Bordeaux – Amiens (Ligue Magnus, 19e journée)

365

Après leur défaite à Grenoble dimanche après-midi, les Boxers de Bordeaux recevaient les Gothiques d’Amiens avec l’envie, et surtout le besoin de gagner. Toujours pris dans une saison sans résultats probants, les Bordelais voulaient enfin enchaîner à domicile après leur victoire renversante avant la trêve face aux Brûleurs de Loups.

Match de gala à Mériadeck où les hommes d’Olivier Dimet reçoivent les Gothiques d’Amiens, une équipe du top 3 qu’ils avaient battu en déplacement il y a quelques semaines (4-6). C’est aussi l’occasion pour le joker Olivier Labelle (recruté à la place de Golicic et qui a marqué 5 points sur ses deux premières rencontres) de retrouver Mériadeck, où il a laissé d’excellents souvenirs il y a une saison et demie.

Après un week end de Coupe d’Europe, où les Amiénois ont disputé la Continental Cup , il était légitime de s’attendre à voir une équipe visiteuse  un peu fatiguée, à prendre à la gorge si les Bordelais voulaient faire la course en tête. Pourtant, c’est l’inverse qui s’est passé. Pris par une formation en rythme, les Boxers subissent ardemment dans le premier tiers-temps, la faute à une indiscipline chronique, ponctuée par cinq pénalités.

Si Clément Fouquerel résiste un long moment, il finit par s’incliner en fin de tiers face à Tommy Giroux, sur la cinquième pénalité nordiste. Impossible donc d’enchaîner quoi que ce soit dans ces conditions, surtout face à l’une des meilleures équipes de la ligue en supériorité numérique, même si Bordeaux n’est pas en reste dans ce secteur défensivement.

Les Amiénois pensaient bien avoir ouvert le score plus tôt dans la partie, mais la cage désoclée et l’assistance vidéo ont eu raison de ce but, refusé par le corps arbitral. Et si cela aurait pu porter à confusion, les Gothiques n’y voient pas spécialement de problème, « les buts valides seront accordés, et les buts non valides seront logiquement refusés » comme a pu souligner Philippe Halley en après match.

Un premier tiers dominé donc de la tête et des épaules par Amiens, contre des locaux dépassés par les événements, comme absents de ce premier acte.

Le mur du Nord

Et comme l’entame n’a pas forcément été à la hauteur des espérances du coach Olivier Dimet, qui a dû remettre les pendules à l’heure à la pause, les locaux sont revenus dans le deuxième tiers avec de toutes autres intentions.

Entrées en zones fluides, tirs à la cage adverse, redoublements de passes : les Bordelais ont bien tenté, mais se sont heurtés à un Henri-Corentin Buysse en forme internationale. Gagnant les face-à-face, les tirs déviés, ou les tirs à la bleue, le portier amiénois a livré un véritable récital sur la glace bordelaise, volant même littéralement deux chances plus que très nettes de marquer en infériorité numérique.

Médusés, les Boxers encaissent d’ailleurs un deuxième but en contre par Romain Bault. Si ce but n’a pas forcément découragé les Girondins, il n’a pas non plus déconcentré Buysse, toujours aussi décisif.

Malgré tout, pour Olivier Dimet, c’est encore une « erreur défensive sur une mauvaise identification de joueurs » qui vient gâcher la domination bordelaise.

Bordeaux, trop court à la photo finish

Sonnés mais pas résignés, les Boxers reviennent sur la glace pour tenter de renverser une situation mal engagée, mais pas encore insoluble. Malgré tout, cela commence par un nouveau but refusé pour Amiens, victime une nouvelle fois (logique) de l’assistance vidéo.

Côté bordelais, Mitch Ferguson, enfin revenu de sa blessure à la main, montre de balles qualités de patinage en remontant les palets de sa propre zone défensive, et tenant de porter le danger sur la cage adverse. En face ce sont Tommy Giroux ou Rudy Matima qui apportent de la vitesse en contre.

Une nouvelle alerte est amenée sur le but bordelais avec un tir sur l’équerre de la part d’Amiens, peut-être signe que la réussite tourne pour des locaux toujours embrigadés dans leurs tentatives de battre un HC Buysse de gala.

Pourtant sur une nouvelle supériorité numérique, c’est Félix-Antoine Poulin qui contre une frappe de loin qui bat le gardien adverse, redonnant espoir à une patinoire muette, et transie de froid.

Malheureusement pour eux, dans la foulée, une perte de puck, amène un contre de Tommy Giroux, qui sert Jérémie Romand dans l’axe, ce dernier ajustant très habilement Clément Fouquerel entre les patins. Un but sur un rush encore une fois, qui démontre l’omniprésence de cette ligne offensive amiénoise, qui allie rapidité, sens du jeu et dextérité devant le but.

À 2’15 de la fin, les Boxers n’abdiquent pas, et Charles-Eric Légaré remet en retrait pour Loïk Poudrier qui double la mise, ramenant les Boxers à 2-3. La fin de la partie est un peu chaotique, Mario Richet remet sa première ligne offensive sur la glace, pour garder le palet le plus haut possible, et empêcher les Bordelais de se jeter sur la cage de son cerbère.

Bordeaux ne reviendra pas, et Amiens consolide sa place sur le podium de la Ligue Magnus. Les Boxers restent englués aux abords de la dernière place qualificative. Encore une soirée sans victoire à domicile, cette fois-ci contre un adversaire bien mieux placé au classement, capable de capitaliser sur ses points forts, à des moments opportuns.

Place à un nouveau déplacement compliqué à Angers avant un « match à six points » contre Chamonix dimanche. Si les Boxers peuvent encore sortir de ce match en se disant qu’ils ont dominé sans concrétiser, ils peuvent encore avoir des regrets sur l’intensité mise sur les 60 minutes.

Avec 47 à 27 tirs tentés à 5 contre 5, les Boxers ont totalisé une dizaine de chances de marquer contre 6 à Amiens, et 1,5 à 1,2 buts anticipés. Sans avoir écrasé le match, Bordeaux a plus tenté, et s’est heurté à un Henri-Corentin Buysse des grands jours.

photos de Nini Calimoutou

Bordeaux  – Amiens 2-3 (0-1, 0-1, 2-1)
Mercredi 20 novembre 2019 à 20h15 à la Patinoire Mériadeck. 2030 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Pierre Dehaen assistés de Clément Goncalves et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Bordeaux 10 (10′, 0′, 0′), Amiens 8′ (2′, 4′, 2′).
Tirs : Bordeaux 34 (9, 13, 12), Amiens 28 (18, 5, 5).

Évolution du score :
0-1 à 16’58 : Giroux assisté de Halley et Belisle (sup. num.)
0-2 à 26’49 : Bault assisté de Romand et Giroux
1-2 à 52’35 : Poulin assisté de Petit et Légaré
1-3 à 53’20 : Romand assisté de Giroux
2-3 à 57’45 : Poudrier assisté de Légaré

Bordeaux

Attaquants :
Olivier Labelle – Félix Petit – Jonathan Lessard
Charles Eric Légaré – Robin Colomban – Alexandre Ranger
Loik Poudrier – Alexandre Mulle – Jules Gallet
Matthias Arnaud – Julien Guillaume – Aina Rambelo

Défenseurs :
François Paquin – Marc André Levesque
Mitch Ferguson – Jonathan Janil
Maxime Moisand – Félix-Antoine Poulin

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Julian Junca (G). Absent : Bostjan Golicic (remplacé par Labelle et parti à Gap).

Amiens

Attaquants :
Jérémie Romand – Philippe Halley – Tommy Giroux
Thomas Suire – Mickaël Babcock – Florian Sabatier
Baptiste Bruche – Francis Drolet – Rudy Matima
Cain Fransson – Jérôme Verrier – Yohan Coulaud

Défenseurs :
Axel Prissaint – Kai Lehtinen
Louis Belisle – Dan Gibb
Thomas Roussel – Romain Bault

Gardien :
Henri Corentin Buysse

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Joey West (œil), Spencer Edwards (bas du corps), Simon Mattsson.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

Nullam Donec commodo Praesent leo. dolor. ultricies felis