Amiens – Chamonix (Ligue Magnus, 42e journée)

Amiens reprend la troisième place !

167

Moins d’une semaine après leur sacre en Coupe de France, les Gothiques retrouvaient un Coliésum plein à craquer. Les supporters amiénois étaient gonflés à bloc, prêts à accueillir les héros qui avaient enfin rapporté un trophée après quinze dans d’attente. Pour l’occasion, les Amiénois arboraient le maillot rouge et or porté lors de la finale à Bercy, comme pour prolonger l’euphorie devant leur public. Les Pionniers eux, venaient avec la ferme intention de prendre des points pour rapidement assurer la huitième et dernière place qualificative en play-offs. Toujours lourdement touchés par les blessures, Heikki Leime devait faire avec seulement trois lignes offensives.Les hommes de Mario Richer étaient rapidement pénalisés. À l’instar du match face à Lyon le week-end dernier, le jeu de supériorité des Pionniers n’était pas dangereux et les Gothiques en profitaient. Narbonne et Plouffe partaient en contre-attaque mais Sabol s’interposait.

Les Picards mettaient un peu de temps à rentrer dans cette rencontre, et les Alpins tentaient d’en profiter rapidement. Fabien Kazarine prenait les choses en main et se glissait dans la défense en dribblant, mais Henri-Corentin Buysse était vigilant et s’avançait pour bloquer l’angle. L’ancien Amiénois butait sur lui, et cette première alerte faisait réagir les locaux. Le buteur providentiel à Bercy, Tommy Giroux, délivrait un caviar entre quatre Pionniers pour Romand, qui n’avait plus qu’à pousser la rondelle dans les filets (1-0, 6’32).

Chamonix tentait de réagir, et Adrien Gleveau, dans l’enclave, servait Klimicek d’une passe dans le dos. Le défenseur lançait mais la botte de Buysse s’interposait. Cependant, sur une contre-attaque, D’Arrisso, sur le côté, envoyait un lancer croisé à mi-hauteur qui semblait au premier abord facile pour Buysse. Le portier amiénois faisait une légère erreur, et le palet passait entre sa botte et son bouclier, et venait glisser sur la ligne de but. L’arbitre validait ce but, et il était impossible de savoir si cette rondelle avait effectivement franchi complètement la ligne de but, mais les Pionniers avaient bel et bien égalisé (1-1, 13’59).

Si le jeu de supériorité avait parfois, voire souvent, fait défaut aux Gothiques cette saison, ce n’était plus le cas depuis quelques matches. Déjà très productifs dans ce secteur lors des deux rencontres face à Strasbourg la semaine dernière, les Amiénois frappaient encore. Servi par Trabucco, Halley tentait un lancer sur réception, mais Sabol déviait cette tentative. Les Gothiques gardaient le contrôle du palet, qui revenait dans la crosse de Halley. Il profitait de Romand qui faisait écran pour tirer à mi-hauteur entre le bouclier et la botte de Sabol. Le géant français touchait le palet et s’offrait donc un doublé en moins de dix minutes (2-1, 15’41).

Les Amiénois revenaient des vestiaires avec d’autres intentions. Bien meilleurs dans la possession du palet, les hommes de Mario Richer jouaient enfin libérés de la pression qu’ils avaient avant le Final Four. La première partie de ce deuxième tiers se déroulait sans occasion dangereuse, même si Sabol était mis à contribution. Il fallait attendre le troisième jeu de supériorité de la soirée pour que les locaux enfoncent encore le clou. Holden Anderson récupérait la rondelle dans la crosse de D’Arrisso parti en contre-attaque, et servait Poudrier qui rentrait en zone. Le palet allait d’un côté à l’autre de la glace, et passait par les palettes de West et Edwards, avant de remonter dans la crosse de Maïa dans le cercle qui trouvait le petit filet opposé (3-1, 27’11).

Mario Trabucco aurait pu encore aggraver le score après un superbe travail de Matima, mais ratait le cadre de quelques centimètres. La première ligne amiénoise réalisait un très gros match, et les temps forts en zone offensive intervenaient très souvent lorsque ce trio était sur la glace. Retenus à seulement trois tirs dans cette période, les Pionniers pouvaient s’appuyer sur un très gros match de Sabol qui tenait son équipe à bout de bras, stoppant treize des quatorze tentatives locales.

Les Alpins avaient un sursaut dans le dernier tiers, malgré le manque de profondeur et la fatigue. Le match se tendait et les pénalités pleuvaient. Plouffe et Baravaglio en venaient même aux mains et étaient tous deux exclus de la rencontre. Mais encore une fois, le premier bloc amiénois, et en particulier Giroux, faisait la différence. L’ailier récupérait le palet à sa ligne bleue défensive et partait en contre-attaque avec Halley. L’ancien de Trois-Rivières attaquait la cage, et emmenait le gardien avec lui avant de servir Halley du revers, qui avait le but grand ouvert pour inscrire le quatrième but amiénois (4-1, 54’34).

La rencontre se finissait dans une ambiance de fête en tribunes. Après le coup de sifflet final, les joueurs restaient sur la glace et présentaient la Coupe au public, tandis que la bannière de vainqueur de coupe de France était déployée. La soirée était donc parfaite, d’autant que Lyon battait Angers, ce qui permettait aux Gothiques de retrouver la troisième place.

Amiens-Chamonix 4-1 (2-1, 1-0, 1-0)
Vendredi 22 février 2019, 20h00 au Coliséum. 3137 spectateurs.
Arbitrage de MM. Alexandre Bourreau et Julien Peyre assistés de Mme Anne-Sophie Boniface et M. Joffrey Yssembourg.
Pénalités : Amiens 41’ (4’, 6’, 6’+5’+20’) ; Chamonix 39’ (2’, 4’, 8’+5’+20’).
Tirs : Amiens 37 (11, 14, 12) ; Chamonix 20 (9, 3, 8).

Évolution du score :
1-0 à 06’32 : Romand assisté de Giroux et Anderson
1-1 à 13’59 : D’Arisso assisté de Higby et Klimicek
2-1 à 15’41 : Romand assisté de Halley et Giroux (sup.num.)
3-1 à 27’11 : Maïa assisté de Edwards et West (sup.num.)
4-1 à 54’34 : Halley assisté de Giroux

Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Spencer Edwards – Joey West – Bastien Maïa
Pierre-Maxime Poudrier – Mario Trabucco – Rudy Matima
Kévin Da Costa – Félix Plouffe – Thomas Suire

Défenseurs :
Jonathan Narbonne (C) – Ondrej Smach
Léo Guillemain – Holden Anderson
Romain Bault – Louis Bélisle
Axel Prissaint

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Christophe Tiramani.

Chamonix

Attaquants :
Perry D’Arrisso – Erik Higby – Benjamin Lagarde
Fabien Kazarine – Henric Andersen – Maxence Leroux
Loïc Coulaud – Adrien Gleveau – Enzo Baravaglio
Julien Laplace

Défenseurs :
Colin Sullivan – Maks Selan
Jiri Klimicek – Geoff Fortman
Numa Besson (C) – Jérémie Penz
Clément Mermoux

Gardien :
Richard Sabol

Remplaçant : Matiss Bouvet (G). Absents : Vojtech Kloz (pied cassé), Scott Jacklin (ligaments du genou), Mathieu Briand (main cassée), Cody Freeman (commotion).

Les commentaires sont fermés.

Donec leo. ut id id id, luctus suscipit eget quis justo