Ladislav le Grand libère la Slovaquie

155

Depuis dimanche et le succès américain sur l’Allemagne, la Slovaquie sait qu’elle ne participera pas, pour la sixième année consécutive, aux quarts de finale des Mondiaux. Cela reste une frustration aux vues des scénarios des rencontres perdues. Pour son dernier match, les joueurs des Tatras sont opposés au Danemark, qui a joué la veille au soir. La Double-Croix avait déjà terminé, en 2011, ses championnats du Monde à domicile contre le Danemark, par une victoire qui comptait déjà pour du beurre à Bratislava.

C’est aussi la dernière sortie du capitaine Ladislav Nagy en compétition. Le champion du monde 2002, l’un des deux encore en activité, a décidé de tirer sa révérence à bientôt 40 ans, chez lui, à Košice, sa ville de naissance et celle de son dernier club, dont il était le capitaine. Nagy (« grand » en hongrois) clôt une riche carrière qui l’a vu goûter à la NHL, la KHL ou encore les championnats suédois et finlandais.

Le round d’observation dure cinq minutes avant que le Danemark s’impose un peu plus en zone slovaque. Frederik Storm et ses copains de ligne se montrent les plus actifs mais font toutefois preuve d’imprécision devant Denis Godla. Les deux formations reprennent vite leur attentisme et le jeu sans saveur offert par les locaux commence à agacer le public qui n’est pas venu pour voir le palet juste circuler d’un camp à l’autre.

La première occasion slovaque intervient enfin après onze minutes : Tatar déborde sur la gauche et centre pour Marko Daňo dont la reprise écrasée n’est pas cadrée. Libor Hudáček pique ensuite une mauvaise passe danoise entre les deux cercles mais perd son face-à-face avec Sebastian Dahm. Timidement, la Double-Croix s’approche du but scandinave.

Seulement huit tirs (dont cinq slovaques) ont été cadrés alors que pointe la pause mais une charge en retard de Mathias Bau provoque le premier power-play et l’on se dit que le match va enfin s’emballer (17’15). C’est se mettre le doigt dans l’œil. La Double-Croix est statique et ne tente rien. La sirène met fin avec soulagement à cette partition soporifique.

Les intentions slovaques ont l’air meilleur en entame de deuxième tiers. Marián Studenič fait le décalage sur l’aile droite mais sa passe est trop appuyée pour Michal Cajkovský qui arrive dans le slot en bout de course. Parfaitement servi par Hudáček, Tatar rate le cadre alors qu’il avait tout le temps d’ajuster. Dávid Bondra l’imite quelques secondes plus tard, seul devant Dahm. Les attaquants slovaques sont un peu à côté de leurs pompes…

Les Vikings rivalisent avec leur adversaire du soir dans l’indolence offensive. Storm est l’un des rares à échapper à ce constat ; il réalise un excellent fore-checking mais son palet volé est bloqué par Godla.

La Slovaquie pousse un coup d’accélérateur à la demi-heure de jeu. Michal Krištof crée le danger en fond de zone et Martin Marinčin termine le travail d’une puissante frappe croisée qui frôle le poteau gauche. Krištof, encore lui, se présente seul devant le gardien danois mais il vise dans ses bottes.

La défense des Danois est agressive sur le porteur de palet si bien que les Slovaques voient leurs tirs soit bloqués soit précipités. La possession est désormais nettement à l’actif des hommes de Craig Ramsay qui commencent à mettre plus d’impact dans leurs entrées en zone. Tatar décale pour Daňo, démarqué dans l’encalve, mais sa frappe fait seulement tinter la barre transversale.

La 38e minute de jeu est l’occasion pour la Steel Aréna de rendre un vibrant hommage à Pavol Demitra, capitaine de la Slovaquie en 2011 mort tragiquement dans le crash de l’avion du Lokomotiv Yaroslavl en septembre de la même année. Le hockeyeur de Dubnica portait le numéro 38 sur son maillot en club comme en sélection nationale.

Invoquer la mémoire du champion disparu a visiblement eu son petit effet. Marinčin retente sa chance de loin et la rondelle frappe le gant droit de Dahm puis ricoche sur le poteau avant de terminer sa route dans le filet (1-0, 39’04). La chance, qui a fait défaut au pays hôte contre le Canada et l’Allemagne, s’en est un peu mêlée sur ce coup.

Róbert Lantoši dans l’axe puis Adam Liška sur la droite menacent le gardien danois peu de temps après la reprise puis on revient à un jeu de passe-passe qui ravit finalement le public puisqu’il chante désormais et fait la ola. Sauf que la Double-Croix est à portée de fusil du Danemark qui presse de plus en plus. Les rouges bénéficient d’ailleurs de leur premier jeu de puissance (double-échec de Daňo, 46’10), qui se transforme vite en double power-play (retard de jeu de Sekera, 46’22). En plein tourniquet, Patrick Russel renverse pour Mikkel Bødker, qui transforme à droite dans un angle fermé (1-1, 46’41, photo ci-dessus).

L’égalisation danoise est loin de refroidir l’ambiance. Marián Studenič nous sort sa spéciale : il vire à tribord après un débordement sur l’aile gauche mais son revers est contrôlé in extremis par Dahm. Tatar est très remuant dans le petit périmètre mais il est gêné dans la finition par deux défenseurs. La Slovaquie pousse pour reprendre les commandes.

Mais c’est le Danemark qui récupère une munition après une crosse haute de Hudáček (51’07). L’infériorité numérique est tuée sans que Godla n’ait eu à effectuer d’arrêt mais le Danemark n’en a pas moins été menaçant avec une déviation dans le slot qui est passée à droite d’une cage à demi-ouverte.

La nervosité marque la fin de période. Visiblement enclin aux provocations, Hudáček improvise un combat de boxe avec Nicklas Jensen. Le Slovaque est prié de se calmer en calmer en prison, tout comme Černák et Oliver Lauridsen qui eux aussi ont tâté de l’épaule. Le jeu à 4 contre 4 n’aboutit sur rien de concret. On en est quitte pour la prolongation.

Matúš Sukeľ vole le palet en zone neutre et s’échappe en compagnie de Lantoši. Le petit centre de Slovan Bratislava attend le dernier moment pour servir son acolyte mais Dahm perturbe la manœuvre et le palet file sans trouver preneur. Sur la sirène, Krištof envoie un dernier tir, dévié de la botte par le gardien danois.

La Slovaquie l’emporte finalement en fusillade, grâce à un tir de… Ladislav Nagy dans la lucarne droite, conforté par la tentative réussie de Krištof en dernier tireur. Le champion du monde 2002 ne pouvait espérer meilleure sortie à domicile : désigné évidemment meilleur joueur du match de son équipe, il a ensuite été honoré par le public de la Steel Aréna, resté sur place pour rendre hommage à son champion et assister à l’hommage que lui a réservé ses coéquipiers et la fédération slovaque.

Désignés joueurs du match : Ladislav Nagy (Slovaquie) et Markus Lauridsen (Danemark)

Meilleurs joueurs slovaques du tournoi selon leurs entraîneurs : Andrej Sekera, Erik Černák, Matúš Sukeľ.

Meilleurs joueurs danois du tournoi selon leurs entraîneurs : Frederik Storm, Peter Regin, Mikkel Bødker.


Slovaquie – Danemark 1-1 (0-0, 1-0, 0-1, 0-0)
Mardi 21 mai 2019 à 16h15 à la Steel Aréna de Košice. 7440 spectateurs.
Arbitrage de Brett Iverson (CAN) et Linus Öhlund (SUE) assistés de Joep Leermakers (HOL) et Hannu Sormunen (FIN)
Pénalités : Slovaquie 10′ (0′, 0′, 10′, 0′) ; Danemark 4′ (2′, 0′, 2′, 0′)
Tirs : Slovaquie 28 (7, 11, 8, 2) ; Danemark 14 (3, 6, 3, 2)

Évolution du score :
1-0 à 39’04 : Marinčin assisté de Studenič et Nagy
1-1 à 46’41 : Bødker assisté de Russell et Jensen Aabo (double sup. num.)

Tirs au but :
Slovaquie : Studenič (manqué), Sukeľ (arrêté), Nagy (réussi), Tatar (manqué), Krištof (réussi)
Danemark : Bødker (arrêté), Regin (arrêté), Niklas Jensen (arrêté), Storm (arrêté)

Slovaquie

Attaquants :
Tomáš Tatar (A) – Libor Hudáček (4′) – Marko Daňo (2′)
Ladislav Nagy (A, +1) – Michal Krištof (+1) – Marián Studenič (+1)
Dávid Bondra – Matúš Sukeľ – Róbert Lantoši
Mário Lunter – Dávid Buc – Adam Liška
Tomáš Zigo

Défenseurs :
Andrej Sekera (C, 2′) – Erik Černák (2′)
Martin Marinčin (+1) – Michal Čajkosvký (+1)
Patrik Koch – Martin Fehérváry

Gardien :
Denis Godla

Remplaçant : Marek Čiliak (G). En réserve : Patrik Rybár (G), Marek Ďaloga (D), Christián Jaroš (D), Richard Pánik (A).

Danemark

Attaquants :
Mikkel Bødker (-1) – Peter Regin (C) – Patrick Russell
Frederik Storm – Jesper Jensen (-1) – Nicklas Jensen (-1)
Mathias Bau (2′) – Morten Madsen (A) – Nicolai Meyer
Morten Poulsen – Julian Jakobsen – Nick Olesen
Mathias From

Défenseurs :
Markus Lauridsen (-1) – Oliver Lauridsen (2′)
Phillip Bruggisser – Jesper Jensen Aabo
Nicholas B. Jensen (-1) – Oliver Larsen
Matias Lassen

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : Patrick Galbraith (G). En réserve : Simon Nielsen (D), Stefan Lassen (D).

Les commentaires sont fermés.

risus sit dolor. quis in mattis Aenean