Avec la pandémie, chacun son tour

180

Comme le temps passe vite… Il y a un mois et demi, la Finlande accueillait le tournoi Karjala et pouvait jouer avec des tribunes à moitié remplies. Le pays faisait figure d’unique îlot préservé de la pandémie en Europe. Aujourd’hui, la seconde vague l’a frappé lui aussi. Son championnat est donc à l’arrêt depuis deux semaines et jusqu’à Noël. Si l’équipe nationale avait été constituée à l’époque uniquement de hockeyeurs de Liiga en raison des restrictions imposées aux voyageurs en Finlande, elle se présente au contraire à Moscou avec exclusivement des joueurs de championnats étrangers (ce terme inclut les trois membres des Jokerit Helsinki qui évoluent en KHL, le quatrième Savinainen s’étant désisté). Une décision prise à l’avance, bien avant l’interruption de la Liiga, selon le staff finlandais.

Les Tchèques étaient dans le cas contraire : leur championnat était à l’arrêt début novembre, il a désormais repris. L’objectif majeur du sélectionneur Filip Pešán pour ce mois de décembre était de tester les joueurs de NHL qui sont actuellement présents en Extraliga, et qui doivent rentrer outre-Atlantique sous peu. Ils ne seront probablement pas disponibles pour le Mondial 2021, c’est donc la dernière chance de les observer avant une éventuelle nomination aux Jeux olympiques 2022. Mais les plans ont été contrariés. Les Red Wings de Detroit se sont opposés à la participation de Filip Hronek (observé en novembre où il a été élu meilleur défenseur du tournoi) et de Filip Zadina, qui étaient les deux vrais possibles Olympiens de 2022 dans le lot. Les Bruins de Boston ont ensuite barré la possibilité pour Jakub Zbořil et Jakub Lauko de faire leurs débuts en équipe tchèque.

En fait de joueurs sous contrat NHL, il n’en reste donc que deux, qui sont plutôt des jeunes joueurs d’AHL (23 ans). Lukáš Jašek – prêté par les Canucks de Vancouver à Třinec – fait ses débuts avec l’équipe nationale. David Kaše – actuellement prêté par Philadelphie à Karlovy Vary – avait connu 4 sélections sous le maillot tchèque à l’aile droite en 2017/18, dont deux en France. Il joue cette fois contre une opposition plus forte, et avec des responsabilités bien différentes : il est testé au centre de la première ligne, entouré des deux ailiers majeurs que sont le capitaine Andrej Nestrašil et le meilleur marqueur actuel de KHL Dmitrij Jaškin.

2020 12 17 Finlande Tcheque

Les expatriés finlandais sont logiquement plus expérimentés. On recense parmi eux 7 membres de la dernière équipe championne du monde en date en 2019 – dont le premier trio offensif du jour Pesonen-Ilomäki-Ojamäki – et seulement 2 débutants, le défenseur Otso Rantakari et l’attaquant Robert Leino. Cette équipe de métier entre mieux dans le match. Tony Sund récupère un palet qui vient de frapper le poteau et ouvre le score d’un tir rasant. Mais les Tchèques commencent eux aussi à se déployer en zone offensive, et c’est le débutant Jašek qui égalise au rebond d’un tir de Lenc, avec une assist au passage pour l’autre novice Dominik Mašín. Le match se maintient à rythme élevé. La Finlande passe en tête avant la pause en profitant d’une pénalité de Šustr : c’est Mikael Ruohomaa qui marque dans la cage ouverte.

Dès le début de la deuxième période, Jere Karjalainen dévie un tir de Lindbohm et donne deux buts d’avance aux Finlandais. Mais 16 secondes plus tard, les débutants frappent encore : Dominik Lakatoš réussit un tir magnifique sur passe d’Adam Zbořil. Il y a donc un seul des nouveaux venus tchèques à ne pas avoir marqué, c’est le défenseur Pavel Pýcha, rejoint dans ce cas par Petr Kodýtek entré en cours de match. Mais c’est aussi un débutant qui décide du match pour la Finlande : Otso Rantakari marque son premier but en sélection sur un slap précis pendant que Sedlák est en prison pour cinglage. Le sniper aux 24 buts depuis le début de saison, Dmitrij Jaškin, réduit une dernière fois le score à 5 contre 3, mais il ne convertira pas la principale occasion d’égalisation en dernière période.

Désignés joueurs du match : Jere Karjalainen pour la Finlande et Lukáš Jašek pour la République Tchèque.

Commentaires d’après-match

Filip Pešán (entraîneur de la République Tchèque) : « Le jeu était équilibré à 5 contre 5, même si pas très bien organisé. Nous avons eu quelques problèmes en zone défensive, mais les Finlandais aussi. Les unités spéciales ont fait la décision. Nous n’avons pas complètement géré leurs powerplays parce que nous les avons vus pour la première fois, l’équipe finlandaise était totalement différente du tournoi précédent. Nous avons néanmoins suspectés certains de leurs signaux, mais quand ils ont bien joué les actions, nous n’avons pas répondu tout de suite au tir. De manière générale, nous n’avons pas été bons aux mises au jeu. C’était fatal en infériorité numérique, car jouer deux minutes pleines dans sa zone face aux Finlandais, c’est une tâche surhumaine. Cela fait une grande différence d’avoir ou de chasser le palet. De purs centres se sont excusés à la dernière minute [NDLR : allusion à Robin Hanzl], nous avons dû aligner des ailiers et ça s’est vu. Les débutants ont été au niveau, ils n’ont sûrement pas perdu le match. Petr Kodýtek a eu un rôle difficile, en entrant en jeu en infériorité puis en remplaçant Sedlák blessé. Avoir deux points ne veut rien dire, Jašek a joué un premier match correct en équipe nationale mais il y a eu beaucoup d’erreurs et de combats perdus. S’il veut jouer en NHL, il doit travailler bien plus dur. Mais c’est un bon premier pas. »

 

Finlande – République Tchèque 4-3 (2-1, 2-2, 0-0)
Jeudi 17 décembre 2020 à 14h30 à la CSKA Arena de Moscou. Huis clos.
Arbitrage de Lassi Heikkinen et Kristian Vikman (FIN) assistés de Tommi Niitylä et Hannu Sormunen (FIN).
Pénalités : Finlande 12′ (0′, 10′, 2′) ; Tchéquie 8′ (2′, 4′, 2′).
Tirs : Finlande 31 (13, 7, 11) ; Tchéquie 20 (7, 8, 5).

Évolution du score :
1-0 à 03’16 : Sund assisté d’Ilomäki et Ojamäki
1-1 à 12’10 : Jašek assisté de Lenc et Mašín
2-1 à 17’45 : Ruohomaa assisté de Karjalainen et Ojamäki (sup. num.)
3-1 à 22’05 : Karjalainen assisté de Lindbohm et Junttila
3-2 à 22’21 : Lakatoš assisté de A. Zbořil
4-2 à 33’44 : Rantakari assisté de Kaski et Nättinen (sup. num.)
4-3 à 34’46 : Jaškin assisté de Jašek et Nestrašil (double sup. num.)

Finlande (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Harri Pesonen (A) – Arttu Ilomäki – Niko Ojamäki
Julius Nättinen – Mikael Ruohomaa – Juuso Puustinen
Julius Junttila (+1) – Juhani Tyrväinen (A, +1, 2′) – Jere Karjalainen (+1)
Teemu Turunen (-1) – Robert Leino (-1) – Henri Ikonen (-1)

Défenseurs :
Tony Sund (+1, 2′) – Oliwer Kaski (+1)
Robin Salo (2′) – Otso Rantakari
Petteri Lindbohm (4′) – Juuso Hietanen (C)
Veli-Matti Vittasmäki (-1) – Ville Pokka (-1)

Gardien :
Juho Olkinuora

Remplaçants : Janne Juvonen (G), Otto Paajanen (A). En tribune : Jussi Rynnäs (G), Niklas Friman, Petteri Nikkilä (D).

République Tchèque

Attaquants :
Andrej Nestrašil (C) – David Kaše – Dmitrij Jaškin
David Šťastný (-1) – Lukáš Sedlák (-1, 2′) – Lukáš Radil (-1)
Lukáš Roušek – Lukáš Jašek – Radan Lenc (A)
Dominik Lakatoš (+1) – Adam Zbořil (+1) – Patrik Zdráhal (+1)
Petr Kodýtek

Défenseurs :
Dominik Mašín (+2) – Andrej Šustr (A, +2, 2′)
Ondřej Vitásek (2′) – David Sklenička
Pavel Pýcha (-2, 2′) – Jan Košťálek (-2)

Gardien :
Dominik Furch [sorti à 58’49]

Remplaçants : Roman Will (G), Daniel Gazda (D). En tribune : Šimon Hrubec (G), Ronald Knot (D), Matěj Blümel, Jan Mandát (A).

Les commentaires sont fermés.

id commodo ut dapibus Donec nunc elementum ultricies sem, Nullam Aenean