Rouen – Bordeaux (Ligue Magnus, 5e journée)

Cinquième victoire rouennaise, malgré un jeu de puissance en panne !

238

Cinquième victoire rouennaise, malgré un jeu de puissance en panne !

Bordeaux, privé de deux recrues, Ferguson et Petit, remplacés par Lefebvre 20 ans et Tartari 18 ans, mais pouvant compter sur des hommes en forme, Poulin, Poudrier et Légaré, n’avait rien perdre et devait se relancer après sa défaite à domicile (2-3) dans son derby face à Anglet.

Les Rouennais, après un succès à Chamonix qui n’a pas totalement convaincu Fabrice Lhenry, aborde la réception des Girondins sans Caron suspendu et remplacé numériquement par Bastien Zago, 19 ans, natif de Cluses, qui entame sa seconde saison mineure sur les bords de Seine. Juha Koivisto est toujours à l’infirmerie pour le plus grand bonheur de Quentin Tomasino qui, à 17 ans et demi, accumule les matches avec les pro depuis le début de la saison.

Surclassé pendant 2 tiers par un RHE plutôt convaincant dans les intentions, Bordeaux a pourtant bien failli arracher, au minimum, une prolongation sur l’île Lacroix. Finalement, Rouen a pu souffler à moins de deux minutes de la fin du match grâce à Maurin Bouvet qui doublait la marque du revers, à droite, dans un angle pourtant fermé (2-0 à 58’32) Photo ci-dessous.

Les Dragons, à cause d’un power-play muet malgré 8 supériorités, se sont fait peur dans la dernière période. Si les Normands s’en sortent finalement de justesse face aux Girondins totalement amorphes dans le deuxième acte, ils le doivent en partie à leur gardien. Matija Pintaric a notamment été solide alors que ses coéquipiers jouaient à un homme de moins à la reprise du dernier vingt. Un peu plus tard, le portier a été décisif devant Bostjan Golicic (44’01) et surtout lorsque Rambelo et Lessard se sont présentés seuls en échappée devant lui. Le Slovène plein de sang-froid a détourné le lancer du revers du défenseur qui disposait sans doute d’une meilleure solution en servant son ailier (52’21).

Les Boxers, contraints – parfois sévèrement – à jouer plus de la moitié du premier tiers en infériorité, même très dominés, peuvent regretter de ne pas avoir saisi les trois autres belles miettes que les coéquipiers de Mathieu Roy leur ont laissées. D’abord, au premier tiers, Alexandre Mulle, en infériorité, s’était échappé échouant sur Pintaric (15’59). Ensuite, dans la phase médiane, Charles-Eric Légaré, à deux-contre-un, a trouvé la plaque du gardien des locaux (33’43). Enfin, Loik Poudrier n’a pas réussi en breakaway à trouver les filets (47’43), ni en déviation en deuxième chance (47’49), ni Poulin sur un retour du même mouvement (47’54).

Si les partenaires de Maxime Moisand, avec si peu de production, ont conservé l’espoir jusqu’au bout de ramener un petit quelque chose de leur visite, c’est en très grande partie parce que leur gardien, Julian Junca, préféré à Fouquerel, a réalisé une performance XXL. Le natif de Prades a constamment maintenu son équipe dans le coup car les Rouennais ont monopolisé le palet et enchaîné des supériorités, restées sans réussite, en butant souvent sur le gardien qui a réalisé au total 37 arrêts ! Anthony Guttig (1’00 et 5’09), Langlais (21’01), Msumbu (35’59), Roy (47’23) et Bouvet (55’37), notamment, ont eu les meilleures chances à parité de joueurs. Anthony Guttig (1’39), Roy (6’40 & 6’59), Bedin (8’17) et Ritz (9’51) ont été les plus dangereux en power-play. Enfin, c’est logiquement qu’Anthony Guttig a ouvert le score alors qu’il créait du trafic lors d’un tir frappé de Roy (1-0 à 28’48).

Les Seino-Marins ne se sont jamais reposés, ils ont maintenu leurs attaques, mais ils étaient un peu moins précis. Ils ont bourdonné très fort (23e & 34e). Loïc Lampérier (à deux reprises) et Quentin Tomasino n’ont pas été heureux en manquant le cadre (33’40 & 36’32, 45’52). Enfin, Maurin Bouvet, boosté ce soir, a mis fin aux craintes des gradins. À droite, du revers en débordant Paquet, la recrue arrivée de Gap a réussi à balayer la rondelle derrière les jambes de Junca (2-0 à 58’32).

À part un repli compact dans sa zone à la perte du palet, son killing-play, une certaine combativité (Janil à 21’31) et Julian Junca, Bordeaux n’a pas démontré grand-chose. Des fautes à la pelle au premier tiers, une conservation de palet compliquée, des duels souvent perdus, aucune finition, quasiment aucun danger devant la cage adverse. Si ce n’est pendant trois minutes dans le premier vingt et le dernier. Des troisièmes et quatrièmes lignes dans le dur, aussi. Bref, ce Bordeaux, privé de Ferguson et Petit, au visage apathique pendant les trois quarts du match, est pourtant finalement passé à deux doigts de repartir avec au moins un point. C’est déjà presqu’inespéré tant il a été dominé.

Rouen, malgré les absences de Caron et Koivisto, a survolé les débats. Avec de la réussite en supériorité, ce RHE aurait rendu une copie assez convaincante. L’essentiel est préservé et les Dragons conservent la tête du classement avec 5 points d’avance, mais aussi avec deux matches joués de plus que Gap, Amiens et Anglet, les troisièmes de la ligue, ce qui tempère l’enthousiasme de leur leadership.

Prochain match pour Rouen (1er, 8pts), à Briançon (11e, 0pt), vendredi 27 septembre 2019.

Prochain match pour Bordeaux (9e, 3pts), à Mériadeck face à Grenoble (6e, 7pts), vendredi 27 septembre 2019.

 

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Romain Farruggia (entraîneur des gardiens de Rouen): « C’est une très bonne prestation de Pinta ce soir. C’est ce qu’on attend de lui. D’être décisif dans ce genre de match. C’est un match lors duquel on a été sous pression jusqu’au bout alors qu’on aurait pu se rendre les choses un peu plus faciles. Il faut retirer à Junca ce qui lui revient. Si on n’est pas parvenu à faire la différence plus tôt, c’est aussi parce qu’il a réalisé un grand match. En ce qui nous concerne, on a manqué d’efficacité. Notamment en power-play. On doit mieux gérer le match. »

Rouen – Bordeaux 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)
Mardi 24 septembre 2019 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2570 spectateurs.
Arbitres : MM. Nicolas Cregut et Pierre Dehaen assistés de MM. Thomas Caillot et Leevan Thiebault.
Pénalités : Rouen 4′ (0′, 4′, 0′) ; Bordeaux 36′ (12’+10’+10′, 0′, 4′).
Tirs : Rouen 39 (16, 13, 10) ; Bordeaux 26 (7, 4, 15).
Supériorités : Rouen 0/8, Bordeaux 0/2.

Évolution du score :
1-0 à 28’48 : Guttig assisté de Roy et Lampérier
2-0 à 58’32 : Bouvet assisté de Maïa et Msumbu

Rouen

Attaquants :
Joris Bedin – Nicolas Ritz – Vincent Nesa
Loïc Lampérier (A) – Anthony Guttig (A) – Marc-André Thinel
Bastien Maïa – Nicolas Deschamps – Quentin Tomasino
Bastien Zago – Maurin Bouvet – Julien Msumbu

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Kévin Dusseau – Chad Langlais
Pierre Crinon – Atte Mäkinen

Gardien :
Matija Pintaric (26 arrêts)

Remplaçant : Gaétan Richard (G). Absents : Joël Caron (suspendu) et Juha Koivisto (genou)

Bordeaux

Attaquants :
Charles-Eric Légaré – Bostjan Golicic – Alexandre Ranger
Victor Barbero – Loik Poudrier – Jonathan Lessard
Alexandre Mulle – Robin Colomban – Jules Gallet
Vince Tartari – Julien Guillaume – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Felix-Antoine Poulin (A) – Maxime Moisand (C)
Aina Rambelo – Jonathan Janil (A)
François Paquin – Jules Lefebvre

Gardien :
Julian Junca (37 arrêts)

Remplaçant : Clément Fouquerel (G). Absents : Mitchell Ferguson et Felix Petit (blessés).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! AccepterEn savoir plus

pulvinar id porta. nec ultricies felis