Gap – Rouen (quart de finale, match 3)

147

Les séries finales sont lancées et Gap vient de terminer les matchs 1 et 2 sur la glace des Dragons. Le premier enseignement à tirer est que les Rapaces ont subi mais su tenir le cap face au favori. Les erreurs ont été payés cash et à ce niveau de compétition aucune erreur n’est tolérée pour pouvoir remporter une manche. Mais à y regarder de plus près, les Rapaces ont obtenu des temps forts, ont beaucoup shooté sur Pintaric et ont su s’appuyer sur un Jimmy Darier au top niveau. Gap revient sur sa glace avec deux défaites (2-1 a.p. et 3-2). Nourrir des regrets n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour et Gap est capable avec son public de mettre en difficulté des Dragons pas aussi infaillibles qu’il n’y paraît.

Dans cet affrontement en saison régulière, Rouen s’est imposé 3 fois sur 4 et n’a échoué à l’Alp’arena qu’en début de saison (3-2). La saison dernière, en demi-finale, le scénario avait démarré sur les mêmes bases avant que Gap ne remporte une seule manche à domicile (4-3). Sur les 10 dernières réceptions, Gap ne s’est imposé que 4 fois.

Rouen engage la partie sur un rythme ultra rapide. La vitesse de jeu est impressionnante et Gap doit s’employer pour tenir le choc. Mais les Rapaces obtiennent une supériorité sur une obstruction de Kevin Dusseau. Sur une contre-attaque, Bouvet et Nesa inquiètent Darier. Mickevics répond d’un tir dévié par Pintaric (2’10). Gap ne réussit pas à installer un jeu de puissance. Rouen impose une énorme vitesse et une forte maîtrise du palet. Les doutes sur les capacités des Dragons se volatilisent durant ce premier tiers ! La partie se joue à très haute vitesse mais Gap parvient à faire jeu égal et à remonter le palet dans la zone offensive. Rouen continue son jeu intensif et la pression devient infernale. Les Normands sortent les muscles et monopolisent le puck. Avec ce temps fort, ils provoquent la faute de Wronka. L’ultime rempart Darier bloque avec une mitaine incroyable le shoot de Barker (11’29). Mais sur le jeu suivant le rebond est repris par Deschamps (11’56 : 0-1).

Gap réagit, obtient une pénalité de Nesa et construit le jeu de puissance. Gagnon envoie de la bleue, le rebond est repris par Correia dans les bottes de Pintaric (14’45). Nesa profite du retour à cinq pour s’échapper, en sortie de geôle, pour tester Darier (15’20). Jimmy Darier reste décisif sur une nouvelle infériorité en faisant les arrêts, devant lui ou sur des shoots à la bleue. Rouen fait le forcing dans les deux dernières minutes pour coincer Gap dans sa zone. Mais l’excès d’intensité est payé par Thinel pour une charge avec la crosse.

Rouen a imposé sa puissance dans ce premier tiers et s’est procuré les occasions les plus franches. Mais Gap parvient à s’accrocher et à trouver quelques tirs bien sentis. L’opportunisme est de rigueur pour pouvoir revenir au score.

Gap reprend la deuxième période en supériorité et Dupuy arrive rapidement devant les buts pour tirer mais sans provoquer de danger (20’33). C’est Correia qui trouve l’ouverture. Pintaric fait la déviation de la botte sur le premier tir mais la reprise au second poteau est gagnante (20’45 : 1-1).

Rouen réagit vite avec une grosse présence dans la zone offensive. Kévin Dusseau, sur une mise au jeu remportée en zone offensive, remet l’écart favorable, juste au moment où Gagnon prend 2’+10’ (22’59 : 1-2).

Les Dragons ne se reposent pas sur leurs lauriers et continuent leur effort en étant les premiers sur les palets. Les échappées gapencaises sont stoppées par Pintaric. Après avoir essuyé une nouvelle infériorité, les Rouennais repartent de l’avant et mitraillent la cage. Cette intensité a des conséquences sur la qualité de jeu et de maniement du palet, car Gap se précipite et rate plusieurs passes. Le pressing se fait toujours plus intense et les bleus agonisent pour sortir le puck de leur zone. Dusseau, encore lui, se crée une bonne occasion avec un tour de cage (33’20). Dans la foulée, Joris Bedin transperce Darier sur un one -timer (33’30 : 1-3).

Lehtonen place un tir puissant, à bout portant, et voit son puck rebondir dans le slot. Dupuy récupère la rondelle dans l’axe et part vers la zone offensive. Seul, il tire sur Pintaric mais le rebond est mal utilisé (35’00). La partie tourne au hockey champagne dans les deux sens, sans parvenir à aboutir sur les portiers. Gap n’arrive pas à avoir le dessus dans les duels et la défensive de Rouen tient le cap avec solidité. Darier, quant à lui, fait le métier avec trois arrêts successifs sur des tentatives de Barker, Caron et Langlais.

Ce tiers a été plus largement dominé par les Dragons. Gap a perdu beaucoup de palets avec des contrôles de puck hasardeux. Le groupe a semblé tourner en surrégime et paie les efforts consentis.

Dans le dernier tiers, Langlais débute avec une entrée en zone rapide et un tir dangereux (41’05). Gap réagit avec un temps fort mais la lutte est ardue pour se faire une place et trouver un espace pour le tir. Les bleus maintiennent le jeu devant mais sans parvenir à créer un réel danger. Une mauvaise passe des Rapaces devant les buts de Pintaric provoque un contre que Koivisto mène avec un contrôle de puck de haut niveau. Le jeu des bleus semble se déliter et les Rouennais commencent à gérer les shifts avec une maîtrise du palet toujours constante. Il y a peu d’occasions à souligner, si ce n’est une où Pintaric capte mal un tir et envoi le palet devant lui mais Chapuis ne peut reprendre le rebond (50’14). Les pénalités sifflées sont parfois discutables dont celle qui condamne une crosse de Boutet traînant près des patins de Thinel. Rouen en profite et Joris Bedin y va de son doublé avec une reprise juste devant Darier (53’37 : 1-4).

Les têtes sont basses, l’énergie s’évapore et les Rapaces ne peuvent plus rivaliser dans cette fin de match, à l’image de Lehtonen qui peut garder son palet autour de deux adversaires gapençais. La dernière banderille est l’œuvre de Mickevics qui reprend plein fer le palet mais ne cadre pas alors qu’il est bien posté dans le slot (57’04). Le match est déjà terminé avant la fin et Rouen a réussi son pari.

C’est bien la capacité à produire un match rapide et de très haute intensité qui a donné les cartes en main aux Dragons. Ceux-ci ont pu alors maîtriser leur adversaire et garder une solidité défensive pour maintenir leur avantage. Rouen a su bloquer toutes les velléités gapencaises et su faire déjouer son adversaire. Rouen n’est plus qu’à une victoire de la qualification. Mais le plus dur est souvent de conclure une série. Le match 4 sera peut-être d’un tout autre acabit.

Gap – Rouen 1-4 (0-1, 1-2, 0-1)
Vendredi 28 février 2020 à 20h30 – Alp’arena. 1984 spectateurs.
Arbitres : Benjamin Gremion et Julien Peyre assisté d’Eric Briolat et Guillaume Gielly.
Pénalités : Gap 20′ (4’, 2’+10’, 4’) ; Rouen 10′ (6’, 4’, 0’).
Tirs : Gap : 32 (7, 14, 11) ; Rouen 34 (14, 10, 10).

Évolution du score :
0-1 à 11’56 : Deschamps assisté de Lampérier et Lehtonen (sup. num.)
1-1 à 20’45 : Correia assisté de Mickevics et Gagnon (sup. num.)
1-2 à 22’59 : Dusseau assisté de Nesa et Koivisto
1-3 à 33’30 : Bedin assisté de Dusseau et Koivisto
1-4 à 53’37 : Bedin assisté de Guttig et Barker (inf. num.)
Gap

Attaquants :
Arturs Mickevics – Bostjan Golicic – Mathieu Guertin
Julien Correia – Patrik Wronka – Jean Dupuy
Dimitri Thillet – Romain Gutierrez (C) – Roman Vondracek
Paul Schmitt – Romain Chapuis (A) – Victor Ranger

Défenseurs
Etienne Boutet – Matthieu Gagnon
Fabien Bourgeois (A) – Ondrej Smach
Raphaël Faure – Arnaud Faure

Gardien :
Jimmy Darier

Remplaçants : Jiri Blazek (G), Absents : Fabien Colotti, Charles Schmitt, Alexandre Pascal, Joey Raats.

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Mikko Lehtonen  – Joël Caron
Vincent Nesa – Joris Bedin – Juha Koivisto
Loïc Lamperier – Marc-André Thinel  – Anthony Guttig
Bastien Maïa – Maurin Bouvet – Bastien Zago

Défenseurs :
Cam Barker – Mathieu Roy
Chad Langlais – Kevin Dusseau
Florian Chakiachvili – Atte Mäkinen

Gardien :
Matija Pintaric

Remplaçant : Gaëtan Richard (G). Absents : Pierre Crinon, Julien Msumbu, Enzo Cantagallo, Nicolas Ritz.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

mattis felis efficitur. neque. venenatis Curabitur leo Lorem at