les deux tiers suivant étant nettement plus laborieux côté grenoblois. À tel point que le come-back gapençais aurait pu mener à un scénario catastrophe pour les Isérois. Heureusement, ils ont pu compter ce soir sur des unités spéciales excellentes avec trois buts marqués en supériorité numérique et un boxplay impeccable.

C’est ce qui a fait la différence entre les deux équipes ce soir car à cinq contre cinq, les débats étaient relativement équilibrés avec une équipe grenobloise qui était maître du palet mais les Gapençais avaient les tirs les plus dangereux sur des contre-attaques redoutables. On notera d’ailleurs un manque de sérénité défensive côté grenoblois ce soir, possiblement dû aux absences de Kramar et Hardowa car la défense grenobloise a été clairement prise en défaut sur les trois buts gapençais. On retiendra les bons matchs de Da Costa, qui a enfin retrouvé son efficacité avec deux buts et de McEachen, qui a bien mis à profit le gros temps de glace dont il a bénéficié ce soir.

Côté gapençais, les regrets sont immenses alors qu’en revenant à 3-3, les Rapaces semblaient avoir fait le plus dur, le momentum étant en leur faveur. Bien sûr, à l’inverse des Grenoblois, les unités spéciales ont été totalement inefficaces ce soir. Mais avec une grosse énergie et un jeu de transition très rapide, Gap a été tout près de créer la surprise ce soir. Vivement les prochains derbys ! En attendant, un autre derby attend les Brûleurs de Loups dimanche du côté de Lyon alors que les Rapaces tenteront de valider leur bonne forme actuelle avec la réception de Mulhouse.

Désignés joueurs du match : Teddy Da Costa (Grenoble) et Jordon Cooke (Gap)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Contre Gap, il y a toujours beaucoup d’intensité. C’est une équipe qui joue soixante minutes, on l’a vu même en menant 3-0, parce qu’il manquait un peu d’énergie, un peu de gnac. Sur les transitions, ils ont été très rapides. Toutes les chances qu’ils ont eues, c’est quand on a perdu le palet en zone offensive, notre troisième homme n’était pas présent comme on le voulait. Ils en ont profité en marquant trois buts mais après, on a vu qu’on avait un très bon avantage numérique et quand c’était le moment de faire la différence, on l’a fait en marquant le but gagnant. Gap a fait quelques changements les dernières semaines, ils ont quatre blocs qui jouent de la même façon, c’est une équipe contre laquelle, si tu n’es pas discipliné, et si tu ne joues pas soixante minutes de la même façon, ils peuvent te faire mal…. En deuxième partie de match, il manquait un peu d’énergie, les changements étaient un peu trop longs, l’intensité n’était pas là comme on le voulait et on les a laissés revenir dans le match. On a beaucoup parlé avec Teddy d’utiliser plus son shoot, il a un très bon lancer et il ne l’utilise pas assez. Il fait un très gros match aujourd’hui, c’est lui qui a fait la différence quand c’était le moment, je suis content pour lui. Quand il manque deux de tes défenseurs, il faut toujours faire des ajustements à la dernière minute parce que c’est arrivé hier ou avant-hier, ils sont malades. Mais on a quand même une profondeur de banc pour que, quand ces moments-là arrivent, on soit correct. On a vu d’autres gars jouer plus, c’est aussi l’occasion pour nous de voir ce qu’ils sont capables de faire. Les blessures font partie du jeu, on n’est pas tout seuls, tout le monde a des joueurs blessés, c’est à nous d’être bien adaptés et de faire le maximum avec ce qu’on a. »

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « On peut parler de la faute ? Je vais vous poser une question … Vous voyez une équipe comme Gap qui avec ses moyens se bat pour revenir dans le match, à sept minutes de la fin, vous n’avez pas envie de voir les deux équipes se battre pour gagner ? Que les deux équipes sur la glace décident ? On marque le but et c’est nous qui nous retrouvons en infériorité, c’est Bisaillon qui arrache le casque de Schmitt ! Et ça, ça n’a pas suffi pour que Grenoble scelle le match. Donc on revient, on égalise et l’arbitre s’en mêle. Moi je trouve ça vraiment dommage. Je suis un entraîneur mais aussi un amateur de sport et le combat, c’est laisser les deux équipes jouer. Je vais voir le superviseur, il me dit ne pas pouvoir donner une opinion parce qu’il n’a pas vu la faute, mais il est tout là le problème, à sept minutes de la fin à 3-3, il faut être certain de ce qu’on siffle ! C’est scandaleux, je vais pas parler pour le reste parce qu’il n’y a rien à dire. Je suis fier de mes gars, on s’est battu, on s’est accroché, notre gardien a fait un gros match, on a été regroupé devant lui. On n’a pas eu autant le puck que Grenoble, c’est normal, aujourd’hui Grenoble est loin devant nous en terme de qualité technique individuelle, on voit une équipe qui maîtrise le palet, qui n’a pas besoin d’aller vite, ils sont précis, c’est pas une équipe extrêmement rapide dans son exécution mais on voit qu’en power-play, ils sont très précis et ça joue très juste. On s’est accroché, on n’a jamais abandonné, je n’y croyais même pas mais mes gars ils y croyaient et je les ai félicités pour ça. Je suis fier de nous et on va essayer d’aller de l’avant de toute façon l’arbitrage on ne peut pas le maîtriser, on va être obligés de l’accepter, on n’a pas le choix. On est sur une lancée de quatre bons matchs, et sur ces quatre matchs là, on a eu une victoire, 4 points sur 12 seulement. Mais sur le contenu, je suis convaincu qu’on est dans la bonne direction, on fait un bon match à Amiens mais on perd en prolongation, on fait deux excellents tiers à Rouen avant de perdre un peu le fil au troisième. Le dernier match contre Nice, on fait un très bon match. Aujourd’hui, on sait que Grenoble est à 30,5% d’efficacité sur le power-play et puis ils ont eu un petit coup de pouce de l’arbitrage. Ils en ont profité et c’est ce qu’ils doivent faire, quand il est en notre faveur, il faut en profiter. Nous ce n’est pas la même habileté en power-play, on fait ce qu’on peut et on joue contre la seule équipe qui est à plus de 90% d’efficacité en infériorité en France. La majeure partie de nos chances, on les a créées à partir de notre zone défensive où on se projette vite vers l’avant en contre, on joue avec nos armes. »

Teddy Da Costa (attaquant de Grenoble) : « Je trouve qu’on fait un super premier tiers et après on a un peu lâché notre jeu, on a été un peu plus fancy, on a essayé de s’amuser un peu, je trouve que ce n’est pas sérieux, c’est une belle équipe en face, ils nous l’ont montré, ils sont revenus au score mais on a été chercher la victoire. On a un power-play important et dans les moments importants, on a toujours un mec qui arrive à faire la différence. Quand ce n’est pas la première ligne, c’est une deuxième ligne, quand ce n’est pas la deuxième, c’est une troisième ligne. C’est ça qui est bien dans cette équipe, toutes les lignes peuvent apporter dans les moments importants et c’est ce qu’on a fait ce soir. Mes deux buts me délivrent un peu, j’avais quand même pas mal de shoots par match, des occasions et il n’y a rien qui rentre, donc dans ma tête c’était un peu le désespoir mais ça fait du bien et j’espère que je vais continuer comme ça. On a un très bon PK qui marche bien et ça fait la différence après c’est à nous d’aller chercher les buts, on a de très bons joueurs offensifs. On s’est appliqué ce soir et ça a marché. »

 

Grenoble – Gap 5-3 (3-0, 0-1, 2-2)
Vendredi 28 décembre 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 4050 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion et Damien Bliek assistés de Joris Barcelo et Anne-Sophie Boniface
Pénalités : Grenoble 8’ (2’, 2’, 4’), Gap 22’ (4’, 2’, 6’+10’).
Tirs : Grenoble 41 (12, 15, 14), Gap 17 (5, 6, 6).

Évolution du score :
1-0 à 09’02 : Da Costa assisté de Magovac et McEachen
2-0 à 14’57 : McEachen assisté de Fleury et Kearney (double sup. num.)
3-0 à 15’21 : Leclerc assisté de Bisaillon et Da Costa (sup. num.)
3-1 à 27’14 : Jekimovs assisté de Bouvet et Gibb
3-2 à 42’06 : Colomban assisté de Abramov et Schmitt
3-3 à 48’47 : Bouvet assisté de Reno et Biezais
4-3 à 51’30 : Da Costa assisté de Leclerc et Kearney (sup. num.)
5-3 à 59’59 : Bisaillon assisté de Rohat et McEachen (cage vide)

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Guillaume Leclerc
Vincent Kara – Sébastien Rohat – Damien Fleury (A)
Julien Baylacq – Teddy Da Costa (2’) – Matthias Arnaud
Dylan Fabre – Olivier Latendresse – Aurélien Dair

Défenseurs :
Patrick McEachen – Aleksandar Magovac (2’)
Christophe Tartari (A) – Antonin Manavian (2’)
Lucien Onno – Sébastien Bisaillon (2’)

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Lauric Convert. Absents : Teddy Trabichet (épaule), Boštjan Goličič (poignet), Maxime Legault (adducteurs), Dominik Kramar, Connor Hardowa (malades).

Gap

Attaquants :
Adam Kambeitz – Roman Vondracek (2’) – Jeffrey Brown (C)
Roberts Jekimovs – Maurin Bouvet (A) – Elvijs Biezais
Dimitri Thillet – Kristoff Kontos – Romain Gutierrez (A)
Paul Schmitt (4’) – Robin Colomban – Norbert Abramov

Défenseurs :
Samuel Labrecque – Dan Gibb (2’)
Pierre Crinon (2’+10’) – Parker Reno
Vincent Melin – Matt Nelson (2’)

Gardien :
Jordon Cooke [sorti de 59’25 à 60’00]

Remplaçants : Théo Gautero (G), Téo Sarliève, Johann Bayrou. Absents : Jimmy Darier, Raphaël Faure, Quentin Mahier.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :