Vancouver avec détermination

165

Les Canucks de Vancouver du Français Antoine Roussel se sont qualifiés trois victoires à une face au Wild du Minnesota. Dans une série assez disputée, ils ont montré leur supériorité physique et offensive devant une équipe très limitée en attaque.

Pourtant la série avait très mal commencé pour les Canucks. Piégés par une certaine indiscipline, ils s’inclinaient 3-0 en ouverture. En cause ? Le jeu de puissance du Wild, buteur en premier tiers (Kevin Fiala) comme en deuxième tiers (Jared Spurgeon). Alex Stalock réussissait 28 arrêts et un dernier but de Spurgeon cage vide concluait le score (0-3).

Le jeu s’ouvre bien plus dans la deuxième manche. L’invincibilité de Stalock vole en éclats après seulement 24 secondes et un but de Tanner Pearson. Luke Kunin égalise en infériorité en fin de premier tiers. En deuxième tiers, les Canucks creusent l’écart par JT Miller et Brock Boeser en cinq minutes. Bo Horvat porte la marque à 4-1 en supériorité en début de troisième. Minnesota finit fort en sortant son gardien et en marquant deux fois avec un attaquant supplémentaire, par un doublé de Fiala, intenable. Insuffisant (4-3).

L’attaque du Wild n’a toujours pas marqué à égalité numérique, et ne le fera pas au troisième match. Cette fois, Markström ne laisse rien passer et réalise un blanchissage de 27 arrêts. Brock Boeser ouvre le score en supériorité, puis Antoine Roussel vole un palet en début de troisième tiers, démarre à gauche et double la mise en échappée. Elias Pettersson achève les espoirs en supériorité dans les derniers instants (3-0). Pour couronner le tout, Minnesota perd son défenseur vedette Ryan Suter en fin de match, blessé après avoir bloqué un tir. Il sera forfait pour le match 4.

Vancouver, retour gagnant

Les deux équipes vont se rendre coup pour coup dans ce match décisif. Luke Kunin ne tarde pas et ouvre le score dès la troisième minute, en supériorité numérique. Servi ligne de fond, il pivote et attaque la cage avec succès (1-0). Mais Vancouver égalise dix minutes plus tard lorsque l’ex-King Tanner Pearson fusille le gardien d’un tir du cercle gauche (1-1). Il faut moins d’une minute à Eric Staal pour replacer Minnesota devant, avec un tir en hauteur, en angle fermé (2-1). C’est le premier but à cinq-contre-cinq de son équipe… Stalock se charge de tenir le score avec un bel arrêt de la botte en fin de tiers.

Vancouver tente de revenir et une longue passe envoie Loui Eriksson entre deux défenseurs. Stalock gagne son duel. Le Wild creuse finalement avec un but de Joel Eriksson Ek, à l’affût d’un rebond suite à un tir lointain et un cafouillage devant la cage (3-1). Une avance de deux buts qui ne dure pas longtemps. Brandon Sutter réduit la marque en reprenant un palet mi-hauteur suite à un tir de Quinn Hughes contré et, une minute plus tard, ce même rookie Hughes égalise en supériorité numérique d’un lancer de la bleue avec écran de Boeser (3-3). Minnesota pense faire le plus dur dans la dernière minute du tiers médian lorsque Nico Sturm marque son premier but en carrière, débordant à gauche avant de piéger le gardien d’un tir en angle très fermé (4-3).

Les minutes défilent et le Wild verrouille. La défense ne concède que six tirs, mais l’un d’entre eux termine au fond des filets. À six minutes de la fin, Horvat reprend de volée dans l’enclave une passe venue du fond de Pearson (4-4).

La prolongation sera l’une des plus rapides de l’histoire. Chris Tanev est le héros du jour avec un but après seulement onze secondes, qui envoie Vancouver en playoffs d’un tir dévié par un joueur adverse (4-5). À l’origine, un palet envoyé au fond et dégagé par Dumba, qui échappe au jeune rookie Sturm et revient sur Tanev.

Minnesota quitte donc la bulle, sans que cela ne soit une surprise considérable. Le Wild n’a pas passé un tour de playoffs depuis 2013. Pire, l’équipe a été battue par une formation jeune et inexpérimentée qui n’avait qu’un point de plus au classement. Clairement, le leadership de Ryan Suter a manqué en défense sur ce quatrième match : le duo Soucy-Spurgeon a vécu un match cauchemardesque, sur la glace sur presque tous les buts des Canucks. C’est peut-être une triste fin pour Mikko Koivu, après dix-neuf ans à jouer pour Minnesota.

Vancouver passe donc, nouvelle étape de la construction d’une équipe de jeunes talents qui ont clairement été à la hauteur. Si la profondeur défensive et le bottom-6 sont critiquables, il faut reconnaître que tout le monde a tiré dans le même sens et mis l’intensité nécessaire. Les Canucks ont cru en leurs chances jusqu’au bout.

Commentaires d’après-match

Travis Green (entraîneur de Vancouver) : « Chris Tanev n’est pas vraiment réputé pour ce type d’action. C’est un battant, un guerrier et un bon mentor pour nos jeunes joueurs. Il a été là pendant les moments difficiles de l’équipe et c’est une pièce importante de ce que nous essayons de construire. Je suis content pour lui. »

Eric Staal (attaquant de Minnesota) : « Quand vous menez au score, surtout avec notre équipe, vous devez vous attendre à faire le boulot et obtenir le bon résultat à la fin. C’est une fin décevante, c’est sûr, surtout de voir le match finir aussi vite en prolongation. Nous aurions aimé plus de temps pour avoir une chance. Bravo à eux, ils n’ont pas arrêté d’attaquer. Nous avons capitalisé sur quelques erreurs, mais c’est une triste fin. »

Dean Evason (entraîneur de Minnesota) : « Je ne pense pas que nous leur ayons concédé grand chose. Juste une paire de mauvais jeux qui finissent dans notre but. C’est le hockey. Vous faites des erreurs et parfois, celles-ci tournent très mal. »

Minnesota Wild – Vancouver Canucks 4-5 après prolongation (2-1, 2-2, 0-1, 0-1)
Vancouver remporte la série 3 victoires à 1.
Vendredi 7 août 2020, 21h. Rogers Place d’Edmonton. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette et Dan O’Rourke assistés de Brad Kovachik et Libor Suchanek.
Pénalités : Minnesota 13′ (7′, 2′, 4′, 0′), Vancouver 15′ (9′, 4′, 2′, 0′)
Tirs : Minnesota 29 (12, 9, 8, 0), Vancouver 31 (13, 11, 6, 1)

Récapitulatif du score
1-0 à 02’58 : Kunin assisté de Zuccarello et Brodin (sup. num.)
1-1 à 12’52 : Pearson assisté de Horvat et Tanev
2-1 à 13’32 : E. Staal assisté de M. Foligno et Fiala
3-1 à 25’39 : Eriksson Ek assisté de Parise et Brodin
3-2 à 27’20 : Sutter assisté de Roussel et Q. Hughes
3-3 à 28’44 : Q. Hughes assisté de J.T. Miller et E. Pettersson (sup. num.)
4-3 à 49’08 : Sturm assisté de Spurgeon
4-4 à 54’14 : Horvat assisté de Pearson et Tanev
4-5 à 60’11 : Tanev

Minnesota Wild

Attaquants :
Marcus Foligno – Eric Staal (A) – Kevin Fiala (2′)
Zach Parise (A) – Joel Eriksson Ek – Luke Kunin
Jordan Greenway – Alex Galchenyuk (2′) – Mats Zuccarello
Nico Sturm – Mikko Koivu (C) – Ryan Hartman (5′)

Défenseurs :
Carson Soucy – Jared Spurgeon (2′)
Jonas Brodin – Mathew Dumba (2′)
Matt Bartkowski – Brad Hunt

Gardien :
Alex Stalock

Remplaçant : Devan Dubnyk (G). Réservistes notables : Ryan Donato (A), Ryan Suter (D, blessé), Gerald Mayhew (A), Victor Rask (A)

Vancouver Canucks

Attaquants :
JT Miller – Elias Pettersson – Brock Boeser (4′)
Tanner Pearson – Bo Horvat (C) – Loui Eriksson
Antoine Roussel (2′) – Brandon Sutter (A) – Jake Virtanen (5′)
Tyler Motte – Jay Beagle – Zack McEwen

Défenseurs :
Alexander Edler – Troy Stecher
Quinn Hughes – Chris Tanev (A)
Olli Juolevi – Tyler Myers (4′)

Gardien :
Jacob Markström

Remplaçant : Thatcher Demko (G). Réservistes notables : Jordie Benn (D), Oscar Fantenberg (D), Justin Bailey (A), Tyler Toffoli (A), Michael Ferland (A, blessé), Adam Gaudette (A)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

venenatis eget accumsan Donec dolor Donec luctus massa risus ante.