Amiens – Rouen (match de préparation)

432

À une semaine de la reprise du championnat (le 10 septembre à Briançon), les Gothiques retrouvent leur antre du Coliseum pour un dernier match amical à domicile, après la défaite 4-2 face à l’Université Carleton d’Ottawa le 30 août dernier. Cette fois-ci, c’est un adversaire connu et reconnu que les Gothiques affrontent, les Dragons de Rouen, récents vainqueurs de la Coupe des Bains en Suisse après notamment deux victoires face à des équipes de LNA, premier échelon suisse. Pour cette rencontre, les Gothiques devront faire sans Axel Prissaint, blessé au pied face à Ottawa et absent pour six semaines. Le nouveau capitaine amiénois, Joey West, se retrouve donc à jouer les défenseurs de secours.

Le match commence sur un petit rythme, avec une maîtrise du palet globalement amiénoise, même si la première alerte est rouennaise avec une récupération haute de Thinel qui donne à Guttig en position idéale, mais Buysse garde le score de 0-0 (4’44). Le nouvel attaquant phare des Gothiques, Jérôme Verrier, provoque la faute de Joël Caron pour permettre à son équipe d’évoluer pendant deux minutes en supériorité numérique (6’35), malheureusement infructueuse avec un seul tir à la cage adverse et une difficulté à installer le jeu de puissance. Quelques secondes après la sortie de prison de l’attaquant rouennais, ce sont les locaux qui se mettent à la faute avec une charge avec la crosse de Michael Babcock (8’54). Et les Dragons ne se font pas prier, profitant également de la crosse cassée par le défenseur amiénois Dan Gibb, pour ouvrir le score par Anthony Guttig sur un service de l’infatigable Marc-André Thinel (0-1, 9’37).

Ce but libère quelque peu les deux équipes, qui se livrent plus et accélèrent le jeu, à l’image de ce contre éclair du jeune Antonin Plagnat, qui se présente face à Pintaric mais rate le cadre (11’30). Les Gothiques multiplient les assauts sur le but rouennais, mais le meilleur gardien de la saison passée, Matija Pintaric, reste très solide pour stopper la déviation de Philippe Halley (14’28). Voyant les locaux devenir de plus en plus pressants, les Dragons vont muscler le jeu, en engageant une série de charges rugueuses, comme celle que Romand subit de la part du capitaine Mathieu Roy. Alors qu’on approche de la fin de la première période, les Gothiques ont une occasion en or de revenir au score en profitant des pénalités de Bastien Maïa (17’34) et de Loïc Lampérier (18’02). Mais à l’image du premier power-play amiénois, le jeu à 5 contre 3 est assez stérile. Les Dragons parviennent à se dégager par trois fois, et restent sérieux dans leur jeu défensif en bloquant les lancers lointains des locaux. Le premier tiers se termine sur le score de 0-1, les Amiénois ont eu des occasions mais n’ont pas su profiter des pénalités adverses.

Deux minutes de jeu dans le second acte, et les Gothiques se retrouvent déjà pénalisé par Dan Gibb (22’00). On frôle alors le break rouennais avec le poteau trouvé par Joël Caron. Cela précède le coup d’éclat du nouvel attaquant Michael Babcock qui intercepte une passe à la ligne bleue et file en face-à-face. La feinte est parfaite, le palet file entre les jambes de Pintaric, les Gothiques égalisent au moment où on les attendait le moins, en infériorité numérique (1-1, 23’04).

Pas le temps de fêter ce but que les Gothiques se retrouvent en difficulté, cette fois-ci pour un déplacement volontaire de la cage d’Henri-Corentin Buysse (23’43). Même si cette pénalité est tuée difficilement, les Amiénois ne s’en sortent pas et se mettent à nouveau à la faute avec  Philippe Halley (accrocher, 24’25), qui offre aux Rouennais 1’18 de double avantage numérique. Ces derniers ne laissent pas passer l’offrande pour reprendre l’avantage grâce à Joël Caron (1-2, 24’55). Les Amiénois tuent la deuxième pénalité, mais sur une situation assez confuse, Nesa réussit un geste certes peu académique mais efficace puisqu’il permet à son équipe de prendre deux buts d’avance (1-3, 27’02).

Amiens semble sonné par ces deux buts rapides, on passe même proche du KO avec une défense totalement désorganisée qui laisse le jeune Quentin Tomasino seul devant Buysse, qui ferme la porte. La révolte amiénoise vient d’une action 100% recrues estivales, avec une passe en cloche de Cain Franson pour Dan Gibb, oublié au second poteau, qui sert Verrier de l’autre côté et ramène les Gothiques à un petit but (2-3, 28’54). Une belle réaction alors que les Amiénois étaient au plus mal depuis le début de la période. Mais encore une fois, l’indiscipline fait mal, Matima écope à son tour d’une pénalité pour cinglage (31’24). Buysse s’emploie à plusieurs reprises, notamment face à Joël Caron, encore lui, qui avait été trouvé esseulé au second poteau. Les Gothiques se procurent une nouvelle opportunité en infériorité avec Romand et Babcock, sans trouver la faille. La fin de période est moins animée que le début, les deux gardiens ferment la porte aux assauts adverses, et le second acte se termine sur le score de 2-3, toujours en faveur des visiteurs.

Dès le début de la dernière période, les Rouennais monopolisent le contrôle du palet, faisant tourner en rond les Amiénois pendant près de 5 minutes. Ces derniers qui n’arrivent pas à installer leur jeu, peinent à conserver le palet plus de 10 secondes, et perdent donc une quantité importante d’énergie. Le premier tir des Gothiques dans la troisième période intervient à 47’34 seulement. Les Dragons en profitent pour accélérer, et c’est la barre qui sauve Buysse sur ce tir puissant de Lampérier (48’47). Même si les Rouennais semblent mieux en jambes que les Amiénois, ils se retrouvent pénalisé avec ce « retenir la crosse » de Joël Caron (51’45). Le jeu de puissance installé, les Gothiques trouvent le décalage sur Tommy Giroux qui a le but ouvert mais qui rate complètement sa reprise. Les Dragons tuent à nouveau cette pénalité, mais se retrouvent à nouveau en infériorité numérique avec la charge avec la crosse de Guttig (55’28). Pénalité qu’ils arrivent à tuer, avant d’en reprendre une nouvelle pour un « accrocher » de Chad Langlais (57’28). Les Gothiques vont même sortir leur gardien pour évoluer à 6 contre 4, mais Pintaric reste très solide dans sa cage, et les tirs bloqués par les Rouennais s’accumulent. Revenus à cinq, les Rouennais sont toujours sous pression, Antonin Plagnat est tout proche d’égaliser, mais quand Pintaric semble battu, c’est son poteau gauche qui le sauve à 40 secondes de la fin du match

Victoire des Dragons de Rouen sur la glace amiénoise, sur le score de 3-2. Les Gothiques pourront regretter leurs nombreuses situations d’avantage numérique qu’ils n’ont pas su bonifier, contrairement aux Rouennais qui inscrivent un but en supériorité numérique, et un autre en double avantage numérique. Prochain rendez-vous pour les Gothiques ce dimanche 8 septembre à Dunkerque pour le dernier match amical de la saison, avant de se rendre à Briançon pour le coup d’envoi de la saison 2019/2020.

Amiens – Rouen 2-3 (0-1, 2-2, 0-0)
Mardi 3 septembre 2019 à 19h au Coliseum.
Arbitrage de MM. Rauline et Cregut assistés de MM. Salmon et Caillot
Pénalités : Amiens 12′ (2′, 8′, 2′) ; Rouen 14’ (6′, 0′, 8’)
Tirs : Amiens 21 (12, 4, 5) ; Rouen 32 (8, 15, 9)

Évolution du score :
0-1 à 09’37 : Guttig assisté de Thinel (sup. num.)
1-1 à 23’04 : Babcock (inf. num.)
1-2 à 24’55 : Caron assisté de Langlais et Thinel (double sup. num.)
1-3 à 27’02 : Nesa assisté de Lampérier et Dusseau)
2-3 à 28’54 : Verrier assisté de Gibb et Franson)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

sed tempus luctus suscipit elementum lectus Lorem