Brest – Briançon (Division 1, demi-finale, match 2)

223

Les Albatros muets.

Battus la veille, les Brestois doivent réagir pour ne pas se retrouver en fâcheuse situation. Sylvain Codère a remanié plusieurs blocs à l’exception du trio offensif composé des frères Avenel et de Nicolas Thos ainsi que la quatrième ligne.

Convaincant hier durant les dix premières minutes avant de s’effacer peu à peu, Brest propose du répondant plus longtemps ce soir en terminant la première période avec six tirs contre sept pour les Diables Rouges. Ces derniers sont tout de même costauds et Carmine Guerriero ne manque pas d’ouvrage.

Les visiteurs s’illustrent surtout sur leur jeu de transition largement supérieur à celui des Albatros. Les locaux ont une fâcheuse tendance tout au long de la rencontre à s’éterniser en zone défensive pour organiser trop longuement les phases d’attaque et parfois perdre dangereusement des palets. Le jeu de Briançon est lui plus léché, avec des relances précises qui portent rapidement le jeu en zone dangereuse.

Les Hauts-Alpins vont prendre la mesure de leurs adversaires dans un deuxième tiers rondement mené. Bien que Brest soit tout proche d’ouvrir la marque par Thos qui manque la cage (26’20’’), Briançon accentue sa pression. Campbell tape le poteau (28’) et il faut ensuite toute la classe de Guerriero pour débouter Young à la conclusion d’un deux contre un en infériorité (29’31’’).

Après un siège en supériorité de la cage du portier canadien, c’est Alexandre Demers qui, comme hier, inscrit le premier but du match en parvenant habilement à reprendre en déséquilibre un centre de Mathieu André (0-1 à 32’36’’).

Jessyko Bernard fait tinter la transversale de Guerriero peu avant une faute signalée à l’encontre de Bruyas (36’18’’). La pénalité est tuée mais revenus au complet, les Albatros ne parviennent pas à se sortir de leur zone défensive. Le jeu se poursuit et Campbell double le score dans le dos de la défense dans l’enclave (0-2 à 38’26’’).

Rien n’est perdu dans la dernière période pour Brest qui a espoir d’un but pour relancer la machine. Au grand désarroi de leurs supporters, les joueurs de la cité du Ponant demeurent pourtant impuissants. Beaucoup de tirs sont excentrés, l’axe étant bien défendu par Briançon, et donc moins dangereux. Brest s’embourbe en répétant inlassablement le même schéma de jeu qui n’a guère été efficace jusqu’à présent.

Seuls quelques exploits individuels génèrent une petite étincelle pour Brest à l’image du solo en infériorité de Sprukts qui déshabille la défense adverse mais bute sur Blazek (54’). Mais pour le reste, les problèmes demeurent pour eux. Les entrées zones ne sont pas assez rapides et souvent téléphonées.

L’indiscipline de Briançon, pénalisé deux fois en fin de match (56’13 et 56’41’’), pousse Sylvain Codère à poser son temps mort et sortir son gardien (56’13’’). C’est donc une situation de six contre quatre puis six contre trois en faveur des locaux.

Mais là encore, Brest n’est pas efficace en s’obstinant systématiquement à passer par Samuli Kivimäki pour lancer à la cage. Le Finlandais n’est pas maladroit mais étant à destination de toutes les passes il n’est dès lors pas difficile pour l’adversaire de deviner d’où le tir va provenir. L’ex-joueur de SM-Liiga aura adressé dix des vingt-deux tirs cadrés bretons dans cette rencontre… Briançon tient bon jusqu’à la sirène finale et Blazek obtient un jeu blanc mérité.

La réaction espérée par les supporters locaux n’est pas venue de la part de leurs protégés qui n’ont pas été convaincants et n’ont pas su remédier aux problèmes déjà vu la veille (jeu de puissance moribond, pertes de palet en zone défensive.)

Les voilà menés deux manches à zéro par une solide équipe de Briançon qui est très bien rentrée dans sa série. Les Bretons sont au pied du mur et sur le point de louper la finale de Division 1 ce qui, rappelons-le, n’est arrivé qu’une seule fois (en 2012) lorsque Brest est engagé dans ce championnat. Il faudra donc pour eux impérativement gagner mercredi à Briançon, chose qu’ils ont déjà fait il y a un peu plus d’un mois (7-6 le 23 février).

Joueurs du match : Trevor Petersen (Brest), Jiri Blazek (Briançon).

 

Brest – Briançon 0-2 (0-0, 0-2, 0-0)
Dimanche 24 mars 2019 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 645 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Joffrey Yssembourg et Leevan Thiebault.
Pénalités : Brest 14′ (4’, 6’, 4’), Briançon 12′ (0’, 6’, 6‘).
Tirs : Brest 22 (6, 5, 11), Briançon 27 (7, 15, 5).

Évolution du score :
0-1 à 32’36’’ : Demers assisté de André et Drolet (sup. num)
0-2 à 38’26’’ : Campbell assisté de Casini

Brest

Attaquants :
Nicolas Thos – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Trevor Petersen – Gatis Sprukts – Justin Bernier
Jonathan Joanette – Markus Piispanen – Samuli Kivimäki
Nathan Bernier – Jan Krivohlavek – Dimitri Motreff

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Baptiste Bruyas
Gaëtan Cannizzo – Alexandre Perron-Fontaine (A)
Nicolas Favarin – David Hennebert

Gardien :
Carmine Guerriero (sorti à 56’13’’)

Remplaçants : Alexis Neau (G), Anthony Laurent, Maël Letort.

Briançon

Attaquants :
Francis Drolet (A) – Alexandre Demers (C) – Mathieu André (A)
Fabien Métais – Lucas Bonnardel – Kyle Campbell
Blake Young – Nicolas Ruel – Jessyko Bernard
Antoine Gsegner – Nicolas Siegfriedt – Hugo Casini

Défenseurs :
Jason Seed – Gabriel O’Connor
Derek Brown – Patrick Piacentini
Niko Suoraniemi – Thibault Farina

Gardien :
Jiri Blazek

Remplaçants : Mathis Condevaux (G), Charles Schmitt, Alexandre Raby. Absents : Loïc Chapelier, Thomas Raby.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

at ultricies mattis ut Aenean venenatis Aliquam ut sed id