Grenoble – Lyon (Ligue Magnus, 39e journée)

Les Brûleurs de Loups dominent le derby

42

Après avoir notamment dominé Amiens (5-1) dimanche, les Brûleurs de Loups ont réussi à confirmer à Bordeaux mardi en décrochant un succès après prolongation (3-2), le quatrième consécutif. Antoine Bonvalot, titularisé devant la cage grenobloise, a réalisé une grosse prestation à Meriadeck au point qu’Edo Terglav lui donne un deuxième départ consécutif. Les Lions sont l’une des proies favorites des Brûleurs de Loups puisque Grenoble a remporté les 15 derniers matchs entre les deux équipes en Ligue Magnus. Cette saison Lyon s’est incliné successivement 2-9, 2-5 et 3-4 face aux Isérois mais a remporté la rencontre de coupe de France (2-1). Le carré final à Bercy reste un motif d’espoir donc pour une équipe qui doute en venant d’enchaîner une septième défaite d’affilée face à Mulhouse (1-2). Une défaite lourde de conséquence puisqu’elle relègue les Lions à la dixième place, derrière les Scorpions. Sous peine de voir les play-offs définitivement s’éloigner, les hommes de Mitja Sivic doivent à tout prix enrayer cette spirale de défaites.

Dès le coup d’envoi, les Brûleurs de Loups se lancent à l’assaut avec un premier lancer de Champagne. Guillaume Leclerc accélère fort côté droit et déborde la défense mais son tir est repoussé par Olivier Richard. Le portier lyonnais doit multiplier les arrêts dans les premières minutes du match. Le gros pressing en zone offensive étouffe la défensive rhodanienne qui a beaucoup de mal à créer du danger en zone d’attaque. Et sur une grosse erreur de changement de ligne lyonnais, Kearney récupère le palet en zone neutre et adresse une passe parfaite à Leclerc qui file seul en direction du but pour battre Richard en lucarne (1-0, 06’54). Sur l’engagement qui suit, Arnaud et Rohat sont tout près de pousser le palet au fond alors que la défense lyonnaise n’arrive pas à se dégager. Blessé au poignet, Olivier Richard est obligé de quitter ses coéquipiers et laisse sa place à Rok Stojanovic. L’habituel gardien titulaire de Lyon est pris à froid puisqu’il encaisse rapidement un but sur un lancer du poignet de Legault (2-0, 07’56).

Le début de match est idéal pour les Brûleurs de Loups alors que les Lyonnais, cueillis à froid, essaient de réagir. Quentin Berthon déborde sur l’aile gauche mais son tir est bien bloqué par Bonvalot. Le jeu va vite d’une cage à l’autre avec Rohat en position de conclure de l’autre côté de la patinoire. Plus entreprenants, les Lions parviennent enfin à se montrer en zone offensive. Leurs intentions sont récompensées par une pénalité de Kramar qui retient Di Dio Balsamo. Pendant cette première supériorité numérique pour Lyon, Pierre Robert parvient à trouver une très bonne position de tir face au slot mais Bonvalot repousse. Il fait de même quelques instants plus tard avec le tir du revers de Correia. Manque de réussite en supériorité numérique mais bonne dynamique pour les Lions avec Di Dio Balsamo de nouveau qui tente sa chance du revers. Lyon finit fort le tiers et obtient une nouvelle pénalité de Champagne. En infériorité, les Brûleurs de Loups arrivent quand même à se montrer dangereux sur une contre-attaque menée par Legault et Arnaud. Mais ils parviennent à tuer la pénalité et à finir le tiers avec deux buts d’avance.

Dès le début du deuxième tiers, Lyon se retrouve en infériorité numérique après un cinglage de Pascal. L’occasion est belle pour Grenoble qui se procure une première opportunité sur une déviation de Kearney. La deuxième sera la bonne avec une passe de Kearney devant la cage pour Legault qui tire sans contrôle et marque d’un tir croisé (3-0, 20’57). Dos au mur, les Lions tentent de réagir avec une reprise de Kyle Essery à bout portant, repoussée par Bonvalot. Sur le contre rapidement joué par Grenoble, Kara déborde sur l’aile droite, centre pour Latendresse complètement démarqué mais ce dernier ne parvient pas à marquer dans un angle fermé. Lyon se montre bien offensif avec un nouveau contre de Lavrovs qui oublie Robert pour lancer à la cage. Finalement, sur un 2 contre 1 mené avec Kulikov, Sébastien Delemps fixe Bonvalot et loge le palet en lucarne (3-1, 24’46).

Ce but relance les Lions qui semblent animés de bien meilleures intentions offensives. Mais Grenoble reste présent avec un bon contre de Karan. Puis c’est Dair qui ne cadre pas son tir face à la cage. Les Brûleurs de Loups mettent le feu dans la zone défensive lyonnaise sur un contre de Leclerc : le palet est repoussé mais pas contrôlé par la défense des Lions. Tartari récupère le palet à la bleue, qui remet à Champagne derrière la cage… Ce dernier attend Leclerc qui se présente seul face à la cage et marque en lucarne (4-1, 26’34). De nouveau, Lyon accuse trois buts de retard mais ne renonce pas. Tomas Andres bute sur Bonvalot sur une échappée. Le même Andres manque une cage grande ouverte après une action confuse devant la cage grenobloise.

Les occasions se multiplient pour Lyon. Correia parvient à passer entre les défenseurs pour défier Bonvalot mais il croise trop son tir. Trop d’imprécision pour l’attaque lyonnaise qui ne sait pas profiter du laxisme de la défense grenobloise dans ce deuxième tiers. Dans le festival des occasions manquées, on retiendra également celle de Quentin Berthon, complètement démarqué et qui n’arrive pas à déjouer Bonvalot. L’action se poursuit et c’est Di Dio Balsamo qui peut en lancer en bonne position sur la cage mais une nouvelle fois Bonvalot repousse. Edo Terglav demande un temps mort pour recadrer ses joueurs mais Essery a de nouveau une bonne opportunité. Pourtant, au cœur de la domination lyonnaise, Leclerc est à deux doigts de profiter d’une opportunité laissée par la défense lyonnaise. Dans la foulée, Artūrs Mickēvičs a une belle opportunité mais une nouvelle fois Bonvalot est déterminant. Les dernières minutes du tiers sont marquées par plus d’imprécisions et Grenoble rejoint la deuxième pause avec trois buts d’avance.

Dès le coup d’envoi, Leclerc parvient à prendre de l’espace et se retrouve seul mais ne cadre pas son lancer. Les affaires lyonnaises ne s’arrangent pas avec une pénalité de Breton. Cette deuxième infériorité numérique se passe mieux pour les visiteurs qui se font tout de même une petite frayeur sur une grosse occasion de Leclerc conclue par un lancer non cadré. Tartari part en prison et Lyon obtient enfin une bonne opportunité en supériorité numérique, ce qui n’était pas arrivé depuis le premier tiers. Mais les Lions sont stériles et manquent de se faire surprendre sur un contre de Joël Champagne. Les pénalités s’enchaînent dans ce tiers où les équipes jouent rarement à cinq contre cinq. Jules Breton est pénalisé à son tour sur une action où Legault est tout près de marquer. Ce n’est que partie remise puisque sur le power-play, le palet revient à Latendresse qui ne manque pas l’occasion de glisser le palet sous la jambière de Stojanovic (5-1, 50’27).

Deuxième but marqué en supériorité numérique pour Grenoble dans ce match qui plie le suspense. Les débats s’animent sur une action devant la cage : des coups échangés entre Kearney et Roussel mettent le feu aux poudres et au petit jeu du décompte des pénalités, ce sont les Grenoblois qui se retrouvent en infériorité numérique. Le power-play lyonnais ne fait pas grand-chose et Grenoble revient rapidement à cinq contre cinq. Les Brûleurs de Loups n’ont plus qu’à gérer leur avance mais une nouvelle largesse défensive permet à Di Dio Balsamo et Correia de se présenter à 2 contre 0 mais Bonvalot réalise de nouveau un arrêt miracle devant sa cage. Une pénalité contre Manavian permet à Lyon de terminer en supériorité numérique mais rien ne marche offensivement pour Lyon et le dernier mot revient à Bonvalot, auteur d’un arrêt très spectaculaire de la jambière sur une reprise à bout portant de Correia.

Grenoble s’offre une victoire facile et tranquille après avoir rapidement pris les devants dans la rencontre avec une avance de trois buts en début de deuxième tiers-temps. Par la suite, les Brûleurs de Loups n’ont eu qu’à contenir les attaques lyonnaises. Mais le score aurait pu être plus serré si les attaquants lyonnais s’étaient montrés plus efficaces tant ils ont eu des occasions, au deuxième tiers notamment. Heureusement pour Grenoble, Antoine Bonvalot était en état de grâce ce soir, confirmant sa très bonne sortie de mardi à Bordeaux et compensant ainsi les largesses de sa défense. Il a frustré les attaquants lyonnais visiblement en manque de confiance si on en juge par leur maladresse récurrente face à la cage. Du côté de l’attaque grenobloise, on retiendra les deux doublés de Legault et de Leclerc. Un retour en forme pour le premier, une habitude pour le second. Les Brûleurs de Loups essaieront de finir en beauté avant la trêve internationale en gagnant dimanche à Gap alors que Lyon aura impérativement besoin d’interrompre contre Nice cette incroyable série de huit défaites consécutives qui place les Lions en onzième position, Anglet ayant battu Strasbourg ce soir. Sinon les play-offs risquent de s’éloigner définitivement…

Désignés joueurs du match : Antoine Bonvalot (Grenoble) et Sébastien Delemps (Lyon)

(Photos Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Ces derniers temps, les deuxièmes tiers à domicile ne sont pas au niveau souhaité. Mais on a senti un peu de fatigue dans les jambes, on a eu un gros match à Bordeaux. Il nous a manqué quelques joueurs et on a tiré pas mal sur certains joueurs qui ont eu beaucoup de temps de glace. Il y a eu beaucoup de bonnes choses en première période. En deuxième période, il nous manquait un peu d’intensité face à une équipe de Lyon pour qui chaque point est important. Ils ont eu leur momentum en deuxième période mais notre gardien a été très bon, il a répondu présent quand on a eu besoin de lui. En troisième période, on s’est calmé un peu, on a un peu plus géré le match, on a gardé un peu plus le palet. On a marqué un gros but sur un avantage numérique pour bien finir le match. On s’améliore sur les pénalités, il faut qu’on gère mieux certaines situations dans le match, moins d’émotions, il faut être plus calme. Notre désavantage numérique depuis trois matchs est beaucoup mieux, il revient au niveau où il était avant, je suis très satisfait du comportement des joueurs. On voulait être patient avec Antoine [Bonvalot] avec la blessure qu’il a eue, aujourd’hui il est en top forme, il fait un gros match à Bordeaux, je voulais voir comment il allait réagir sur la route et aujourd’hui il a enchaîné avec un deuxième match parce qu’il l’a mérité. Je suis content pour Maxime [Legault], il n’a pas beaucoup de chance avec les blessures cette année. Depuis qu’il est revenu au jeu, il jouait très bien même si sa production n’était pas là mais il est resté positif. Aujourd’hui il a eu du temps de glace en avantage numérique, il a marqué deux beaux buts et c’est bien pour lui. »

Mitja Sivic (entraîneur de Lyon) : « Quand on ne marque qu’un seul but, c’est difficile de gagner. Dans l’ensemble, on a été pas mal, pas super, mais on leur a quand même donné trop d’opportunités à cause de nos erreurs. Leur gardien a fait la différence ce soir… En deuxième période, on a six ou sept très bonnes opportunités de marquer et on ne les met pas. Dans un match comme ça, on a besoin d’avoir un gardien au top niveau et on a besoin de marquer quand on a des chances. On ne l’a pas fait. Dans l’ensemble, on a fait un bon match mais je ne peux pas dire que je suis heureux, on a perdu. On a raté des matchs avant celui-là, maintenant c’est bientôt la fin de la saison régulière, on n’a pas droit à l’erreur. On doit jouer dimanche comme si c’était le dernier match de la saison, comme un septième match de série, comme la demi-finale ou la finale de la coupe de France. On doit être prêts et ne pas faire d’erreurs. On est toujours dans la course mais ça va être difficile. Deux jours avant le début de la saison, on a perdu 4 de nos meilleurs joueurs. Si on enlève ses quatre meilleurs joueurs à une équipe, elle va avoir du mal. Et parmi ces quatre joueurs, il y en avait trois qui devaient amener beaucoup d’offensive. Et les remplaçants ne sont pas au même niveau, ce ne sont pas des gars qui mettent un point par match en élite finlandaise ou slovaque… On est là où on peut avec les moyens qu’on a, on n’a pas beaucoup de possibilités et on doit faire avec des gars qui sont ok avec ce qu’on peut leur proposer, c’est aussi simple que ça. »

Maxime Legault (attaquant de Grenoble) : « Personnellement, je suis très content d’avoir marqué, deux fois en plus. Avec ma blessure, les matchs manqués, ça faisait longtemps que je n’avais pas réussi à marquer en match, ça fait énormément de bien. La partie s’est jouée sur les détails, on a beaucoup attaqué la cage. On a fait aussi des erreurs défensives qu’on va regarder et essayer d’améliorer. On a accordé beaucoup de surnombres, des breakaways, des deux contre un, je pense que ce sera à corriger. On essaie de prendre moins de pénalités mais c’est un peu une tendance en France les pénalités, ça fait partie du jeu. On est quand même une équipe robuste, on a beaucoup d’acharnement donc des fois ça passe mal aux yeux des arbitres mais ça fait partie du match. J’ai joué des très bons matchs depuis mon retour de blessure, c’est juste que je n’avais pas de succès pour marquer des buts. Ça enlève un poids des épaules. Le break à partir de lundi va faire du bien parce qu’on a eu beaucoup de matchs ces temps-ci, personnellement ça me fait énormément de bien, avec la victoire en plus. On se comprend bien sur la glace avec Olivier et Vincent, on a quand même une facilité, on peut le voir. On va vers l’avant, on ne passe pas beaucoup de temps dans notre zone, on fait des jeux simples, on met beaucoup le palet sur les bandes, on essaie de patiner pour le récupérer, on fait beaucoup de forecheck, ce ne sont pas toujours les jeux les plus jolis mais ils sont efficaces et on essaie de garder cette façon de jouer simple et de ne pas trop se compliquer la vie. Jusqu’à maintenant je crois qu’on a pas mal de succès ensemble. »

 

Grenoble – Lyon 5-1 (2-0, 2-1, 1-0).
Vendredi 1er février 2019 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3350 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart et Alexandre Bourreau assistés d’Éric Briolat et Gabriel Pointel
Pénalités : Grenoble 12’ (4’, 0’, 8’), Lyon 8’ (0’, 2’, 6’)
Tirs : Grenoble 31 (9, 10, 12), Lyon 30 (9, 11, 10)

Évolution du score :
1-0 à 06’54 : Leclerc assisté de Kearney
2-0 à 07’56 : Legault assisté de Kara et Manavian
3-0 à 20’57 : Legault assisté de Kearney et Champagne (sup. num.)
3-1 à 24’46 : Delemps assisté de Lairet
4-1 à 26’34 : Leclerc assisté de Champagne et Tartari
5-1 à 50’27 : Latendresse assisté de Kara et Da Costa (sup. num.)

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney (2’) – Joël Champagne (C) (4’) – Guillaume Leclerc
Vincent Kara – Olivier Latendresse – Maxime Legault
Teddy Da Costa – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud
Julien Baylacq – Aurélien Dair – Dylan Fabre

Défenseurs :
Dominik Kramar (2’) – Sébastien Bisaillon (A)
Antonin Manavian (2’) – Christophe Tartari (A, 2’)
Aleksandar  Magovac – Connor Hardowa

Gardien :
Antoine Bonvalot

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absents : Teddy Trabichet (épaule), Boštjan Goličič (poignet), Damien Fleury, Sacha Treille, Kyle Hardy (blessés), Lucien Onno, Patrick McEachen.

Lyon

Attaquants :
Julien Correia – Kyle Essery (A) – Tomáš Andres
Cédric Di Dio Balsamo – Quentin Berthon (A) – Artūrs Mickēvičs
Martins Lavrovs – Jaka Ankerst – Pierre Robert
Killian Lairet – Sébastien Delemps – Daniil Kulikov

Défenseurs :
Thomas Roussel (C, 2’) – Alexandre Pascal (2’)
Tyler Ferry – Vincent Llorca
Lubomir Dinda – Jules Breton (4 )
Cédric Custosse

Gardien :
Olivier Richard puis Rok Stojanovic à 07’23

Remplaçant : Hugo Faure. Absents : Ryan Verbeek, Valentin Michel, Kalvis Ozols.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

fringilla ultricies tristique commodo leo vel, mi, libero quis ut non