Bordeaux – Mulhouse (Ligue Magnus, 31e journée)

Un Bordeaux malade

307

Au sortir d’une période de fêtes peu propice pour les Boxers avec deux défaites en trois matchs, les Bordelais recevaient les Scorpions de Mulhouse avec un enjeu de taille, la cinquième place. Un temps détenue par Bordeaux, elle a été reprise par des Mulhousiens sur une série positive. Objectif clair donc pour les deux équipes, distancer Bordeaux, ou se relancer dans un mois de janvier où le calendrier pourrait sourire aux hommes d’Olivier Dimet. Malheureusement, il faudra commencer par vider l’infirmerie.

Période difficile pour les Boxers avec une infirmerie qui affiche complet, et une semaine d’entraînement tronquée par les maladies et les disponibilités de la glace. Oui, la rencontre de ce vendredi soir avait un enjeu important pour les deux équipes, mais c’est bien un effectif partiellement décimé qui s’est présenté face à des Scorpions pouvant enfin profiter du retour de l’international Kevin Hecquefeuille.

Les locaux, eux, slaloment entre les blessés et les malades du soir. Olivier Dimet est donc contraint de composer avec les moyens du bord et de faire appel aux jeunes, comme Bastien Lemaître, ou Vince Tartari.

Des Boxers pas dedans

L’entame fait office de round d’observation, et est clairement à l’avantage de Mulhouse. Au bout de cinq minutes de pression alsacienne, les locaux profitent d’une pénalité pour tenter de sortir la tête de l’eau. Victor Barbero rate un tir sur réception devant une cage ouverte et Marc-André Levesque tente remonter le puck pour apporter du danger sur le but d’un Quentin Papillon plutôt tranquille jusque-là.

Une fois les deux minutes tuées, Mulhouse repart de l’avant et concrétise sur un but de Jerry Laakso laissé seul au deuxième poteau à la septième minute de jeu. 1-0 pour des Scorpions mieux rentrés dans le match.

Confirmation de ceci avec une faute de Maxime Moisand occasionnant deux minutes de supériorité pour Mulhouse, finalement tuées par d’excellents Bordelais. Les partenaires de Robin Colomban se réveillent petit à petit, et l’ex-Gapençais a même une chance en or de marquer, mais il trouve la barre transversale sur une déviation et un palet qui échoue au second poteau, dans une cage ouverte.

Le tiers se termine mollement sur ce score à l’avantage des coéquipiers de Kevin Hecquefeuille qui « profitent de la vitesse de l’équipe, et qui jouent majoritairement dans le dos de la défense adverse ».

La piqûre des Scorpions

Après une première période plutôt « tendre », Bordeaux doit donc tenter de mettre du rythme et sur la première possession, Marc André Levesque réveille Mériadeck en égalisant depuis la ligne bleue.

Mulhouse réagit en alertant Clément Fouquerel dans l’enclave, François Paquin est par ailleurs sanctionné par un faire trébucher qui envoie ses coéquipiers en infériorité. Arturs Sevcenko a bien une occasion, mais elle se termine au-dessus des buts de Clément Fouquerel, qui enchaîne quelques secondes plus tard avec un arrêt du plastron sur un tir de Roland Vigners. Le portier bordelais fait un dernier arrêt face à Damien Raux en toute fin de pénalité.

Bordeaux se remet au travail, mais manque de se faire surprendre, obligeant Jules Lefebvre à un superbe retour in extremis, en contre les Boxers ont même l’occasion de marquer mais le palet s’envole au-dessus. Le match s’emballe un petit peu, Loïk Poudrier se retrouve à frapper au but dans le slot, suivi par Jules Lefebvre à la bleue, tout cela bien stoppé par un Quentin Papillon toujours aussi chaud.

Sur deux mises en jeu de suite dans la zone bordelaise, Jerry Laakso alerte Clément Fouquerel, avant qu’en contre Julien Guillaume n’oblige Quentin Papillon à stopper un tir ras de glace de la botte, réitérant le même arrêt quelques minutes plus tard face à Jonathan Lessard.

On atteint la mi-match et la partie est bien plus animée. Si Charles-Éric Légaré avait beaucoup tenté dans le premier tiers, c’est Félix Petit qui tente de bouger les troupes bordelaises dans ce second acte. Légaré, puis Jonathan Lessard frappent encore au but, et le numéro 97 trouve même le poteau.

En contre, les visiteurs en profitent pourtant pour doubler la mise sur un tir en angle (très) fermé de Colin Downey qui trouve le patin de Clément Fouquerel avant de rentrer dans le but. Un petit peu contre le cours du jeu, les Scorpions reprennent l’avantage, et pour Bordeaux, tout est à refaire alors qu’ils avaient bien repris les choses en main.

Charles-Éric Légaré tente bien de se faufiler dans la défense, mais sur le revirement, Roland Vigners triple la mise sur un service d’Arturs Sevcenko. C’est dur pour les Boxers qui livrent un deuxième acte meilleur que le premier, mais les visiteurs sont d’une efficacité redoutable, cadrant la plupart de leurs occasions.

Dans la dernière minute, les Bordelais tentent de revenir et sur un faire trébucher non sifflé par le corps arbitral, Olivier Labelle charge Bryan Ten Braak à retardement, cette fois-ci (logiquement) sanctionné par les arbitres.

Bordeaux trop juste

Lançant les hostilités à 4 contre 5, Bordeaux commence par tuer la pénalité, avant de mettre le palet à la cage par Olivier Labelle, Charles-Éric Légaré ne parvenant pas à pousser la rondelle dans le but, bien gêné par la défensive mulhousienne.

Le même Légaré, encore, fait un slalom dans la zone défensive alsacienne et manque de peu la lucarne de Quentin Papillon. Sur le début de l’action, Josh Bowes s’était rendu coupable d’une obstruction sur Clément Fouquerel. La pénalité est moyennement exploitée sans réelle occasion, ni jeu de puissance installé. Les minutes passent, et si Julien Guillaume alerte Quentin Papillon de près, c’est toujours sans succès, et on voit mal les Boxers renverser une situation bien gérée par leur adversaire du soir. Julien Guillaume, encore lui, contraint Kevin Hecquefeuille à faire faute, donnant une nouvelle chance en supériorité aux siens.

Félix-Antoine Poulin, Loik Poudrier ont bien des chances de scorer mais le gardien stoppe toutes les vaines tentatives locales. Les Bordelais sortent Clément Fouquerel à 3 minutes de la fin pour forcer la décision. Plusieurs occasions s’ensuivent, mais Papillon est toujours impérial et c’est même Mulhouse qui clôt la marque par Josh Bowes dans un silence de cathédrale.

Impossible pour les Boxers de pouvoir prétendre rivaliser avec l’équipe en forme du moment avec un tel trou dans l’effectif. Jonathan Janil toujours en convalescence à la suite de son protocole commotion, Ranger et Mulle sur le flanc blessés, sans parler de Mitch Ferguson malade et alité, tout comme Jonathan Lessard et Mathias Arnaud qui ont passé une bonne partie de la journée dans la même situation, prenant quand même part au match, mais dans des conditions très difficiles physiquement, la liste était trop longue pour espérer quelque chose.

Si le regain de forme d’avant les fêtes les avait replacés autour de la cinquième place, la période traversée actuellement est nettement moins favorable. Avec deux déplacements à Briançon dimanche et Anglet vendredi prochain, et la réception de Rouen et Nice également intercalées, le mois de janvier ressemble à un tournant pour savoir vers quelle fin de saison basculeront les Boxers.

Comme Victor Barbero le confirme, le match de dimanche soir à Briançon « a tout du match piège », surtout dans les conditions actuelles de forme des deux effectifs. Si les absents peuvent revenir, Bordeaux pourrait de nouveau ressembler à une équipe difficile à manœuvrer. En attendant, les hommes d’Olivier Dimet « doivent faire le dos rond ». Avec autant d’absents, obligeant le coach bordelais à « casser les lignes », les performances s’en ressentent, d’où cette impression de retard à l’allumage. Bordeaux a bien tenté, mais n’avait pas la force de faire mieux.

Bordeaux – Mulhouse 1-4 (0-1, 1-2, 0-1)
Vendredi 3 janvier 2020 à la patinoire Mériadeck. 2429 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Alexandre Bourreau assistés de Joffrey Yssembourg et Leevan Thiebault
Pénalités : Bordeaux 8′ (4′, 4′, 0′) ; Mulhouse 8′ (2′, 0′, 6′).
Tirs : Bordeaux 32 (6, 9, 16) ; Mulhouse 30 (11, 13, 6).

Évolution du score
0-1 à 06’16 : Laakso assisté de Sevcenko et Esipov
1-1 à 20’20 : Levesque assisté de Lessard et Barbero
1-2 à 31’44 : Downey assisté de Raux et Vigners
1-3 à 37’05 : Vigners assisté de Sevcenko et Jurik
1-4 à 59’28 : Bowes assisté de Besinger et Wilson (cage vide)

Bordeaux

Attaquants :
Charles-Éric Légaré – Felix Petit – Olivier Labelle
Jonathan Lessard – Loik Poudrier – Victor Barbero
Jules Gallet – Robin Colomban – Aïna Rambelo
Vince Tartari – Julien Guillaume – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Maxime Moisand – Félix-Antoine Poulin
François Paquin – Marc-André Levesque
Jules Lefebvre – Bastien Lemaître

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Julian Junca (G). Absents : Jonathan Janil (commotion), Alexandre Ranger, Alexandre Mulle (blessés), Mitch Ferguson (malade)

Mulhouse

Attaquants :
Julien Munoz – Damien Raux – Colin Downey
Arturs Sevcenko – Milan Jurik – Roland Vigners
Tommy Besinger – Josh Bowes – Connor Wilson
Bryan Ten Braak – Samuel Rousseau – Teemu Loizeau

Défenseurs :
Jerry Laakso – Kevin Hecquefeuille
Vincent Melin – Hubert Genest
Ivan Esipov – Lucien Onno

Gardien :
Quentin Papillon

Remplaçant : Olivier Richard (G).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

sem, justo felis odio porta. quis, dolor. risus.