Slovaquie – Allemagne (Mondial junior, groupe A)

162

Ce match relève une importance capitale pour la qualification vers les quarts de finale. Les deux équipes ont eu un parcours bien différent. Les jeunes Slovaques emmenés par l’ex-international Robert Petrovicky ont gagné un match essentiel face à la Suisse (1-0) et bien résisté face aux favoris canadiens (1-3) grâce à un duo de gardiens de très haut niveau et à une défense solide.

Les Allemands, eux, peuvent s’appuyer sur deux joueurs majeurs en attaque avec Tim Stützle et John Jason Peterka, mais ils sont en sous-effectif. Tobias Abstreiter, le coach, ne peut compter que sur quatorze joueurs ! Les autres ont été mis à l’isolement pour des raisons sanitaires COVID et ne sortiront de quarantaine que demain. S’ils ont bien résisté face à la Finlande (3-5), c’est une tornade qui s’est abattu sur les joueurs allemands face au Canada (2-16). Ils ont montré une baisse notable sur le plan mental et physique.

Les deux équipes qui se jaugent et présentent une défense sérieuse. Tout le monde est appliqué sur son sujet. Slafkovsky allume la première mèche pour aller dévier un palet juste devant le gardien allemand (5’23). Tim Stützle fait parler sa vitesse et envoie un palet au premier poteau, et quand le rebond est réutilisé, il se replace devant le portier pour dévier le puck revenu de la bleue (5’39 : 0-1).

Ce but enlève de la pression aux Allemands qui imposent un pressing avant plus intense. Le  bloc défensif slovaque fait son œuvre en dégageant tous les palets en situation d’infériorité. Mieux, dans la même séquence d’infériorité, Mrazik, à la bleue offensive, hérite d’un dégagement qui rebondit dans la bande et lui revient pour aller défier Bugl. En pleine course, il place un revers qui file entre les jambes du portier. Mais sa position de hors-jeu, à la réception de la rondelle, n’a pas été sifflée (10’07 : 1-1).

Le match gagne en vitesse et en intensité dans les batailles pour la conquête du palet. La Slovaquie obtient un temps fort et Chromiak met le danger sur un revers, dévié par la botte de Bugl. L’Allemagne se ressaisit et reconquiert le palet. Pas de place pour approcher Latkoczy, toutefois il essuie plusieurs tirs tendus successifs. Le tiers se termine sur ce score de parité et chaque équipe a eu son temps fort.

En deuxième période, les Allemands continuent sur leur domination précédente et maintiennent la pression dans la zone adverse. Les bleus gagnent pourtant des duels et, en deux passes, Myklukha trompe Bugl entre les jambes (23’10 : 2-1).

Les blancs ne restent pas sans rien faire et Münzenberger décoche un puissant shoot. Le gardien laisse un rebond et une forêt de joueurs se jette sur la rondelle. Le capitaine slovaque Klazko est victime d’un choc genou contre genou avec Henriquez. Les Allemands reprennent leur bombardement de la cage slovaque avec plusieurs tirs lointains. Sur la pénalité suivante, c’est une nouvelle fois le « leader » Stützle qui débloque la situation avec un coast to coast hallucinant. Parti de derrière ses buts, il arrive sur la gauche de la cage. Il envoie un palet qui rebondit sur l’épaule de Latkoczy et percute Becar. Le palet retombe dans les buts (28’13 : 2-2). Dans le scénario inverse, en infériorité, c’est encore le futur joueur des Senators qui impressionne avec ses dribbles et sa conduite du palet pour garder la rondelle en zone offensive dans les bandes.

Les Allemands subissent une pénalité pour surnombre, par la présence de Chrobot qui est entré trop rapidement. Mais, là encore, ce sont bien les joueurs outre Rhin qui mènent la danse. Par deux fois, les échappées permettent à Albert et Peterka de défier le portier slovaque, sans réussite. Pour le reste, les Allemands tiennent le choc. Mais la troisième supériorité numérique est la bonne pour la Slovaquie et Mrazik dévie le puissant tir de Nemec (54’02 : 3-2).

Cette deuxième période est animée par les jeux de puissance.  Elias répond de la même façon avec une déviation du lancer de Gnyp (39’14 : 3-3). Le match est fantastique car les deux équipes ne lâchent rien ! Les Slovaques se mettent une nouvelle fois en infériorité. Les accrochages et crosses hautes commencent à peser. Les bleus se sont rendus coupables de quelques mauvais gestes, qui au final, coûtent cher au score. Leur gardien a démontré néanmoins une sureté à toute épreuve !

La troisième période reprend mais les Allemands ne placent qu’un seul tir dans cette supériorité, et il est l’œuvre de l’inévitable Tim Stützle, avec un shoot tendu à mi-distance. Il faut quand même souligner la qualité de transmission des rondelles dans ce power-play. Par la suite Florian Elias, totalement seul, exécute une reprise en « one-timer »… à côté de la cage (44’08). Le dynamisme allemand pousse les Slovaques à la faute avec un nouvel accrochage. Il ne se passe rien de dangereux mais Nemec, au retour à cinq, dévie un palet dans les bottes de Bugl.

La partie est totalement débridée et le jeu va dans les deux sens à grande vitesse. Le défenseur slovaque Golian est héroïque en se jetant sur le tir. Mais il reste sur la glace, sans crosse, pour continuer son shift tout en hurlant de douleur. Latkoczy subit un feu nourri de tirs allemands, mais reste solide et bien en place. Les deux équipes donnent tout pour gagner et Raabe se sacrifie aussi sur un tir qui percute son genou. Resté sur la glace, il est ramené sur le banc par ses copains. Cette fin de match est une bataille de tranchées pour gagner les pucks, bloquer les tirs et tenir défensivement. Jedlicka a le palet de la victoire avec une reprise à pleine vitesse sur un caviar de Myklukha (56’26). Stützle a lui aussi le palet pour gagner. Sur un face-off remporté, le tir se fracasse sur la barre (58’00). Les Slovaques en défense terminent dans un dernier choc intense pour gagner les duels. Quel match ! Incroyables combats pour la victoire…

La mort subite débute avec un tir dangereux slovaque mais un coup de sifflet de l’arbitre précipite les choses. Une nouvelle faute pour retenir est annoncée contre Myklukha. Les Allemands sortent le gardien et conservent la rondelle un bon moment. Ensuite le jeu de puissance est effectif. On sent la fatigue de toute part et des deux côtés avec des ratés dans les contrôles et les passes. Mais au bout du bout du match, Zimmermann envoie un tir qui transperce le trafic et envoie les Allemands à la victoire (64’01 : 3-4). Incroyable joie sur la glace comme si la médaille d’or avait été gagnée ce soir.

C’est un fantastique match qui s’est jouée, sur la glace des Oilers. Les deux gardiens ont été très bons, et Latkoczy est une révélation dans ce Mondial. Du côté allemand, Stützle a fait parler tout son talent pour porter le danger. Mais les deux teams sont à féliciter pour leur courage, détermination et sacrifice.

Les Allemands obtiennent un jour de repos et affronteront la Suisse dans un match capital pour la qualification. La Slovaquie, bien partie pour se qualifier avec 4 points (sauf exploit suisse contre le Canada), jouera le même jour contre la Finlande.

Élus meilleurs joueurs du match : David Mudrak (SVK) et Florian Bugl (ALL).

2020 12 28 Slovaquie Allemagne U20

Commentaires d’après-match

Tobias Abstreiter (attaquant de l’Allemagne) : « C’était une très, très bonne performance d’équipe avec une grande passion. De la première à la dernière minute, les gars ont cru en la victoire. Les équipes spéciales étaient également très bonnes et tout le monde s’est jeté dans les tirs. C’était une très bonne réponse et cela montre que les gars ont un très bon caractère et un très bon esprit d’équipe. Ils méritent absolument la victoire. »

David Mudrak (défenseur de la Slovaquie) : « Pour être honnête, nous voulions prendre les trois points aujourd’hui. C’est donc assez décevant. J’ai une pensée pour mon grand-père qui est décédé il y a quelques semaines et il était mon grand fan. »

Slovaquie – Allemagne 3-4 après prolongation (1-1, 2-2, 0-0, 0-1)
Lundi 28 décembre 2020 à 19h30 à Rogers Place d’Edmonton. Huis clos.
Arbitrage de Mathieu Merriti et Brett Roeland (CAN) assistés de Brett McKey et Tarrington Wyonzek (CAN)
Pénalités : Slovaquie 14′ (2′, 8′, 4′, 2′) ; Allemagne 6′ (0′, 6′, 0′, 0′).
Tirs : Slovaquie 25 (7, 10, 8, 0) ; Allemagne 32 (8, 12, 7, 5).

Évolution du score :
0-1 à 05’39 : Stützle assisté de Elias et Gnyp
1-1 à 10’07 : Mrazik assisté de Golian (inf. num.)
2-1 à 23’10 : Myklukha assisté de Kolenik et Elias
2-2 à 28’13 : Stützle assisté de Gnyp et Burgl (sup. num.)
3-2 à 34’02 : Mrazik assisté de Nemec et Jellus (sup. num.)
3-3 à 39’14 : Elias assisté de Gnyp et Peterka (sup. num.)
3-4 à 64’01 : Zimmermann assisté de Peterka et Stützle (sup. num.)

Slovaquie

Attaquants :
Roman Faith – Simon Jellúš (+1, 2′) – Michal Mrázik (A, +1, 2′)
Juraj Slafkovský (-1) – Matej Kašlík (-1) – Martin Chromiak (-1)
Oleksij Miklucha (+1, 6′) – Dominik Sojka – Maroš Jedlička
Dominik Jendek (2′) – Juraj Eliaš – Jakub Kolenič

Défenseurs :
Andrej Golian (+1) – Dávid Mudrák (A, +1)
Šimon Bečár (2′) – Samuel Kňažko (C)
Marko Stacha – Simon Nemec (-1)
Rayen Petrovický – Oliver Turan

Gardien :
Šimon Latkóczy

Remplaçant : Samuel Hlavaj (G). Non alignés : Eugen Rabčan (G), Filip Mešár, Artur Turanský.

Allemagne

Attaquants :
Julian Chrobot (-1) – Samuel Dubé (-1) – Manuel Alberg (-1)
Tim Stützle (C, +1) – Florian Elias (+1, 2′) – John Jason Peterka (+1)
Justin Volek (-1) – Enrico Henriquez Morales (-1) – Jan Luca Schumacher (-1)

Défenseurs :
Simon Gnyp (A, -1) – Maximilian Glötzl
Mario Zimmermann (2′) – Jan Münzenberger (2′)
Steven Raabe (-1)

Gardien :
Florian Bugl

Remplaçant : Arno Tiefensee (G). Non alignés : Jonas Gähr (G), Maksymilian Szuber, Lucas Flade, Niklas Länger (D), Joshua Samanski, Filip Reisnecker, Jan Nijenhuis, Markus Schweiger, Jakub Borzecki (A).

Les commentaires sont fermés.