Romand : plus joli que de gagner avec Rouen ou Grenoble

1 267

Jérémie Romand (attaquant d’Amiens) a fait part de son bonheur après la finale de Coupe de France remportée en prolongation contre Lyon (3-2).

– Quelle est la sensation, quel est le sentiment ?

Énormément de joie, ça fait depuis que je suis passé pro que je courais après et qu’elle me faisait rêver, cette coupe. Enfin, on est allé la chercher avec Amiens, donc c’est encore plus joli que de gagner une coupe avec Grenoble et Rouen je pense. Quand on la gagne avec un club comme Rouen ou Grenoble, tout le monde va dire que c’est normal, c’est les plus gros clubs. La gagner avec un club comme Amiens qui est en reconstruction depuis quelques années, ça fait vraiment plaisir.

– Qu’allez vous dire à ceux qui vont dire que vous avez gagné avec un parcours favorable, sans jouer Rouen ou Grenoble ?

On leur dira que Rouen et Grenoble se sont fait sortir avant et pas nous, donc voilà. S’ils se sont fait sortir, c’est qu’ils n’ont pas réussi à gagner leur match et nous oui. Lyon a eu un parcours incroyable, c’était l’équipe à battre car c’est certainement eux qui ont eu le plus gros parcours, et on l’a fait. On ne va pas mentir, on était content de ne pas voir les grosses cylindrées dans ce carré final, mais il n’y avait rien de fait et il fallait qu’on travaille. On l’a vu ce soir, on a la coupe, et à deux secondes de la fin on ne l’a plus, et on l’a de nouveau après une minute, donc c’est incroyable.

– Ça prouve une sacrée force mentale justement d’avoir réussi à se relancer après ce coup du sort qui aurait pu vous enfoncer ?

Je pense que c’est l’esprit de ce groupe, on est tous ensemble, on est une bande de potes. On vit incroyablement bien tous ensemble. On a un bon préparateur physique, donc physiquement on était prêt. Tous le monde était là, c’est vraiment une victoire de groupe ce soir.

– Tu as ressenti de la pression ?

Complètement ! Énorme pression avant chaque match, mais une fois que le palet est posé, on joue et on voit ce qui se passe. Il y a un peu de pression qui est remontée au moment des prolongations, mais c’est normal, si tu n’as pas de pression c’est que t’es vraiment dedans non plus. La pression, c’est bien d’en avoir avant des grands événements comme ça, et aujourd’hui on l’a contrôlée parfaitement.

– Est-ce que la saison est déjà réussie avec cette victoire en coupe ?

Je ne pense pas. C’est sûr que c’est déjà super, car cela faisait très longtemps qu’Amiens n’avait pas gagné de titre, maintenant de la à dire que la saison est réussie… Non ! On a des play-offs qui arrivent, on a un public qui en veut et qui est de plus en plus nombreux, je pense que la saison sera réussie si on fait quelque chose de bien en play-offs aussi.

– D’autant qu’il y a moins de pression maintenant

Oui ! Maintenant on va jouer beaucoup plus relâché. On a un titre, on a gagné quelque chose. On a trois matches pour bien finir notre saison régulière et jusqu’à avant les play-offs ça sera une saison parfaite pour nous. Après les play-offs c’est un nouveau championnat, donc on ne sait pas ce qui se passera, on fera tout pour passer le premier tour. Que tu joues de la troisième à la huitième, neuvième place, il n’y a pas d’écart de niveau, donc les matches vont être disputés, on verra.

– Quand tu vois le palet rentrer, Tommy lever les bras, qu’est-ce qu’il se passe ?

C’est la folie ! Enfin, j’ai gagné la coupe de France. C’est pour cela que je joue au hockey, pour gagner des titres. C’est le dernier qui me manquait, et encore une fois, de le gagner avec un autre club que des grosses cylindrées comme Rouen ou Grenoble, je pense que ça amène énormément de joie et peut-être même plus que les titres que j’avais gagné plus jeune avec Rouen.

– La troisième a été la bonne !

Oui c’est ça ! J’ai eu peur quand on est parti en prolongation, le « jamais deux sans trois »… Je l’avais perdu deux fois aux penalties, il ne fallait pas que ça y aille, j’aurais peut-être fait une syncope ! Mais là c’est bon, je l’ai, ça y est !

– Vous avez joué à la maison tout le week-end !

Oui c’est ça, c’était fou ! C’est la folie, ils ont prouvé qu’ils peuvent être tous ensemble derrière nous. S’ils nous refont ça au Coliséum, ça va redevenir l’enfer du Nord, c’est sûr. On avait je ne sais pas combien de centaines de supporters qui étaient là pour nous, s’ils n’avaient pas été là je pense que le Final Four aurait été un peu triste dans les gradins. C’est eux qui ont fait qu’il y a eu un beau week-end au niveau de l’ambiance.

– Ramener un trophée avec Amiens alors que tu n’as pas réussi à le faire avec Rouen, tu dois être le premier dans ce cas !

Je ne sais pas mais je suis content ! Ce n’est pas comme si je venais directement de Rouen, je suis passé par d’autres clubs, donc je n’étais plus vraiment rouennais au moment d’arriver à Amiens. C’est incroyable de gagner des titres avec Rouen en jeune et de regagner avec Amiens dix ans après, c’est incroyable. Et comme je disais, gagner un titre avec une bande de potes, c’est incroyable.

– Vous venez de marquer l’histoire du club ! Ça fait 15 ans, c’est la première coupe de France du club, c’est un truc de dingue !

Oui c’est comme un tout premier trophée, on restera à jamais les premiers à avoir gagné la coupe de France à Amiens. Voilà, c’est juste super.

(photos de Pascal Enault)

Les commentaires sont fermés.