Bilan de la saison 2018/19 de Gap

723

Après avoir accumulé 3 titres depuis 2015, les Rapaces de Gap font partie, maintenant, des clubs qui comptent dans la Ligue Magnus. Au début de cette saison 2018/2019, le staff dirigeant est en discussion avancée pour trouver un successeur à Luciano Basile. Conférence de presse à l’appui, le Président Escallier, la mort dans l’âme, annonce le départ du plus célèbre coach canadien de la ligue (ces 10 dernières années) et présente son successeur, le manager Sébastien Oprandi. Par la suite, les discussions se sont poursuivies et nous gratifient d’un changement de programme intégral. Luciano Basile est en fin de compte conservé et reprend les commandes de Head Coach pour une saison supplémentaire.

Durant la préparation estivale, le club organise, une nouvelle fois, un déplacement sur un tournoi international, le Tatranský pohár de Poprad. Les rapaces obtiennent une 3e place honorable avec notamment une victoire sur le plus prestigieux club du championnat slovaque : Košice (2-3 a.p). Entre temps les Hauts-Alpins avaient accueillis les Suisses de la Chaux-de-Fonds avec une victoire en fusillade (3-2 t.a.b).

Côté effectif, Luciano a réédité la méthode du recrutement de jeunes Nord-Américains associé à de jeunes espoirs français dont certains internationaux U18/U20 prometteurs. À noter l’arrivée de deux Lettons (Jekimovs et le numéro 17 Biezais) qui vont s’avérer de très bons prospects.

Le championnat débute avec un match au sommet sur la glace des Dragons de Rouen et Gap tient le cap avec une défaite serrée (3-2). Mais la saison régulière va être laborieuse avec plusieurs changements dans l’effectif dus aux blessures mais aussi au turn-over dans le groupe.

Alexandre Mokshantsev, arrivé à l’intersaison de Nottingham, n’a pas eu l’impact souhaité et a été remplacé par le Tchèque Roman Vondracek. Dimitri Thillet est revenu au club après un test aux Gothiques d’Amiens, l’attaquant gapençais n’ayant pas trouvé un feeling conforme à sa volonté pour s’y intégrer. Il n’aura donc joué que 26 parties en saison régulière sous le maillot de Gap.

Les faiblesses concernant l’efficacité dans les unités spéciales se sont une nouvelle fois vérifiées avec la 9e position dans les power-plays (17,4%). Seuls Chamonix et Nice ont fait moins bien dans ce secteur. Sur les infériorités, 45 buts concédés propulsent les Rapaces en 11e position (76,8%) ; ils précèdent Strasbourg, bon dernier.

Le groupe trouve difficilement de quoi engager une série de victoires et n’aligne 4 gains consécutifs qu’en janvier. Il arrive toutefois à s’imposer contre les premiers du classement soit l’équivalent de 14 points sur 48 possibles. Les Rapaces sont sortis vainqueurs deux fois contre Amiens (1-2 et 3-2 a.p.) ; deux fois contre Angers (4-2 et 3-2 a.p.) ; et ont acquis aussi une belle victoire en voyage à Grenoble (2-4).

Le groupe a longtemps été au contact des meilleurs pour gagner le top 4 et l’avantage de la glace même si des points ont été perdus face aux 3 derniers du classement : échecs en voyage à Mulhouse (6-5 a.p et 2-1) et à Strasbourg (4-2). Anglet s’est révélé comme un poison pour les Gapençais qui ont subi trois échecs (4-1 ; 6-3 à la Barre et 2-3 en prolongation à l’Alp’arena). Malgré tout Gap reste dans un schéma identique avec beaucoup de pressing avant et une intensité du jeu qui a produit nombre de tirs (3e de la ligue en shoots envoyés). La finition n’a pas toujours été au programme.

Des séries de feu !

Qualifiés pour les 1/4 de finale, les Rapaces affrontent les Ducs d’Angers qui sont toujours compliqués à manœuvrer. Les Angevins sont pris à leur propre piège dans le jeu physique. Après avoir mis hors d’état de jouer le défenseur Samuel Labrecque lors de l’avant-dernière journée de saison régulière, ils stoppent la saison de Robin Colomban au match 3 en provoquant une lourde blessure.

Mais loin de s’effondrer, les Rapaces montrent un nouveau visage combatif et déterminé. Le résultat est positif avec une réussite en power-play, retrouvée, qui va coûter très cher aux Ducs. Jordon Cooke fait le reste en se montrant très sûr et dynamique sur ses arrêts réflexes. Même si les deux équipes sont à égalité de niveau, Gap parvient à s’imposer au match 1 sur la glace angevine (1-4) et déroule ensuite sa partition. Même mené au score, les Rapaces reviennent à chaque fois et crucifient leur adversaire au match 5. Elvijs Biezais se rend indispensable sur la série avec 3 buts dans le match 1, l’égalisation au match 5 à 42 secondes de la sirène. C’est Pierre Crinon qui qualifie son équipe à 9 petites secondes du terme et envoie son groupe en demi-finale. Dans cette série Angers n’a pas su relever le défi et a subi une équipe gapençaise extrêmement disciplinée, bien en place tactiquement et qui a su concrétiser ses temps forts. Un chiffre est parlant : 7,14% relate le plus faible taux de réussite en supériorité de toutes les équipes de play-off pour les Angevins.

Scénario incroyable que Gap propose aux fans et le dernier carré est à nouveau atteint soit la 4e fois en 5 saisons. L’adversaire est autrement plus redoutable, cette fois-ci, avec les Dragons de Rouen.

Jouée en 5 matchs, la série se révèle de très haut niveau et les Gapençais poussent leur adversaire dans ses retranchements. Même affaiblis par un effectif plus réduit, les bleus parviennent tout de même à arracher une victoire à domicile dans le match 4. Dans les séries, Gap parvient à gagner la 3e position dans les blocs de supériorité (82,05%). Seuls Grenoble et Rouen font mieux parmi les 4 demi-finalistes. Jordon Cooke réussit à hausser le niveau pour porter son équipe et atteint 92,7%. Elvijs Biezais termine premier du classement des buteurs dans les séries avec 9 buts, suivi par Aleardi et Caron. Dans son groupe, il conclut 14 points suivi par Jeff Brown (12) et Maurin Bouvet (11).

Revue d’effectif

Au rayon des gardiens, Gap s’est appuyé sur un bon duo avec deux jeunes en devenir. Le Canadien Jordon Cooke a démontré une solidité et la capacité à tenir la pression. Jimmy Darier, venu prendre de l’expérience, s’est révélé de très bon niveau sur ses 12 présences.

À l’arrière, Le nombre de buts concédés varie peu par rapport à l’année précédente (de 131 à 134), mais l’apport dans le domaine offensif a chuté (de 117 à 51 points placés). Dans ce secteur, le Québécois Samuel Labrecque a porté avec 23 points. Dan Gibb a imposé sa présence physique à l’arrière (+9) et place 14 points. Parker Reno (12 points) détient le record avec une fiche de +21, Matt Nelson marque 10 points. Les absences de Pierre Crinon et Raphaël Faure (22 et 26 matches de saison régulière) n’ont pas arrangé la situation dans la gestion du groupe.

À l’avant, la perte est plus importante avec une chute de 22 buts en moins par rapport à la saison précédente mais le groupe a pu compter sur plusieurs blocs pour concrétiser les actions. Biezais domine avec 40 points et 17 buts. Le groupe a plusieurs joueurs passant la barre des 20 points : Kontos (38), Guttierez maintient son niveau (32), Bouvet au même rythme à 0,6 points par match (26) et aussi 2e buteur avec 16 réalisations, Jekimovs (26), Labrecque (23), Brown (23) et Abramov (20).

Une saison conclue en beauté

Gap a encore prouvé que son caractère et son envie lui permettait de titiller les meilleures équipes du championnat. Ce sont bien le défi des play-offs et la volonté de victoire qui permettent d’atteindre le top niveau. Gap n’a pas à rougir, même si la saison régulière a été moins maîtrisée. Au final, le cru 2018/2019 a été de très bonne facture.

Gap est bien le club outsider n°1 en France et l’empêcheur de patiner en rond face aux grands clubs français. Sans avoir les possibilités de faire venir des joueurs de premier plan et expérimentés, la capacité du club à constituer un groupe pertinent et combatif est toujours d’actualité. Mais pour la saison à venir, cette fois, le départ de Luciano Basile est officiel et c’est son assistant Éric Blais qui devra prendre les commandes. C’est une passation logique au vu du travail fait en tant qu’assistant depuis 5 saisons. Une page se tourne dans la capitale des Hautes-Alpes.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! AccepterEn savoir plus

sed Donec lectus dapibus ipsum consectetur venenatis,