Angers – Gap (Ligue Magnus, quart de finale, match 5)

582

Compte-rendu de Charles Dubré-Beduneau 

Menés 3-1 dans la série, les Ducs d’Angers abordent le match 5 dos au mur. De retour à domicile après deux revers à Gap, l’enjeu est double pour les Angevins : rester en vie dans cette série et repousser les adieux à leur vieille patinoire du Haras. La bonne nouvelle pour eux est que leur capitaine Julien Albert n’est pas suspendu après son expulsion lors du match 3 pour un coup de genou ayant mis fin à la saison de Robin Colomban.

À l’entrée des Ducs sur la glace, le kop des supporters angevins, les Raptors, déploie une banderole avec l’inscription « Nous croyons en vous ». Pour essayer de stopper le premier trio gapençais Brown – Bouvet – Biezais, auteur de 12 des 15 buts des Rapaces et de la bagatelle de 22 points lors des quatre premiers matchs, Brennan Sonne a choisi de reformer le trio Albert – Gaborit – Henderson.

Dans le premier tiers, les Ducs semblent avoir retrouvé les jambes et l’agressivité dont ils avaient manqué lors des deux matchs précédents à l’Alp’Arena. Mais comme depuis le début de la série, la défense gapençaise est bien en place et ne laisse que des tirs lointains et peu dangereux. Jordon Cooke accorde toujours aussi peu de rebonds. C’est finalement un pressing de Maxime Lacroix et Danick Bouchard sur une relance de Dimitri Thillet qui permet à Mathieu Gagnon de récupérer le palet en haut de la zone gapençaise et de tromper le portier des Rapaces d’un tir du poignet mi-hauteur (1-0, 08’27). Pour la cinquième fois en cinq matchs, ce sont les Ducs qui ouvrent le score. Un cinglage de Vondracek sur Lawrence leur offre le premier powerplay de la soirée, mais Gap résiste et conserve un penalty killing parfait dans cette série. En fin de tiers, Gaborit est chassé pour une crosse haute et Gary Lévèque est également sanctionné pour dureté sur Bezais après la sirène.

Angers doit donc négocier 1’05 à 3 contre 5 pour commencer le deuxième tiers-temps. Le powerplay gapençais, si efficace jusqu’à présent dans cette série, ne parvient pas à trouver la faille. Les Ducs tuent une autre pénalité mais se font surprendre sur une action presque anodine du trio 100% français des Rapaces. Après une sortie de zone rapide, Gutierrez trouve Thillet sur l’aile qui déborde et shoote rapidement. Hardy laisse un rebond sur le lequel se jette Norbert Abramov pour égaliser (1-1, 29’32). Les Ducs tentent de réagir, notamment par Gaborit, mais Cooke continue de frustrer les attaquants angevins.

Une pénalité sifflée contre Raphaël Faure en fin de deuxième tiers permet à Angers de bénéficier d’une supériorité de 1’16 en début de troisième période, mais son jeu de puissance manque de créativité. On s’entête à chercher le one-timer de Bouchard, qui est attendu par les défenseurs gapençais et leur portier. Le jeu se durcit et Loïc Farnier écope d’un 2’+10′ pour charge à la tête. La supériorité gapençaise reste muette. À cinq contre cinq, le jeu est équilibré, aucune des deux équipes n’arrive à vraiment contrôler le palet. Le powerplay des Ducs fait enfin la différence par l’intermédiaire de Bouchard (2-1, 58’02). Les joueurs de Brennan Sonne pensent alors avoir fait le plus dur.

Luciano Basile demande un temps mort et fait sortir Cooke. À six contre cinq, Albert récupère le palet en zone défensive et manque de peu de marquer en cage vide. Quelques secondes plus tard, Biezais hérite du palet devant le banc angevin et trouve la lucarne de Flo Hardy pour arracher l’égalisation (2-2, 58’44). Coup de froid au Haras. On semble se diriger tout droit vers la première prolongation de cette série. Les Rapaces tentent une dernière offensive. Le palet ricoche sur le juge de ligne à l’entrée de la zone angevine, ce qui surprend les défenseurs des Ducs. Le tir de Brown frappe la base du poteau d’Hardy et Biezais, encore lui, surgit de nulle part pour inscrire le but vainqueur à neuf secondes du terme (2-3, 59’51). Le public du Haras reste sans voix. Les Angevins ont beau protester, le but est bien valable.

Gap remporte donc logiquement cette série 4-1 et se qualifie pour les demi-finales. Les Angevins peuvent nourrir des regrets après leur belle saison régulière mais ils ont été dominés dans tous les secteurs de jeu par des Rapaces extrêmement disciplinés, bien en place tactiquement et qui ont su concrétiser leurs temps forts. Les Gapençais ont montré beaucoup plus d’envie, de vitesse, de solidarité et sont apparus nettement supérieurs à la fois physiquement et mentalement. Le trio Brown – Bouvet – Biezais a fait des ravages alors que les cadres angevins (Coulombe, Masson, Lacroix, Carter, Bouchard, Hardy) ont été transparents dans ces playoffs. Seul Loïc Farnier a confirmé les belles promesses affichées en saison régulière. Plus inquiétant encore pour le club de Michaël Juret, Brennan Sonne, encore sous contrat pour un an, n’a pas semblé en mesure de s’adapter au défi tactique proposé par Basile et affiche un bilan très négatif lors des matchs décisifs (coupe et playoffs). Un rajeunissement de l’effectif angevin semble s’imposer, alors que les Ducs joueront à partir de la saison prochaine dans une nouvelle patinoire.

Élus meilleurs joueurs du match : Loïc Farnier pour Angers et Elvijs Biezais pour Gap.

Commentaires d’après-match :

Alexis Billard (entraîneur-adjoint d’Angers) : « Sur les deux dernières minutes, on est passé par toutes les émotions. Les playoffs, c’est ça. Des hauts et des bas. On vient de toucher le très bas. On a pourtant réussi à prendre l’avantage en marquant en supériorité numérique. On pensait avoir fait le plus dur. Ensuite, on est proche de marquer le troisième dans la cage vide. Derrière, on prend l’égalisation. Sur le troisième, c’est l’arbitre qui remet le palet dans la course du joueur de Gap. Là où on peut avoir des regrets, c’est par rapport au match de ce soir car les gars se sont donnés pendant 60 minutes. Ils ont donné tout ce qu’ils avaient. Ils ont travaillé dans les deux sens et ont montré le vrai visage des Ducs, celui qu’on aurait souhaité montrer depuis le début de la série pour espérer continuer l’aventure. Gap a fait du très bon boulot, il ne faut pas leur enlever ça, mais on aurait dû faire beaucoup mieux avant. Sur le premier match à la maison et sur les deux à Gap, on aurait dû montrer un autre visage. Ce n’est pas un problème physique. C’est plutôt mental. On sort d’une bonne saison, on termine quatrième, pas loin de la troisième place. Est-ce qu’inconsciemment, on a soufflé un coup après cette saison régulière ? Peut-être… La saison de 44 matches, elle sert simplement à mettre les systèmes en place et préparer les playoffs. Il faut se mettre ça en tête pour les prochaines saisons. »

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Ce soir je suis heureux. On mérite de gagner la série. Le focus, l’intensité, le travail qu’on a accompli… Je suis très fier de mon groupe. Sur cette série on a vu le visage d’une équipe de guerriers avec beaucoup de solidarité. Ce soir encore on a fini le match pratiquement à 3 défenseurs parce que Dan Gibb a pris 2’+10′. Pierre, Reno, Nelson, Raph et Vincent Melin, qui a fait son meilleur match de la saison, ont fait un boulot monstre. Je pense qu’on a eu le mérite de s’accrocher. Le premier tiers était le meilleur tiers d’Angers dans cette série et je pense que c’est là qu’on gagne le match dans le sens où on a su faire le dos rond. On concède seulement un but et ça nous a laissé de la place pour revenir dans le match. On fait un gros 2e tiers. Le 3e était très serré, on accorde un but, on marque à 6 contre 5 sur un jeu qu’on avait préparé. J’ai dit aux garçons après le match qu’on a eu très peu de chance cette saison, on n’a pas fait un match au complet et on n’en fera pas, on a eu que des embûches et ils se sont accrochés. Je suis désolé pour les arbitres sur le dernier but… ils n’ont pas le choix que de l’accorder ; au hockey l’arbitre fait partie du jeu, on est chanceux sur l’action mais on a mérité cette chance parce qu’on a fait le dos rond toute la saison. J’ai dit à Brennan Sonne que j’avais voté pour lui comme entraîneur de l’année. Je trouve qu’Angers est très bien organisé, très bien en place tactiquement, c’est la meilleure équipe en France aux mises au jeu. On a été obligé d’être très focus sur les mises au jeu dans notre zone. Il fait du bon boulot et je l’ai félicité pour sa saison. Je n’ai pas coaché seulement pour moi et les joueurs mais aussi pour le club car on était parti pour être dans les 8 premiers mais la situation financière nous a obligés à réduire notre masse salariale et à viser les demi-finales pour équilibrer les comptes. J’ai senti beaucoup de responsabilités sur mes épaules depuis que je l’ai su en octobre-novembre. J’ai coaché pour le club car je ne voulais pas qu’il se retrouve en difficulté économique. Le contrat est rempli. Maintenant, la demie, je vais la coacher pour moi et mes gars ! »

Angers – Gap 2-3 (1-0, 0-1, 1-2)
Vendredi 8 mars 2019 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1050 spectateurs.
Arbitres : Geoffrey Barcelo et Nicolas Cregut assistés de Joris Barcelo et Jérémie Douchy.
Pénalités : Angers 20′ (4’, 4’, 2’+10’) ; Gap 20’ (2’, 2’, 6’+10’).
Tirs : Angers 28 (15, 7, 6) ; Gap 29 (6, 13, 10).

Évolution du score :
1-0 à 08’27 : Gagnon assisté de Lacroix et Bouchard
1-1 à 29’32 : Abramov assisté de Thillet et Gutierrez
2-1 à 58’02 : Bouchard assisté de Coulombe (sup. num.)
2-2 à 58’44 : Biezais
2-3 à 59’51 : Biezais assisté de Brown

Angers

Attaquants :
Danick Bouchard – Cody Campbell – Loïc Farnier
Julien Albert (C) – Brian Henderson – Robin Gaborit
Matt Carter – Maxime Lacroix (A) – Clément Masson
Marius Serer – Christopher Lawrence – Gauthier Gibert

Défenseurs :
Patrick Coulombe – Justin Hamonic
Marc-André Levesque – Kevin Igier
Mathieu Gagnon – Arnaud Faure
Gary Leveque (A)

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Isaac Charpentier (G).

Gap

Attaquants :
Elvijs Biezais – Jeff Brown – Maurin Bouvet
Dimitri Thillet – Norbert Abramov – Romain Gutierrez
Paul Joubert – Roman Vondracek – Paul Schmitt
Adam Kambeitz – Kristoff Kontos – Roberts Jekimovs

Défenseurs :
Dan Gibb – Raphaël Faure
Matt Nelson – Pierre Crinon
Vincent Melin – Parker Reno

Gardien :
Jordon Cooke

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Téo Sarliève, Johann Bayrou. Absents : Quentin Mahier, Robin Colomban, Samuel Labrecque.

Les commentaires sont fermés.

facilisis eget risus. vel, Aliquam risus id dictum