Les Aigles reviennent de loin

352

Dernière rencontre de hockey français de l’année civile, avec cette opposition entre les Rapaces de Gap et les Aigles de Nice. Deux équipes qui justifient à elles seules l’absence de lisibilité du classement, puisque Nice joue là son douzième match de saison régulière (ce qui en fait l’équipe la « moins en retard »), soit le double du parcours gapençais (sixième partie, la dernière en date était justement une défaite face à l’adversaire du jour).

Cette affiche se joue dans le cadre des rencontres télévisées par la chaîne Sport en France, qui correspond peut-être à la seule éclaircie de cette rude période (entre autres) pour le hockey français, tant la couverture est unanimement appréciée et doit donner, espérons-le, matière à réflexion pour la médiatisation de la Ligue Magnus à l’avenir.

Le premier lancer est au crédit de Valère Vrielynck, Junca s’interpose. Puis Dimitri Thillet tente plein axe mais bute sur Stojanovic. Les dix premières minutes sont très équilibrées avec des offensives des deux côtés et un palet qui circule énormément. Une belle opportunité se présente pour Correia sur un travail de Langlais, mais le gardien niçois est vigilant. De l’autre côté, Kopta tente en solo sans succès, avant un spin-o-rama de Langlais qui ne trouve pas de partenaire dans l’axe. Les choses se décantent sur une accélération de Mosey depuis le centre. Il transmet à Thillet (100e point sous le maillot de Gap en saison régulière de Ligue Magnus) qui temporise à merveille avant de remettre dans le tempo à l’international britannique, qui profite de l’offrande pour conclure l’action (1-0, 15’09). Nice réagit vite avec Dusek qui permet à Junca de geler le palet, puis Chabert qui fait une remise dangereuse mais sans solution. Le duo Dusek – Knotek et Alexandre Pascal testent à leur tour la concentration du gardien français, juste avant la sirène.

Les Rapaces repartent avec de fortes intentions et tour à tour Mosey (par deux fois), Raphaël Faure et Sherbinin se montrent dangereux. Stojanovic s’interpose à chaque fois. Nice parvient enfin à ressortir sur un contre qui permet à Vrielynck de lancer, mais le palet fuit. Gap reste alors dominant et Fabien Bourgeois délaisse sa défense pour récupérer le puck et tenter d’un revers de tromper le gardien slovène. Les Aigles ont enfin une bonne séquence après sept minutes et Rémi Thomas s’essaie à la déviation devant la cage des bleus, ce n’est pas cadré. Même infortune pour Brincko, mais la délivrance vient d’un travail immense de Loïc Chabert contre la bande et face à deux adversaires. Il délivre le palet pour Jules Breton qui centre dans la palette de Hrehorčák pour l’égalisation (1-1, 28’20).

Ce but sonne clairement le réveil de Nice, à nouveau dangereux à trois reprises tandis que la zone offensive est occupée. Puis les Azuréens profitent d’un changement de ligne adverse loupé pour se présenter à deux devant Junca : le sniper Kopta, sans doute surpris d’une telle offrande, ne sait convertir et lance au-dessus. Il faut un duel entre Langlais et Hrehorčák pour refaire basculer la domination car l’attaquant niçois se met à la faute, la première de la rencontre. Si Golicic échoue une première fois, il profite ensuite d’une feinte de lancer pour recevoir en mouvement. Stojanovic n’a pas le temps de se déplacer pour couvrir l’angle, et le « Roc » doit s’incliner une deuxième fois (2-1, 36’38). Bis repetita pour Hrehorčák, décidément homme du tiers dans tous les sens du terme, qui est de nouveau envoyé en prison. Cinq secondes plus tard, Jules Breton le rejoint pour cinglage. À 5 contre 3, Stojanovic brille devant l’essai de Gutierrez à bout portant, et Nice parvient à rentrer aux vestiaires sans encaisser de nouveau.

Il reste 35 secondes à faire à 5 contre 3 en faveur des hommes d’Eric Blais à la reprise. Si Stojanovic s’impose devant un gros lancer de Gutierrez, au moment du 5 contre 4, Julien Correia recherche le palet et finirtle travail en solitaire, au grand dam des Aigles qui avaient pratiquement tenu le coup (3-1, 40’42). Knotek est pénalisé à son tour, alors que ses coéquipiers semblaient ressortir un tant soit peu. Gap ne fait pas grand-chose de ce powerplay, mais capitalise sur du temps de jeu offensif. Heizer hérite bien d’un palet orphelin, Junca s’interpose. C’est au tour de Knotek de s’essayer sans cadrer, avant un beau numéro de Langlais qui enrhume un défenseur avant de buter sur Stojanovic. Sur une action pourtant anodine, Emil Bagin lève le bras et est légitimement sanctionné. Comme sur la supériorité précédente, Gap contrôle bien le palet mais sans en faire un usage prolifique, les quelques tentatives étant annihilées par le portier niçois.

Gap prend alors sa première pénalité de la partie, contre Sherbinin. Nice doit impérativement profiter de ce power play pour se relancer. La lumière vient d’Emil Bagin à la ligne bleue. Son lancer profite du grand trafic devant la cage de Junca pour réduire la marque (3-2, 54’02). Hrehorčák porte le danger, Junca se couche, et Gap se met une nouvelle fois à la faute, toujours par son joker canadien Sherbinin. Une occasion en or pour les visiteurs. Ils jouent sur les gros frappeurs comme sur la phase à succès précédente, mais cette fois la défense bleue résiste et tue la pénalité. Précieux jeu car au retour à égalité numérique, Nice ne parvient à installer son jeu offensif. C’est au contraire Gap qui se montre dangereux en contre. Stojanovic sort à la minute du terme, et après de longues secondes et un cafouillage absolu dans l’enclave gapençaise, Čepon reprend un palet libre et exulte. Le duo Barbez – Bergamelli demande à revoir l’action, et rien ne s’oppose à la validation du but pour des Niçois qui décrochent dans les derniers instants la prolongation (3-3, 59’43).

Ce même Čepon est le premier à se montrer durant ce temps supplémentaire, avant que Langlais ne sollicite Stojanovic et que Knotek ne tente de surprendre Junca. Evan Mosey sonne la révolte, puis un trio Langlais – Correia – Golicic crée la panique dans la défense des Aigles. La décision se fera aux tirs au but, où les Niçois brilleront finalement. Kopta et Bagin vont transformer l’occasion là où aucun Gapençais n’y parviendra.

Les joueurs de Stan Sutor (photo) sont revenus de très loin pour ramener non pas un, mais deux points de ce court déplacement. La différence de rythme ne s’est ressentie à aucun moment dans la rencontre, et c’est peut-être finalement le mental qui a fait basculer le sort de ce match, qui sembla à plusieurs moments sous contrôle des Rapaces.

Désignés hommes du match : Mosey pour Gap, Čepon pour Nice

Gap – Nice 3-3 (1-0, 1-1, 1-2, 0-0) / 0-2 aux tirs au but
Dimanche 20 décembre 2020 à 17h00 à l’Alp’ Arena de Gap. Huis clos.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Nicolas Barbez assistés d’Anne-Sophie Boniface et Joris Barcelo.
Pénalités : Gap 4′ (0′, 0′, 4′) ; Nice 10′ (0′, 6′, 4′).
Tirs : Gap 34 (6, 12, 11, 5) ; Nice 24 (7, 7, 8, 2).

Évolution du score :
1-0 à 15’09 : Mosey assisté de Thillet et Sherbinin
1-1 à 28’20 : Hrehorčák assisté de Breton et Chabert
2-1 à 36’38 : Golicic assisté de Mosey et Langlais (sup. num.)
3-1 à 40’42 : Correia assisté de Golicic et Guttierez (sup. num.)
3-2 à 54’02 : Bagin assisté de Carpentier et Čepon (sup. num.)
3-3 à 59’43 : Čepon

Tirs au but :
Gap : Correia (manqué), Golicic (manqué), Mosey (manqué), Langlais (manqué)
Nice : Knotek (manqué), Kopta (réussi), Bagin (réussi)

Gap

Attaquants :
Fabien Colotti – Bostjan Golicic (A) – Julien Correia
Dimitri Thillet – Romain Gutierrez (C) – Evan Mosey
Mathieu Guertin – Lucas Bonnardel – Roman Vondracek
Pierre Robert – Romain Chapuis – Paul Joubert

Défenseurs :
Chad Langlais – Raphaël Faure
Brayden Sherbinin (4′) – Fabien Bourgeois (A)
Louis Cirgues – Arnaud Faure

Gardien :
Julian Junca

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absent : Axel Prissaint (cheville)

Nice

Attaquants :
Loïc Chabert – Michal Popelka – Rémi Thomas
Tomáš Knotek (2′) – Antonin Dušek – Ondřej Kopta
Valère Vrielynck (A) – Sacha Guillemain – Peter Hrehorčák (C, 4’)
Jakub Matai – Radomir Heizer – Romain Carpentier (A)

Défenseurs :
Jules Breton (2’) – Kristjan Čepon
Martin Matejicek  – Boris Brincko
Emil Bagin (2′) – Alexandre Pascal

Gardien :
Rok Stojanovic

Remplaçant : Julian Barrier-Heyligen (G). Absent : Alexis Sutor (genou).

Les commentaires sont fermés.

libero. pulvinar quis, massa neque. risus