Slovaquie – Suisse (Deutschland Cup 2019, Jour 1)

79

Traditionnelle rentrée des classes, la Deutschland Cup offre en ouverture de tournoi la confrontation des grands frustrés des derniers Mondiaux, tombés sous les coups d’un bourreau commun, le Canada. La Slovaquie, à domicile, avait certes offert son plus beau visage depuis belle lurette mais avait toutefois échoué aux portes des quarts de finale, en grande partie à cause d’une défaite subie dans la dernière seconde contre la Feuille d’érable en phase de poules. La déconvenue était tout aussi grande, sinon plus, pour la Suisse quelques jours plus tard, également contre la bande de Mark Stone. Menant 2-1, la Confédération helvétique était quasiment qualifiée pour le dernier carré… avant d’encaisser un but égalisateur sur le gong et perdre finalement en prolongation.

Des douches froides de Košice, il ne reste plus que huit joueurs appelés en Allemagne, dont le seul Noah Rod pour la Suisse, qui hérite d’ailleurs du capitanat. L’effectif concocté par Patrick Fischer a été rajeuni, avec la présence de cinq néophytes : le gardien Melvin Nyffeler, envoyé de suite devant la cage, les défenseurs Dominik Egli et Simon Le Coultre ainsi que les attaquants Guillaume Maillard et Tyler Moy. Du côté de la Double-Croix, le choix de Craig Ramsay – qui a poursuivi l’aventure slovaque après avoir longuement hésité – s’est essentiellement porté sur des éléments évoluant sous les Tatras et chez le voisin tchèque. Deux « bleus » sont à recenser : les attaquants Andrej Kollár et Jakub Sukeľ, ce dernier retrouvant en sélection son frère jumeau Matúš.

Les premières minutes de la partie sont slovaques. Les coéquipiers de Peter Čerešňák pressent de suite la Suisse et se créent rapidement des occasions, notamment par l’intermédiaire de Dávid Gríger dont la percée-éclair est contenue par le portier suisse. Le premier jeu de puissance installe davantage la Double-Croix dans le camp helvétique mais rien de bien menaçant n’est cependant à signaler. La Slovaquie domine clairement ce premier tiers-temps mais elle reste bredouille à la première pause, malgré deux poteaux trouvés par Marek Ďaloga après une remontée spectaculaire de toute la glace puis sur une déviation de Peter Zuzin en fin de période. Relativement timide, la Nati n’a inquiété Andrej Košarišťan qu’en supériorité numérique sur un puissant tir de Guillaume Maillard.

Le deuxième acte de la rencontre change la donne. La Suisse revient le couteau entre les dents et se crée une première véritable occasion sur un surnombre mal négocié en bout de course. La Slovaquie réagit sur une frappe de Matúš Sukeľ puis une échappée de Peter Šisovský mais le compteur du match n’en est pas pour autant débloqué. Jason Fuchs se charge d’ouvrir le score sur un tir flottant envoyé à l’entrée du cercle droit qui se loge dans la lucarne gauche de Košarišťan, en retard sur sa protection de filet (0-1, 30’38). La Slovaquie accuse le coup avec deux infériorités à tuer dans la foulée, et la Confédération en profite pour accélérer le mouvement. Pris en tenaille par deux défenseurs, Alessio Bertaggia parvient à se présenter devant le gardien slovaque et gagne son face-à-face (0-2, 35’53). Servi par Andrea Glauser, Tyler Moy, démarqué dans l’enclave, prend le portier du HC Košice à contre-pied et inscrit du revers pour sa première sous casaque nationale (0-3, 37’19).

Le trou noir slovaque a coûté cher. La Double-Croix tente toutefois un sursaut d’orgueil dans le dernier opus de la rencontre mais elle se heurte désormais à une défense qui sert évidemment les rangs. Pourtant, les joueurs des Tatras réussissent à dramatiser la fin de match. Mislav Rosandič feinte le tir pour servir Marek Hrivík, qui ne parvient pas à reprendre son contrôle du patin entre les deux cercles. Le palet file tant bien que mal jusqu’à Filip Krivošík qui glisse finalement la rondelle au fond de la cage grande ouverte par Nyffeler, dérouté par l’action (1-3, 55’56). Moins d’une demi-minute plus tard, Andrej Kudrna convertit avec succès son break-away (2-3, 56’24) et la Slovaquie se prend à rêver d’une « remontada »…

L’euphorie est cependant de courte durée. En fond de zone, Moy sert Raphael Prassl dont la déviation instantanée dans le slot est imparable (2-4, 56’58). Depuis son camp, Pius Suter entérine la victoire suisse, le sprint de Ďaloga ne pouvant empêcher le palet de finir dans la cage vide (2-5, 59’00). Loin d’être meilleure que son adversaire du jour, la Suisse a fait preuve de pragmatisme en capitalisant sur le long moment d’absence des Slovaques en deuxième période. La Slovaquie, quant à elle, a fait preuve une nouvelle fois d’inconstance dans la performance collective mais aura eu le mérite d’offrir aux spectateurs un final haletant.

Désignés joueurs du match : Marek Hrivík (Slovaquie) et Melvin Nyffeler (Suisse)

Réaction d’après-match (source : hokejportal.net)

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous avons fait un bon premier tiers puis nous nous sommes endormis dans le deuxième. Cela me contrarie. Nous devons travailler ce genre de choses. Dommage que nous nous soyons réveillés seulement à la fin du match. Nous aurions dû marquer au moins sur une supériorité, nous n’en avons utilisé aucune. Nous devons améliorer cela pour les prochains matchs, nous devons être solides pendant 60 minutes. »

 

Slovaquie – Suisse 2-5 (0-0, 0-3, 2-2)
Jeudi 7 novembre 2019 à 16h15 à la Yayla Arena de Krefeld. 2900 spectateurs.
Arbitrage de Lasse Kopitz et Andre Schrader (ALL) assistés de Kai Jürgens et Andreas Kowert (ALL)
Pénalités : Slovaquie 32 (14, 7, 11) ; Suisse 28 (7, 15, 6)
Tirs : Slovaquie 8′ (2′, 6′, 0′) ; Suisse 8′ (2′, 4′, 2′)

Évolution du score :
0-1 à 30’38 : Fuchs assisté de Suter et Heldner
0-2 à 35’53 : Bertaggia assisté de Hischier et Glauser
0-3 à 37’19 : Moy assisté de Glauser et Kreis
1-3 à 55’56 : Krivošík assisté de Šišovský et Rosandič
2-3 à 56’24 : Kudrna assisté de Hrivík et Buček
2-4 à 56’58 : Prassl assisté de Moy et Rod
2-5 à 59’00 : Suter (cage vide)

Slovaquie

Attaquants :
Peter Zuzin (2′, -1) – Tomáš Zigo (-2) – Mário Lunter (-1)
Samuel Buček (-2) – Marek Hrivík (A, -1) – Andrej Kudrna (-1)
Adam Liška (-1) – Dávid Gríger (-1) – Jakub Sukeľ (_1)
Filip Krivošík – Matúš Sukeľ – Peter Šišovský (+1)

Défenseurs :
Peter Čerešňák (C, 2′, -1) – Marek Ďaloga (A, -1)
Martin Chovan (-1) – Patrik Koch (2’+2′, -1)
Martin Bodák (-1) – Mislav Rosandič
Peter Trška (-1)

Gardien :
Andrej Košarišťan [sorti de 58’32 à 59’00]

Remplaçants : Denis Godla (G), Andrej Kollár (A). En réserve : Martin Štajnoch (D).

Suisse

Attaquants :
Pius Suter (A) – Jason Fuchs (2′) – Luca Fazzini
Noah Rod (C, +2) – Raphael Prassl (+1) – Tyler Moy (+2)
Alessio Bertaggia (+1) – Marco Müller (2′, +1) – Dario Simion
Guillaume Maillard (2′) – Thierry Bader (+1) – Luca Hischier (+1)

Défenseurs :
Claude-Curdin Paschoud (+1) – Dominik Egli (+1)
Roger Karrer – Yannick Rathgeb (2′)
Samuel Kreis (+1) – Andrea Glauser (A, +1)
Simon Le Coultre (+1) – Fabian Heldner (+1)

Gardien :
Melvin Nyffeler

Remplaçant : Gauthier Descloux (G). En réserve : Joren van Pottelberghe (G), Ken Jäger (A).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

felis fringilla consectetur felis Donec id