Rouen – Gap (Ligue Magnus 2019, demi-finale, match 5)

Quatrième finale de rang.

438

Quatrième finale de rang

Grâce à un filet de Loïc Lampérier sautant sur un retour de tir de l’ailier vétéran Marc-André Thinel sitôt une remise en jeu dans le troisième tiers, les Rouennais, avec caractère, sont venus à bout (5-3) des Gapençais, toujours très valeureux, collés comme des gommes à mâcher sous les patins des Normands, jusqu’au doublé du Lovérien dans la cage vide. Grâce à ce quatrième succès, le RHE76 se hisse en finale de ligue Magnus pour la quatrième année consécutive, sa dix-huitième !

Les hommes de Fabrice Lhenry sont sortis avec conviction dans la première période. Nicolas Deschamps (1’00) et Miklik (1’41) ont été les premiers à hériter d’occasion pour les locaux, avant un temps fort (Melin à 2’15 et Faure à 5’17) que leurs adversaires n’ont pas su concrétiser, même en avantage d’un homme, parce que Pintaric a veillé au grain face au lancer, une nouvelle fois, de Faure (8’49). Ensuite, les joueurs de Luciano Basile, encore accrocheurs, ont été privés de palet par des locaux désireux d’en finir. Mais une fois que Joris Bedin (10’34) a biaisé le cadre, bien que dominés, les blancs, avec l’énergie d’un condamné, interdisent l’enclave aux noirs-et-jaunes.

Les locaux lancent donc de loin. Kevin Dusseau (10’56) n’ajuste pas son lancer, et Roy, lui, fait briller Cooke (11’40). Mais les Seino-Marins bourdonnent de plus en plus aux oreilles de Jordon Cooke. Le gardien blanc en grand danger bouge même sa cage, une seconde fois (sans sanction), pour intervenir devant Aleardi (12’19). Joël Caron touche la barre ! Ensuite, les Rapaces persistent, jusqu’à ce que Joël Caron au terme d’une très longue présence, de plus d’une minute (!), se libère, dans une nasse dauphinoise moins spontanée. À l’intérieur du cercle droit, il peut viser au-dessus des épaules du portier canadien, juste avant la première pause (1-0 à 19’18).

Le début du tiers médian est haché de trois prisons. Les Normands, louables, maîtrisent mieux ces jeux spéciaux mais malgré leurs bonnes intentions, ils ne concluent pas. Nicolas Deschamps, à quatre contre quatre, manque le cadre (22’11). Tout comme Aleardi, servi par Langlais, en supériorité (24’30). À cinq contre cinq, la pression est toujours sur le but de Jordon Cooke. Joris Bedin, dans le trafic, oblige le gardien canadien à un arrêt en deux temps (26’30). L’ailier est ensuite frustré par Cooke, fusillé à bout portant (29’05). Le cerbère est célébré sur une percée d’Alex Aleardi (31’31) et sur une tentative de Deschamps (31’41).

Rouen souffre-t-il de « Cooke-luche », a-t-il manqué d’opportunisme ? C’est ce qu’on pense lorsque Gap hérite d’un contre surnuméraire. Au bout de la passe de Dimitri Thillet, Bouvet est dépouillé par Pintaric (32’26).  Après l’avertissement, le RHE76 (re)domine sans partage. Florian Chakiachvili, en haut du slot, se frotte à son tour à Cooke (32’39). Mathieu Brodeur dans une position similaire ne cadre pas,  mais son rebond dans la bande est repris par Nesa. Plein de spontanéité, l’ailier fait le tour de la cage et « emberli-Cooke ». Le palet est caché, l’arbitre prendra quelque secondes avant de valider le premier but de ces play-offs du natif de Saint-Cyr-L’École (2-0 à 33’57).

Gap est touché (pas coulé). Rouen en profite. Nicolas Deschamps lance fort du haut du cercle gauche, Cooke laisse un très long rebond dans une défensive pour la première fois de la série, passive, espacée et désunie. Alex Aleardi a tout le temps de frapper, dans le haut des filets, le retour des bottes du goalie (3-0 à 34’52). La foule, acquise à la cause locale, n’a pas le temps d’apprécier l’avance car Marc-André Thinel perd le palet en entrée de zone. Maurin Bouvet qui hérite du puck voit Biezais. En échappée, le Letton prend le meilleur sur Pintaric qui ne peut compléter son arrêt. C’est le neuvième but en série de l’attaquant (3-1 à 35’47).

Le but gapençais ne change rien à l’affaire. Les joueurs des bords de Seine reprennent le contrôle de la rondelle. Jordon Cooke est (re)mis à contribution. Le rempart s’en sort encore. Ni Mathieu Brodeur en haut du slot (36’30), Colotti et Aleardi (36’37), ou Lampérier (39’07) et Roy (39’46), ces deux derniers en avantage d’un homme, ne trouvent une nouvelle solution face à lui. À une seconde de la fin de la période, Jeffrey Brown part en breakaway mais Pintaric, vigilant, peut détourner le lancer à mi-distance du capitaine des visiteurs.

Au début du dernier tiers, les Rouennais se font surprendre par Adam Kambeitz. Le Canadien de 26 ans reprend, dans une défensive clairsemée, son retour de tir dans la bande (3-2 à 42’13). Après une chance de Michel Miklik (43’17), le jeu se ferme. Seul Roberts Jekimovs obtient une occasion que détourne Pintaric (47’20). Puis, sur un enchaînement classique (face-off gagné suivi d’un tir sur réception), Loïc Lampérier, présent au rebond du lancer, de près, exécute une rapide feinte des poignets pour mystifier Cooke (4-2 à 48’08). Nicolas Ritz (50’58) est à la terminaison d’un jeu à six contre cinq. Les Dragons ne profitent pas de la supériorité à suivre.

Comme Michel Miklik n’y arrive toujours pas (53’33), le but qu’obtient Bouvet en power-play en réduisant le score remet en cause une fin de match que la prestation des Normands aurait permise plus sereine (4-3 à 55’20). Les gradins de l’île Lacroix se font enfin bruyants. Le RHE76 ne cédera pas. Après un gros travail d’Alex Aleardi dans la bande, Lampérier sera habile pour inscrire un filet désert et clore la série (5-3 à 59’13).

Avec une vaillance indéniable, Gap, sans énormément d’occasion, mais avec un Cooke XXL, a réussi la prouesse de résister sans jamais lâcher, ni totalement craquer, devant un Rouen supérieur, qui s’impose avec conviction, cœur et mérite dans un match 5 lui donnant la chance de défendre son titre face à l’équipe « Marvel » de la ligue Magnus, Grenoble, que les hommes Dragons de Fabrice Lhenry tenteront de faire ch… à leur tour.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « Je suis satisfait, on se qualifie face à une belle équipe de Gap. On a su élever notre niveau de jeu, même si tout n’a pas été parfait ce soir. On a parfois pris trop de risques. Mais c’est une belle répétition pour la finale car on a su être fort défensivement et discipliné. Gap nous a poussés à faire des erreurs, il faut progresser encore, jouer 60 minutes. D’avoir une belle confrontation comme ça, ça va nous aider à bien aborder la finale. Grenoble a composé une équipe pour être champion mais on verra sur la glace. Si on joue à notre niveau… En tout cas c’est une belle finale pour le hockey français. »

Marc-André Thinel (attaquant de Rouen) : « Ce soir je suis heureux, je vais jouer ma 10e finale. On a eu globalement le contrôle de la série même si on n’a pas joué notre meilleur hockey là-bas. Il faut tirer un coup de chapeau à Gap, mais on ne voulait pas retourner là-bas… »

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Ce soir c’est la fierté qui prédomine, je n’ai aucune déception. Je suis aussi fier de cette équipe que de celle qui avait gagné le titre à Rouen il y a deux ans. On a joué sans trois défenseurs, c’est remarquable. On a bien embêté les Rouennais, du coup ils vont je crois avoir un petit avantage en finale grâce à nous… »

Rouen – Gap 5-3 (1-0, 2-1, 2-2)
Samedi 16 mars 2019 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs (guichets fermés)
Arbitres : MM. Jimmy Bergamelli et Geoffrey Barcelo assistés de MM. Thomas Caillot et Clément Goncalves.
Pénalités : Rouen 6′ (2′, 2’, 2’) ; Gap 8′ (0′, 6′, 2′).
Tirs : Rouen 34 (16, 15, 6) ; Gap 18 (8, 4, 6).
Supériorités : Rouen 0/4, Gap 1/3

Évolution du score :
1-0 à 19’18 Caron assisté de Colotti et Langlais
2-0 à 33’57 Nesa assisté de Koivisto et Brodeur
3-0 à 34’52 Aleardi assisté de Deschamps et Langlais
3-1 à 35’47 Biezais assisté de Bouvet et Faure
3-2 à 42’13 Kambeitz assisté de Kontos et Jekimovs
4-2 à 48’08 Lampérier assisté de Thinel et Ritz
4-3 à 55’20 Bouvet assisté de Thillet et Gutierrez (sup.num.)
5-3 à 59’13 Lampérier assisté de Guttig et Aleardi (cage vide)

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Alexander Aleardi
Joris Bedin – Joël Caron – Michel Miklik
Fabien Colotti – Juha Koivisto – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric (15 arrêts)

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo et Julien Msumbu.

Gap

Attaquants :
Jeffrey Brown (C) – Maurin Bouvet (A) – Elvijs Biezais
Norbert Abramov – Romain Gutierrez (A) – Dimitri Thillet
Roberts Jekimovs – Kristoff Kontos – Adam Kambeitz
Paul Schmitt – Roman Vondracek – Paul Joubert

Défenseurs :
Dan Gibb – Matt Nelson
Pierre Crinon – Raphael Faure
Vincent Melin – [Nelson]
Quentin Mahier – [Faure]

Gardien :
Jordon Cooke (32 arrêts), sorti de 58’54 à 59’13 et de 59’37 à 60’00.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Téo Sarlièvre et Johann Bayrou. Absents : Parker Reno (main), Samuel Labrecque (jambe) et Robin Colomban (genou).

 

Les commentaires sont fermés.

eget Phasellus Nullam id dolor. Sed mattis