Brest – Briançon (Division 1, Demi-finale, match 1)

319

Briançon prend le premier point.

Une affiche Brest-Briançon en demi-finale de Division 1, voilà qui nous ramène quelques années en arrière. Dix-neuf ans précisément avec une série, en aller-retour à l’époque, largement remportée par les Bretons (8-1 et 9-4) qui filaient ensuite vers le titre en écrabouillant Mulhouse en finale (8-6 et 12-4).

L’ultra expérimenté Nicolas Favarin jouait déjà en Division 1 à cette époque. Infatigable, il est aligné ce soir aux côtés d’un autre vétéran en la personne de David Hennebert qui poursuit son coup de main à l’équipe. De quoi disposer de trois blocs défensifs alors que l’équipe de Sylvain Codère jouait avec une rotation à cinq derrière ces derniers temps. Rappelons que Briançon alignait jusqu’à huit défenseurs en quart de finale face à Marseille.

Hennebert se met en évidence de la mauvaise manière sur sa première présence puisqu’il écope d’un 2’+10’ après une mauvaise charge contre la bande à l’encontre de Nicolas Ruel qui est sonné (1’34’’). La pénalité est tuée et Joanette s’offre même une petite échappée au retour à cinq contre cinq mais il ne marque pas (3’45’’).

Ce n’est pas le cas de Petersen un peu plus tard qui lui ne loupe pas le coche. Le Canadien hérite d’un palet libre dans l’enclave après deux tentatives de Sprukts (1-0 à 6’16’’). Blazek est furieux après sa défensive qui n’a pu écarter le danger à temps.

Brest effectue une très bonne moitié de période avec des passes rapides qui trouvent leurs cibles. Puis la flamme s’amenuise assez nettement après la mi-tiers et laisse Briançon prendre le contrôle du jeu. Les Diables Rouges campent en zone offensive mais butent sur un Guerriero très solide et avare en rebonds.

La mainmise sur le palet par les visiteurs s’accentue au second tiers. Brest, déplorable sur les deux supériorités obtenues depuis le début du match, est plutôt passif et ne s’embarrasse guère avec le disque en le rendant très souvent à l’adversaire. La tactique locale est plutôt misée sur l’attente d’une faute adverse pour placer des contres.

Briançon patine davantage et le capitaine Demers montre l’exemple de l’effort en étant récompensé sur un débordement à l’aile gauche avant de repiquer avec succès vers l’enclave (1-1 à 26’).

Et pourtant Brest est capable de mettre par moments de l’intensité. Preuve en est, les pénalités de Favarin (29’17’’) et Joanette (33’47’’) sont brillamment tuées par un jeu en infériorité intense et plein d’efforts qu’on ne retrouve pas à cinq contre cinq. Une timide éclaircie apparaît dans le ciel breton suite à une pénalité de André (36’50’’). Brest s’installe enfin durablement en zone offensive en jeu de puissance. Kivimäki manque d’ailleurs de très peu le coche en loupant le palet malgré une cage béante (38’20’’).

Briançon réagit bien de retour au complet puisque Campbell s’offre un duel avec Guerriero mais son lancer n’est pas cadré. Un but d’avance des visiteurs aurait pourtant été mérité dans une période dominée 15 tirs à 6 par ces derniers.

L’intensité physique monte d’un cran au début de la dernière période du temps réglementaire avec de bonnes charges échangées des deux côtés. Briançon est toujours aussi dominateur avec le disque et pousse plus que jamais sur la cage de Guerriero. L’ancien Brestois Jessyko Bernard bénéficie des écrans de ses partenaires pour récupérer un palet errant et ajuster dans l’axe le portier breton (1-2 à 47’43’’).

Le chrono défile assez vite par la suite avec peu d’arrêts de jeu jusqu’à la pénalité de Bruyas pour accrocher (52’13’’). Là encore l’infériorité est bien négociée par Brest mais en sortant de prison Bruyas prend un coup et reste un moment à terre avant de rentrer au banc (54’26’’).

Le jeu reprend et rapidement un autre Brestois tombe à terre suite à un coup de crosse au visage. Le jeu se poursuit mais les Albatros marquent un temps d’arrêt et Briançon en profite pour marquer. Sous les huées du public le corps arbitral se concerte. Il décide d’annuler finalement le but et sanctionne Briançon pour une crosse haute de Ruel (54’36’’).

Brest ne laisse pas passer cette occasion de revenir et Justin Bernier nettoie la lucarne d’un Blazek complètement masqué par Jonathan Avenel (55’37’’). C’est une véritable montagne russe émotionnelle que viennent de vivre les deux équipes puisqu’on est passé d’un score potentiel de 1-3 à une égalité 2-2.

Aucune prise de risque dans la fin de temps réglementaire avec deux équipes prudentes qui atteignent la prolongation. Comme au match 5 face à Dunkerque, la période supplémentaire est brève mais cette fois ne tourne pas en la faveur des locaux. Pas suivi par son vis-à-vis, Young s’engouffre en possession du disque en zone offensive avec de la vitesse et déjoue Guerriero à bout portant sur le seul tir de la prolongation (2-3 à 60’42).

Briançon obtient la première manche en terre brestoise et remplit donc déjà son contrat du week-end en récupérant l’avantage de la glace. Les Diables Rouges ont été globalement dominateurs avec deux fois plus de tirs adressés sur la cage (41 contre 19). La domination est nette également sur les mises en jeu remportées avec un taux proche de 60 %. Alexandre Demers en a gagné 25 sur 33 à lui seul.

Et pourtant l’écart n’est que d’un but après prolongation malgré une rencontre moyenne des Albatros. Preuve que Brest peut largement mieux faire et espérer. L’entame de match était d’ailleurs bonne pour eux mais les choses ont sérieusement ralenti par la suite. Les unités spéciales sont très satisfaisantes pour les infériorités. En revanche le sentiment est plus mitigé en supériorité malgré du mieux sur les deux dernières dont une amène le but de Justin Bernier.

Les Bretons se doivent de réagir dès ce dimanche avant de prendre la route pour les Hautes-Alpes.

Joueurs du match : Justin Bernier (Brest), Mathieu André (Briançon).

 

Brest – Briançon 3-2 a.p (1-0, 0-1, 1-1, 0-1)
Samedi 23 mars 2019 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 839 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Joffrey Yssembourg et Leevan Thiebault.
Pénalités : Brest 18′ (2’+10’, 4’, 2’, 0), Briançon 8′ (2’, 4’, 2‘, 0).
Tirs : Brest 19 (6, 7, 6, 0), Briançon 41 (10, 15, 15, 1).

Évolution du score :
1-0 à 06’16’’ : Petersen assisté de Sprukts et Favarin
1-1 à 26’00’’ : Demers assisté de Drolet et André
1-2 à 47’43’’ : Bernard assisté de Young et Ruel
2-2 à 55’37’’ : J. Bernier assisté de G. Avenel (sup. num)
2-3 à 60’42’’ : Young assisté de Drolet et Seed

Brest

Attaquants :
Nicolas Thos – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Justin Bernier – Jonathan Joanette – Samuli Kivimäki
Gatis Sprukts – Markus Piispanen – Trevor Petersen
Nathan Bernier – Jan Krivohlavek – Dimitri Motreff

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alexandre Perron-Fontaine (A)
Gaëtan Cannizzo – Baptiste Bruyas
Nicolas Favarin – David Hennebert

Gardien :
Carmine Guerriero

Remplaçants : Alexis Neau (G), Anthony Laurent, Maël Letort.

Briançon

Attaquants :
Francis Drolet (A) – Alexandre Demers (C) – Mathieu André (A)
Fabien Métais – Lucas Bonnardel – Kyle Campbell
Blake Young – Nicolas Ruel – Jessyko Bernard
Antoine Gsegner – Nicolas Siegfriedt – Hugo Casini

Défenseurs :
Jason Seed – Gabriel O’Connor
Derek Brown – Patrick Piacentini
Niko Suoraniemi – Thibault Farina

Gardien :
Jiri Blazek

Remplaçants : Mathis Condevaux (G), Charles Schmitt, Alexandre Raby. Absents : Loïc Chapelier, Thomas Raby.

Les commentaires sont fermés.

ultricies dictum Praesent Praesent leo. libero. fringilla pulvinar Donec Sed consectetur ut