La France signe, mine de rien, son meilleur tournoi

859

Après deux défaites, l’équipe de France termine son premier tournoi international de la saison face à la Slovénie, une équipe qui contrairement aux précédentes ne participera pas à l’élite mondiale mais sera une rivale pour la remontée en division IA en avril. Les Slovènes ont cependant une autre échéance avant cela : un tournoi de préqualification olympique à domicile en février (où elle devra se méfier du Japon et de la Lituanie). C’est sa dernière chance de préparation avant ce moment capital.

Le sélectionneur Matjaž Kopitar, revenu à la tête d’une équipe qu’il avait entraînée de décembre 2010 à mai 2015, pour mettre fin à des années d’instabilité, dit avoir retrouvé une équipe « de maris et de pères » par rapport aux gamins qu’il connaissait. Il a un noyau et un système, mais se méfie de l’évolution du hockey international vers la vitesse, qu’il faut être capable de suivre. Pour ce troisième match, pas de Gračnar ni de Pintarič : c’est le quatrième gardien dans la hiérarchie, Žan Us, qui prend place dans les cages, alors qu’il n’avait été rappelé qu’au dernier moment après la blessure du titulaire Gašper Krošelj.

Cet adversaire direct, certes privé de quelques blessés et du duo de Bremerhaven laissé au repos (Urbas-Verlic), est donc une excellente jauge pour la formation de Philippe Bozon. Une jauge réussie puisque l’équipe de France prend les devants dans cette partie avec des buts d’Eliot Berthon en première période, puis de Florian Chakiachvili à une minute de la fin de la seconde pause. Les deux gardiens Florian Hardy et Henri-Corentin Buysse se relaient comme prévu à la mi-match et se partagent ainsi un blanchissage. Le troisième tiers-temps est moins convaincant, la France y subit le jeu, même elle préserve quand même le score et Anthony Guttig ajoute un but en cage vide à la fin.

Ce tournoi aura marqué un retour à la normalité pour les Bleus, et aura été satisfaisant de la part d’une équipe encore traumatisée par la relégation de mai. Cela fait en effet quatre ans que la France joue en novembre contre ces trois mêmes adversaires, en vertu d’un accord de quatre ans entre les quatre fédérations qui arrive justement à expiration cette année. Le fait d’avoir battu et devancé la Slovénie en évitant la dernière place est donc important pour ne pas perdre sa crédibilité vis-à-vis des pays étrangers et continuer à affronter des adversaires de bon niveau. Durant ces quatre années, les Français ont respectivement obtenu 0, 2, 2 et maintenant 4 points sur 9 lors de ces tournois de novembre. C’est donc, mine de rien, leur meilleur résultat. Pour autant, il y a beaucoup de travail, en particulier sur le jeu de puissance défaillant tout au long du week-end.

Désignés joueurs du match : Florian Chakiachvili pour la France et Klemen Pretnar pour la Slovénie.

Commentaires d’après-match

Matjaž Kopitar (entraîneur de la Slovénie) : « Les Français sont connus comme de bons patineurs. Ils nous ont pris très agressivement sur toute la glace. Nous avons bien répondu. Malheureusement nous n’avons pas marqué. Je ne peux pas être déçu. Nous avons tiré le meilleur de ce tournoi. Nous avons testé quelques candidats à l’équipe nationale, les trois gardiens ont eu leur chance. Cela s’est avéré être un tournoi très équilibré. Le bilan est correct, mais on ne peut pas être satisfait de ce dernier match. »

 

France – Slovénie 3-0 (1-0, 1-0, 1-0)
Samedi 9 novembre 2019 à 13h30 à la LOC Ledus Halle de Liepaja (LET).
Arbitrage de Raivis Jučers et Krišs Kupčus (LET) assistés de Jānis Beķeris et Viesturs Lēvalds (LET).
Pénalités : France 8′ (2′, 4′, 2′), Slovénie 6′ (0′, 6′, 0′).
Tirs : France 21 (5, 13, 3), Slovénie 25 (10, 7, 8).
Engagements : France 21 (8, 10, 3), Slovénie 26 (7, 10, 9).

Évolution du score :
1-0 à 11’27 : Berthon assisté de Fleury et Maia
2-0 à 38’58 : Chakiachvili
3-0 à 59’13 : Guttig assisté de Treille et Fleury (cage vide)

France (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Sacha Treille (A, +1, 2′) – Damien Fleury (C, +3) – Jordann Perret
Timothé Bozon (+1) – Anthony Guttig (+1) – Anthony Rech (+1)
Guillaume Leclerc – Nicolas Ritz – Robin Gaborit
Floran Douay (+1) – Eliot Berthon (+1) – Bastien Maia (+1)
Cédric Di Dio Balsamo – Peter Valier – Charles Bertrand

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (+1, 4′) – Maxime Moisand (+1)
Teddy Trabichet – Kévin Hecquefeuille (A, +1)
Thomas Thiry (+1) – Pierre Crinon (+1)

Gardien :
Florian Hardy (15 arrêts) puis à 31’04 Henri-Corentin Buysse (10 arrêts)

En réserve : Antonin Manavian, Hugo Gallet.

Slovénie

Attaquants :
Žiga Jeglič (-1) – Rok Tičar (C, -1) – Anže Kuralt (-2)
Luka Maver (-2, 2′) – Tadej Čimžar (-1) – Miha Zajc (-2)
Gregor Koblar – Bostjan Goličič (-1, 2′) – Gal Koren (-1)
Gašper Glavič – Luka Kalan – Andrej Hebar (A)
Blaž Tomaževič

Défenseurs :
Aljoša Crnovič (-1) – Klemen Pretnar (A)
Jurij Repe (-2, 2′) – Mark Čepon (-1)
Aleksandr Magovac – Nejc Stojan (-1)
Luka Zorko

Gardien :
Žan Us [sorti de 57’10 à 59’13]

Remplaçant : Luka Gračnar (G). En réserve : Matija Pintarič (G), Ken Ograjenšek (blessé).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

consequat. adipiscing sem, nunc Phasellus leo.