Grenoble – Chamonix (Ligue Magnus, 5e journée)

Les Brûleurs de Loups font craquer Chamonix

10

Les Brûleurs de Loups connaissent un début de saison compliqué en Ligue Magnus. En trois matchs la semaine dernière, les champions de France n’ont encore pas réussi à remporter une rencontre dans le temps réglementaire. Vainqueurs aux tirs au but à Nice mardi (3-2) et après prolongation à Angers dimanche (4-3), les champions de France s’étaient entre temps inclinés pour leur première à domicile vendredi contre Amiens (4-6) après avoir mené 3-0. Un début poussif dû peut-être à la débauche d’énergie en CHL qui a vu Grenoble débuter plus tôt que les autres équipes et ce avec des rencontres à très haute intensité. De leur côté, les Pionniers, entraînés désormais par Timo Saarikoski, ancien entraîneur des U20 de Lukko, ont débuté par deux victoires contre Briançon (3-2) et Mulhouse (4-3) avant de s’incliner face à Anglet (1-3) et Rouen (3-6). Un début de saison mitigé donc pour une équipe toujours difficile à manœuvrer et qui vise le Top 8 comme la saison dernière.

Début de match timide de la part des deux équipes. Un lancer de Tartari est dévié par Kearney devant le slot, forçant Sabol à un premier arrêt. Un tir de Bisaillon est repoussé dans l’axe par Sabol ce qui déclenche une contre-attaque chamoniarde emmenée par Benjamin Lagarde à deux contre un avec Numa Besson. Mais Horak remporte le face-à-face en détournant le palet. Les défenses ne laissent pas beaucoup d’espace mais les Pionniers se montrent entreprenants et sans complexe. Le palet va d’une cage à l’autre avec deux gardiens bien en place en ce début de match. La défense grenobloise a du mal à contenir les attaques chamoniardes toujours bien placées. Bisaillon est poussé à la faute sur une attaque de Lagarde et Ville alors le palet rebondit sur Horak avant d’être dégagé in extremis par la défense grenobloise. Pendant cette première supériorité numériques, les Chamoniards ont toutes les peines du monde à s’installer. Le danger est repoussé sans difficulté par les défenseurs grenoblois. De retour à cinq, les Brûleurs de Loups ont toutefois du mal à s’approcher de la cage de Sabol. Et quand ils y parviennent, les défenseurs chamoniards se jettent sur la trajectoire du palet pour repousser les tirs.

Plutôt attentistes, les Grenoblois se heurtent à une équipe chamoniarde bien organisée et qui n’hésite pas à se porter à l’offensive quand c’est possible. Sur un 2 contre 1 emmené par Trabichet et Kearney, Grenoble est tout près de l’ouverture du score mais Sabol réalise un arrêt miraculeux. Puis Champagne et Kearney insistent dans le slot mais Sabol reste de nouveau impassible. Mais Peter Valier fait trébucher Malo Ville. Durant cette deuxième supériorité numérique, Chamonix se montre nettement plus dangereux avec une bonne circulation de palet et notamment de bonnes opportunités pour Andersen ou Jacklin de près. Horák s’en sort bien mais le danger reste présent jusqu’au retour de la glace de Valier. Et même après, les Chamoniards continuent d’insister avec un bon décalage de Hrehorcak pour Terrier mais Horak parvient à faire l’arrêt en deux temps. Mal en point, les Brûleurs de Loups sont libérés par une faute de Ville sur Treille. Le power-play est vite installé avec Bisaillon dans le rôle de l’artilleur mais Sabol repousse tout ce qui se présente. Bisaillon est aussi présent défensivement puisqu’il doit reprendre in extremis Glévéau parti seul en contre suite à un palet perdu à la ligne bleue. Grenoble s’est donc encore fait peur à cinq contre quatre. Fleury tente un dernier lancer, non cadré alors qu’il est bien positionné dans l’axe. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score nul et vierge avec, surprise, Chamonix dominateur au niveau des lancers (19 à 12 !), preuve que les visiteurs ont joué la première période sans complexe.

Les Brûleurs de Loups doivent passer l’accélérateur en début de deuxième période. Aleardi sollicite d’entrée Sabol d’un puissant tir mais ce dernier ferme bien son angle. Les Pionniers répliquent rapidement avec une déviation de Mathieu Briand devant le slot sur un lancer de Jeremie Penz. Le jeu est plus débridé que lors de la première période. Sabol repousse une tentative du revers de Manavian face à la cage. Mais sur une contre-attaque, c’est Chamonix qui est tout près d’ouvrir le score sur une combinaison entre Coulaud, Hrehorcak et Terrier qui échoue de peu sur Horak. Sur une remontée de palet de Sauvé et Dair, le tir croisé de l’attaquant grenoblois finit au fond des filets mais une obstruction est sifflée contre Trabichet qui avait catapulté Mermoux au fond des filets. Peu en danger en infériorité, les Brûleurs de Loups ont même une belle opportunité en 2 contre 1 avec Treille et Fleury mais le palet est mal contrôlé par le premier. La pénalité est tuée encore une fois facilement par Grenoble mais Chamonix continue à se montrer dangereux avec un lancer de Saari qui provoque un rebond contre la balustrade dégagé en catastrophe par la défense grenobloise.

Grenoble continue de pousser avec un lancer d’Aleardi détourné par Sabol. Un cinglage de Penz sur Fabre donne enfin une possibilité en supériorité pour Grenoble. Mais une mauvaise passe de Manavian est interceptée par Terrier et Leroux qui partent en deux contre un. Horak parvient à repousser la rondelle mais Manavian commet une faute en essayant de rattraper son erreur. Retour à quatre contre quatre. Sur un palet lancé par Bisaillon à la ligne bleue, Sabol repousse, le palet est ressorti par Aleardi pour Hardy qui lance de la bleue et trouve une belle lucarne au milieu du trafic (1-0, 28’08). Dès le coup d’envoi, Sauvé essaie de tenter sa chance de près après une bonne remontée de palet mais Sabol ferme bien l’angle de sa jambière. Les Pionniers continuent de s’accrocher en essayant de profiter de la petite supériorité numérique faisant suite au retour sur la glace de Penz. Les contres grenoblois se font plus percutants, Aleardi manque une cage grande ouverte d’un tir du revers qui semblait destiné à aller au fond des filets. Une grosse charge contre la bande de Lagarde sur Hardy, qui se relève difficilement, vaut 2’+10’ à l’attaquant chamoniard. Le palet circule bien mais les lancers grenoblois sont trop prévisibles pour un Sabol pas suffisamment masqué et la pénalité est tuée sans grosse difficulté par Chamonix.

Et c’est de nouveau à cinq contre cinq que les Brûleurs de Loups se montrent dangereux sur une passe bien ajustée de Fabre pour Rohat mais ce dernier manque la conclusion alors qu’il a une cage grande ouverte face à lui. Les Pionniers ont de plus en plus de mal à mettre la crosse sur le palet alors que les locaux campent en zone offensive. Un 2 contre 1 entre Champagne et Aleardi aurait pu permettre à Grenoble d’aggraver le score mais l’action finit par un tir non cadré. Sabol est de plus en plus sollicité et multiplie les parades pour repousser l’échéance. Sur une accélération, Hardy centre pour Fleury qui parvient à coucher Sabol mais il trouve le poteau en voulant redresser la course du palet. Ce n’est que partie remise : quelques instants plus tard, Rohat transperce Sabol à bout portant sur un bon décalage de McEachen (2-0, 37’02). Grenoble a réussi à faire le break mais une obstruction de McEachen redonne une chance à Chamonix de revenir au score. Un one-timer de Sammalmaa est bien bloqué par Horak. Un petit brassage suit et conduit Bisaillon et Ville en prison. La pénalité est finalement tuée par Grenoble qui rentre au vestiaire avec deux buts d’avance.

Les Brûleurs de Loups assiègent la cage chamoniarde dès le début de la troisième période. À force de subir, les Pionniers finissent pas se mettre à la faute lorsque Briand accroche Fleury. Un premier lancer d’Aleardi est bloqué par Sabol. Après une première perte de palet qui aurait pu s’avérer coûteuse, Fleury finit par trouver l’ouverture en profitant d’un bon écran de Sacha Treille (3-0, 42’48). Les Grenoblois prennent définitivement leurs distances mais les Chamoniards ont encore une chance pour revenir lorsque Fleury est pénalisé pour une faute en zone offensive. Mais les Pionniers sont totalement inoffensifs et n’arrivent pas à installer leur jeu de puissance. Grenoble continue d’avoir le contrôle du palet et Sabol a du mal à capter un lancer de Manavian avant de plonger avec la mitaine sur la rondelle. Cantonnés la plupart du temps dans leur zone défensive, les Pionniers continuent de subir. Fleury laisse sur place un défenseur pour foncer sur la cage : il est déséquilibré au moment de tirer par Sabol mais Treille a suivi et pousse le palet au fond des filets (4-0, 50’22).

Les visiteurs semblent lâcher prise. Les Brûleurs de Loups ne baissent pas le tempo et continuent d’attaquer. Un puissant tir de McEachen passe tout près du poteau. Et le premier trio grenoblois parachève le succès grenoblois avec une passe « caviar » de Kearney pour Champagne qui s’ouvre la cage et prend de vitesse Sabol qui n’a pas eu le temps de se déplacer (5-0, 54’27). Les deux équipes terminent la rencontre en roue libre. Manavian est sanctionné pour avoir déséquilibré Henric Andersen qui atterrit brutalement dans la bande. L’attaquant suédois regagne avec difficulté le banc. Le power-play chamoniard ne donnera rien et il en faut même de peu pour que Fleury ne marque pas en infériorité numérique. À cinq contre cinq, Grenoble continue d’investir le camp chamoniard. Une reprise dans l’axe de Hardy est bloquée par Sabol mais le palet revient vite sur la cage chamoniarde. Les Grenoblois ferment la zone. Hardy passe en retrait à Koudri qui reprend instantanément pour mettre le palet dans la lucarne opposée, donnant une touche finale à la victoire (6-0, 59’14).

Le score est lourd pour Chamonix qui a bien résisté pendant près de deux tiers-temps avant de progressivement céder pour finalement exploser dans les dix dernières minutes en encaissant trois buts. Mais il ne faut pas oublier que la première partie du match fut extrêmement équilibrée entre une équipe grenobloise pas vraiment au meilleur de sa forme et une équipe chamoniarde bien organisée défensivement, très accrocheuse et qui ne se contentait pas de défendre comme en témoignent les 19 tirs cadrés du premier tiers-temps. Il n’a finalement manqué qu’un peu de réalisme offensif aux Pionniers pour ouvrir le score ce qui aurait peut-être changé le cours de la rencontre. Malgré les six buts encaissés, Richard Sabol reste avec 43 arrêts le grand bonhomme de cette rencontre. Comme son équipe, il a faibli en fin de rencontre ce qui a donné au score une ampleur disproportionnée par rapport au contenu du match. Il reste à Chamonix de pouvoir répéter pareil effort pendant un match complet…

Malgré un début de match poussif, les Brûleurs de Loups ont réalisé leur meilleure performance depuis le début de la Ligue Magnus. Leur premier succès en saison régulière est signé avec la manière puisqu’il s’accompagne de six buts marqués et d’un blanchissage pour Horak. Voilà qui fait du bien au moral des champions de France après leur entrée en matière ratée à domicile face à Amiens. Les quatre lignes, équilibrées, ont toutes marqué en trouvant des espaces au fil de la rencontre, au fur et à mesure que la défense chamoniarde se relâchait. Après cette victoire convaincante, les Brûleurs de Loups ont fait le plein de confiance pour aller défier Bordeaux vendredi.

Désignés meilleurs joueurs du match : Teddy Trabichet (Grenoble) et Richard Sabol (Chamonix)

(Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « La dernière semaine n’a pas été facile. Les trois premiers matchs étaient un peu la même histoire, on était dans le match et on a montré beaucoup de frustration envers l’arbitre ou d’autres choses. Aujourd’hui c’était important qu’on joue 60 minutes, qu’on soit plus constants dans notre jeu, qu’on prenne les bonnes décisions. Oui, le début de match était moins bien, je trouve que les jambes étaient moins là mais on n’a pas paniqué, on était bien défensivement. Plus le match avançait, plus on a trouvé confiance, et à la fin on a beaucoup de bonnes choses. Les gars ont retrouvé le feeling qu’ils avaient perdu lors des derniers matchs et c’était très bien d’avoir marqué six buts ce soir. Il n’y a que Max qui est blessé, Julien Baylacq est revenu, il a eu le feu vert des médecins mais on a un banc qui est un peu plus long et il n’était pas avec nous les derniers dix jours, maintenant c’est à lui de revenir au jeu. On a les jeunes qui font le boulot et c’est comme ça qu’on va gérer l’équipe cette année. Et quand Max reviendra, le banc va être plus long et ça va aller au mérite et à la performance de chaque match. Les vingt premières minutes étaient un peu difficiles, on a changé encore les blocs pour essayer de trouver les bonnes combinaisons mais c’est le début de saison aussi. J’ai beaucoup aimé aujourd’hui les quatre blocs, même les deux jeunes qui ont joué en dixième et onzième attaquants, on a vu de très bonnes choses, on a vu Peter Valier avec Sébastien Rohat et Dylan, ils ont apporté une autre dimension avec beaucoup de vitesse, beaucoup de danger, beaucoup de palets en avant. Puis deux autres blocs qui ont amené beaucoup de choses offensivement. C’est bien d’avoir ces lignes qui ont bien fonctionné, ça a pris un peu de temps mais on a bien géré le match au final. »

Damien Fleury (attaquant de Grenoble) : « On a eu un peu de mal à rentrer dans le match mais on a gardé notre calme et à la fin on a trouvé des bons jeux et on s’est quand même bien amusé, donc que du positif. Ça fait du bien, on a eu un début de saison assez compliqué. Même si on gagne à Angers et à Nice, on ne gagne pas de la façon dont on voulait le faire, donc on était quand même assez déçus. On avait à cœur de se rattraper chez nous devant notre public parce que devant Amiens on était passés complètement à côté. C’est une bonne chose de faite. C’est bien pour les jeunes parce qu’ils font un gros début de saison, ils donnent tout à chaque présence sur la glace donc j’espère qu’ils vont continuer à jouer de cette façon et à nous aider à gagner. Ce soir on avait tous à cœur de se faire plaisir et de jouer au hockey, chose qu’on n’avait pas faite les trois premiers matchs de championnat. Peut-être qu’on en avait fait un peu trop au premier tiers mais on a rectifié ensuite, on a tiré plus au deuxième et au troisième tiers, on a mis six buts donc c’est plutôt bien. Ça y est, on a notre première victoire en temps règlementaire donc on est sur la bonne voie. Si on joue à notre niveau, avec les joueurs qu’on a dans le vestiaire, on peut faire mal à pas mal de monde. »

Malo Ville (attaquant de Chamonix) : « J’ai envie de dire qu’on a ce qu’on mérite. On a laissé filer le match après 30 minutes et ils ont mis ce qu’ils avaient à mettre. Physiquement on n’était plus là la deuxième moitié du match, on n’était pas bon, on était désorganisés, on était 3 centres et moi je n’ai pas tenu le rythme physiquement, je n’ai pas été bon. Après 30 minutes, je n’étais plus là. Grenoble, ils sont en place, ils sont organisés, ils ont été meilleurs que nous, c’est tout. Au début du match, ce qui était positif, c’est qu’on était présent. Mais ils étaient plus en place dans leur système, le jeu roulait et au bout d’un moment on a fini par se fatiguer. C’est vrai qu’on a joué quatre matchs en une semaine dont deux en trois jours, et des gros matchs, mais ce n’est pas un excuse, c’est pour ça qu’on se prépare l’été. On devrait être prêt. On avait à cœur d’attaquer fort parce que justement on avait mal commencé contre Rouen. Et je pense qu’on a montré qu’on pouvait attaquer fort mais je pense que physiquement et tactiquement on n’était plus là… Il faudrait regarder le match à froid, c’est peut-être aussi de la fatigue mentale. »

Grenoble – Chamonix 6-0 (0-0, 2-0, 4-0)
Mardi 24 septembre 2019 à 20h à Pôle Sud. 2750 spectateurs.
Arbitrage d’Adrien Ernecq et Savice Fabre assistés de Guillaume Gielly et Joris Barcelo.
Pénalités : Grenoble 16’ (4’, 8’, 4’), Chamonix 20’ (2’, 6’+10’, 2’).
Tirs : Grenoble 49 (12, 19, 18), Chamonix 33 (19, 6, 8).

Évolution du score :
1-0 à 28’08 : Champagne assisté de Hardy et Aleardi
2-0 à 37’02 : Rohat assisté de McEachen
3-0 à 42’48 : Fleury assisté de McEachen et Sauvé (sup. num.)
4-0 à 50’22 : Treille assisté de Kara et Fleury
5-0 à 54’27 : Champagne assisté de Kearney et Aleardi
6-0 à 59’14 : Koudri assisté de Hardy et McEachen

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille – Damien Fleury (A) (2’) – Vincent Kara
Dylan Fabre – Sébastien Rohat – Peter Valier (2’)
Teddy Trabichet (2’) – Adel Koudri – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon (4’)
Antonin Manavian (4’) – Christophe Tartari (A)
Patrick McEachen (2’) – Yann Sauvé

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Loïc Corvez (G). Absents : Sébastien Raibon, Julien Baylacq, Maxime Legault (genou).

Chamonix

Attaquants :
Benjamin Lagarde (2’+10’) – Malo Ville (4’) – Henric Andersen
Maxence Leroux – Matthias Terrier (2’) – Peter Hrehorcak Jr
Scott Jacklin – Mathieu Briand – Joonas Sammalmaa
Loïc Coulaud – Adrien Glévéau

Défenseurs :
Numa Besson – Colin Sullivan
Santeri Saari – Clément Mermoux
Frederik Widen – Jeremie Penz (2’)

Gardien :
Richard Sabol

Remplaçant : Matiss Bouvet (G). Absents : Severi Isokangas (G, surnuméraire), David Sätmark (blessé), Samuli Kivimäki (genou).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

eget efficitur. pulvinar tempus ut vel, Donec ipsum diam ut id