Rouen – Amiens (Ligue Magnus, 12e journée)

Le retour des héros s’est bien passé, merci !

444

Le retour des héros s’est bien passé, merci !

Les Normands, sans Anthony Guttig, jouent ce soir leur premier match sur l’île Lacroix, après leur exploit historique, passer le premier tour de CHL, à Nuremberg, en recevant à domicile son meilleur ennemi. Les Picards accusent les absences des attaquants Rudy Matima et Pierre-Maxime Poudrier qui, ajoutées au congédiement de l’arrière Gyffen Nyren, réduisent Amiens, un club pourtant formateur, à jouer, le plus souvent, avec trois lignes seulement !

Le AHE n’est pas au mieux aujourd’hui, mais les Gothiques, même peroxydés à domicile, ont écumé sans relâche les patinoires de la ligue Magnus pour y glaner actuellement tous leurs points, sauf un seul arraché au Coliseum. L’adversaire est donc sérieux, le derby redevenu crédible (merci M.Richer) offre une rencontre moins lisse qu’aucune autre de SLM, de celles qui hérissent le poil !

Rouen démarre fort. Florian Chakiachvili (0’28), Mathieu Brodeur (3’46), Loïc Lampérier (3’55) et Alex Aleardi (4’58) vont meurtrir le cuir de Buysse. Curieusement, les coéquipiers de Mathieu Roy ne mettront pas à profit leur premier power-play. Le portier des visiteurs frustre Joël Caron (6’54). Ensuite, Amiens bouche les trous et n’exploitera pas un jeu de puissance.

Après la recherche de leur second souffle, les Rouennais ouvrent le score (notre photo ci-dessous). Nicolas Deschamps exploite un rebond dans une défense désorganisée et en panique sous les coups de boutoir rouennais (1-0 à 14’35). Le relâchement des locaux après ce but est mis à profit par les Amiénois, mais Matija Pintaric peut garder sa cage intacte face à Giroux (14’51) et Romand (17’20) en fin de période.

Après cinq très bonnes minutes ponctuées par Joris Bedin (21’19) et Atte Mäkinen (23’45), les joueurs de Fabrice Lhenry forceront leur coach à demander son temps mort pour remettre les implications en adéquation avec les facultés et les responsabilités de ces joueurs. Car pendant 5 minutes, les Normands font preuve de suffisance au pressing même si on peut noter des chances de Juha Koivisto (27’43) et Fabien Colotti (29’08). Heureusement, pendant ce temps faible des locaux, offensivement, Amiens n’est ni vaillant, ni tranchant, malade ?

Le coaching de Fabrice Lhenry est judicieux et payant pour la seconde partie du vingt médian morcelée de prisons. Dans l’exercice des unités spéciales, Rouen, remis en phase, s’en tire mieux. Les champions de France en annihilent deux et inscrivent leur deuxième but sur une de leurs trois supériorités obtenues. Du cercle gauche, Mathieu Roy trouve la lucarne côté plaque au bout d’un lancer frappé fort (2-0 à 35’54). C’est déjà le quatrième but, le troisième en avantage numérique du capitaine rouennais cette saison.

Dans le dernier tiers, la résignation, ou l’impuissance offensive des coéquipiers de Narbonne face aux Dragons est assez criarde. De leur côté, les hommes du président Chaix semblent gérer sans autres inquiétudes. Ils iront dérouler leur jeu, à peine contesté par Amiens étonnamment impuissant, jusqu’à un troisième et dernier but. En zone défensive, Nicolas Deschamps souffle la rondelle à Bault, puis part seul en contre sur la gauche, avant de délivrer une pépite de violent lancer balayé sous l’équerre, au-dessus du gant de Buysse (3-0 à 49’31). L’ailier gauche a ouvert ce soir son compteur de buts en ligue Magnus. Julien Msumbu et Enzo Cantagallo peuvent faire leur entrée sur la glace pour soulager leurs coéquipiers.

La fin de rencontre sera un peu plus sexy. Rouen ne se sent pas en danger et Amiens joue comme soulagé d’avoir perdu, déjà !? Les deux équipes se livrent, comme sautant dans une nuit de parachutage. Marc-André Thinel (49’53), Nicolas Deschamps (52’12) et Alex Aleardi (52’52) défouraillent. Par politesse, ils laissent les mots de la fin à Matija Pintaric qui face à Plouffe (55’01), Anderson (56’42) et Giroux (59’53) signe son quatrième blanchissage, avec 38 arrêts, son second de la saison contre Amiens. Réjouissant.

Étoiles du match : *** Matija Pintaric (Rouen), ** Nicolas Deschamps (Rouen), * Joël Caron (Rouen).

Commentaires (dans Paris-Normandie et Tendance Ouest) :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « On est content de cette semaine et on l’a bien fini. Physiquement, je redoutais un peu ce match contre Amiens qui n’est jamais facile et qui est important pour nos deux clubs et nos fans. On a un peu flotté au début du deuxième tiers, c’est pour cela que j’ai pris un temps mort mais je suis vraiment satisfait de la semaine. Techniquement, j’avais dit en fin de saison dernière que Pinta pouvait encore progresser et je trouve que cette année il est beaucoup plus en place, il travaille très bien avec Romain Farrugia presque tous les jours, il répète beaucoup de techniques de placement et on voit que cela devient beaucoup plus instinctif pour lui maintenant. On trouvait aussi qu’il manquait un peu de physique l’année dernière donc il a bien travaillé cet été et là il est très en forme, on est vraiment satisfait de lui en ce début de saison. »

Nicolas Deschamps (attaquant de Rouen) : « On a joué un match solide. On a connu un petit relâchement dans le deuxième tiers et Amiens en a profité pour pas mal tourner dans notre zone mais on a rectifié ça après le temps mort. On a bien répondu à ce que nous a demandé Fabrice (Lhenry) à ce moment-là et le troisième but a scellé définitivement l’issue du match. Chez nous, devant nos supporters, c’était un bon match pour se relancer après notre sortie à Strasbourg. On avait à cœur de faire un bon match. D’autant qu’il y a une grosse semaine qui nous attend avec la Coupe de France mardi, compétition dans laquelle on aimerait faire mieux que l’an passé, l’élimination à Gap nous restant encore un peu en travers de la gorge, et deux gros matches de championnat à Lyon et Grenoble. Cela va bien pour moi ces temps-ci, c’était bien de marquer mon premier but, je n’étais pas inquiet. Maintenant que j’ai débloqué mon compteur, j’espère continuer à en mettre d’autres. Maintenant, on va se consacrer à Dunkerque, ce sera un match piège, il ne faudra pas les prendre à la légère. On passe par différentes émotions, on l’a vu à Strasbourg où on a eu un départ un peu lent mais c’était important de prendre les trois points, ça nous a donné un coup de boost et ce soir dans une arena pleine et dans un derby on ne pouvait pas demander mieux. »

Rouen – Amiens : 3-0 (1-0, 1-0, 1-0)
Dimanche 21 octobre 2018 à 16h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs (guichets fermés).
Arbitres : MM. Pierre Dehaen et Laurent Garbay assistés de MM. Clément Goncalves et Jérémie Douchy.
Pénalités : Rouen 22′ (4’+10′, 6’, 2’) ; Amiens 49′ (4′, 8’+10′, 2′).
Tirs : Rouen 34 (12, 13, 9) ; Amiens 38 (14, 11, 13).
Chances : Rouen 15 (5, 7, 4) ; Amiens 11 (2, 4, 5).
Supériorités : Rouen 1/6, Amiens 0/5.

Évolution du score :
1-0 à 14’35 : Deschamps assisté de Aleardi et Caron
2-0 à 35’54 : Roy assisté de Chakiachvili et Caron (sup.num.)
3-0 à 49’31 : Deschamps assisté de Caron

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Joël Caron – Alexander Aleardi
Joris Bedin – Juha Koivisto – Michel Miklik
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel (A)
Joran Reynaud puis Julien Msumbu à 49’31 – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais
(puis Enzo Cantagallo à 49’31)

Gardien :
Matija Pintaric (38 arrêts)

Remplaçant : Quentin Papillon (G). Absent : Anthony Guttig (?)?

Amiens

Attaquants :
Dimitri Thillet – Joey West (A) – Thomas Suire
Jérémie Romand – Philippe Halley – Tommy Groux
Spencer Edwards – Mario-Valery Trabucco – Kévin Da Costa (A)
(parfois) Rayan Belharfi – Félix Plouffe (et en infériorité) – Louis Olive

Défenseurs :
Jonathan Narbonne (C) – Ondrej Smach
Holden Anderson – Léo Guillemain
Romain Bault – Axel Prissaint

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (31 arrêts)

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Giffen Nyren (départ), Rudy Matima et Pierre-Maxime Poudrier (?).

 

Jérémie Romand (Amiens), Atte Mäkinen et Matija Pintaric (Rouen).

 

Dimitri Thillet (Amiens) et Joris Reynaud (Rouen)

 

Philippe Halley (Amiens), Mathieu Brodeur et Matija Pintaric (Rouen).

 

Jonathan Narbonne (Amiens).

 

Michel Miklik (Rouen) et Mario-Valery Trabucco (Amiens).

 

Kevin Dusseau (Rouen)

 

Philippe Halley (Amiens), Vincent Nesa et Mathieu Brodeur (Rouen).

 

Ondrej Smach (Amiens) et Fabien Colotti (Rouen).

 

Holden Anderson (Amiens)

 

Tommy Giroux (Amiens), Matija Pintaric et Florian Chakiachvili (Rouen).

 

Alex Aleardi (Rouen) et Henri-Corentin Buysse (Amiens).

 

Joey West (Amiens) et Joran Reynaud (Rouen).

 

Jérémie Romand (Amiens) et Florian Chakiachvili (Rouen).

 

Dimitri Thillet (Amiens) et Fabien Colotti (Rouen).

 

Joran Reynaud (Rouen)

 

Loïc Lampérier (Rouen), Axel Prissaint et Henri-Corentin Buysse (Amiens).

 

Joey West (Amiens)

 

Tommy Giroux (Amiens) et Juha Koivisto (Rouen).

 

Mario-Valery Trabucco (Amiens) semble rire de son blanchissage par Matija Pintaric (Rouen).

 

Les commentaires sont fermés.

massa accumsan felis venenatis justo libero Lorem efficitur. Donec ut