Grenoble – Amiens (Ligue Magnus, 29e journée)

Un parfum de play-offs

245

C’est le choc de cette 29e journée entre le leader Grenoble et son dauphin Amiens. Les Brûleurs de Loups doivent s’imposer pour rester en tête de la Ligue Magnus alors qu’Amiens compte un match en moins. La trêve a été bénéfique pour les champions de France qui sont de retour sur le droit chemin après un passage délicat début décembre. Deux victoires dans le temps réglementaire à Nice (3-0) puis à Gap (11-3) ont permis aux Isérois d’enchaîner enfin deux victoires d’affilée, ce qui ne leur était pas arrivé depuis leur défaite en huitième de finale de la coupe de France. Vainqueurs de Gap en quarts de finale de la coupe de France (5-4 après prolongations), les Gothiques ont également connu une bonne reprise en Ligue Magnus puisqu’ils se sont imposés face à Anglet (5-2) et Bordeaux (6-1).

Les Brûleurs de Loups auront à cœur de faire oublier le premier match de la saison perdu à domicile face à Amiens (4-6) après avoir dilapidé une avance de trois buts. Depuis, Grenoble s’est imposé au Coliseum (4-3 après tirs au but) mais les visiteurs ont donc un léger ascendant dans les confrontations entre les deux équipes. À noter que les hommes de Mario Richer viennent diminués à Pôle Sud puisqu’une épidémie de gastro-entérite sévit actuellement dans les rangs amiénois. Halley, Bault, Franson et Savoye notamment n’ont pas fait le déplacement. Grenoble est pour sa part toujours privé de Legault et Koudri.

La rencontre débute par une longue période d’observation entre les deux équipes qui quadrillent bien la glace en zone neutre. Il faut attendre près de quatre minutes pour voir un premier lancer cadré de Manavian, détourné facilement par Buysse. Les Gothiques tentent leur chance à leur tour avec deux lancers consécutifs de Belisle, bloqués sereinement par Horak. Après ce long round d’observation où les défenses prennent le pas sur les attaques, le premier coup de chaud survient sur la cage amiénoise avec un premier lancer de Hardy repoussé par Buysse sur Bisaillon. Ce dernier lance à son tour, Buysse repousse de nouveau. La troisième vague est signée Kearney qui a une cage grande ouverte face à lui mais Buysse revient bloquer le palet.

Amiens attaque à son tour par Richardson qui tente sa chance du revers, sans succès. Sur la contre-attaque, Fabre parvient à gagner le palet le long de la bande, il remet en retrait à Tartari qui arrivait seul dans l’axe et qui loge la rondelle sous la barre (1-0, 07’05). Les Gothiques sous tout près de l’égalisation dans la minute suivante suite à un palet cafouillé par Treille à la ligne bleue. Romand parvient à s’échapper entre Trabichet et Manavian pour se présenter face à Horak mais il ne cadre pas son tir.

Grenoble ramène le jeu en zone offensive avec un bon lancer de Hardy bloqué par Buysse mais Kearney se fait sanctionner pour un accrocher sur Gibb en zone offensive. Mais en dehors d’un lancer lointain de Belisle détourné par Horak, les Gothiques seront relativement inoffensifs pendant ces deux minutes de supériorité. À cinq contre cinq, Amiens se montre plus dangereux avec une bonne incursion devant le slot de Suire mais son tir est dévié par l’extérieur du poteau. Les hommes de Mario Richer tentent leur chance à nouveau avec Verrier puis Gibb mais à chaque fois Horak détourne le palet.

Les hommes de Mario Richer mettent plus de rythme mais Grenoble parvient malgré tout à maîtriser assez tranquillement les attaques amiénoise. Aleardi n’arrive pas à cadrer sa reprise sur un belle passe transversale de Kearney. Un accrochage entre Kearney et Roussel devant le slot se termine par une pénalité pour l’Amiénois. Grenoble bénéficie à son tour d’une supériorité numérique mais n’en fera pas meilleur usage, l’occupation de la zone offensive étant très stérile et ne débouchant pas sur des tirs cadrés. Dans la dernière minute, Horak doit plonger sur le palet suite à une bonne incursion de Drolet et détourne un lancer puissant de Matima. Amiens finit fort ce tiers mais c’est bien Grenoble qui mène au score à l’issue d’une période globalement équilibrée.

Dès le début de la deuxième période, les esprits s’échauffent suite à une double tentative de Champagne sur la cage amiénoise. Le capitaine grenoblois a été un peu trop insistant sur Buysse aux yeux des arbitres qui le sanctionnent de deux minutes. Mais le box play grenoblois fait encore une fois un gros travail, Fleury étant même tout près de marquer sur un palet ressorti par Kara. De retour à cinq contre cinq, Aleardi tente sa chance du revers mais Buysse bloque bien la rondelle. Cette fois les Grenoblois se montrent plus insistants en zone offensive mais il faut un Horak très concentré pour réaliser des arrêts réflexes sur une déviation de Richardson et un tir du revers de Drolet. Après une bonne présence, Fabre manque de peu le cadre sur un palet mal dégagé par la défense amiénoise. Les Brûleurs de Loups se font de nouveau pénaliser sur une crosse laissée par Hardy dans les patins de Verrier qui amplifie sa chute. Encore en difficulté sur le power-play, les Gothiques se font de nouveau surprendre et laissent partir un 2 contre 1 entre Rohat et Valier mal négocié. Les contre-attaques grenobloises se multiplient avec Fleury puis Manavian qui lancent à la cage. Cette troisième infériorité numérique est tuée sans problème par Grenoble.

Les Grenoblois ont cependant du mal à rester à égalité numérique puisque Hardy retourne en prison pour avoir fait trébucher Suire. Cette fois, Amiens se montre tout de suite dangereux avec un lancer de Drolet. Le palet est relâché par Horak, Giroux et Romand insistent de près mais Horak parvient à mettre la jambière en opposition. Après concertation entre les deux arbitres, Romand est pénalisé pour un cinglage sur le gardien. Le vent tourne lorsque Gibb retient Aleardi, ce qui permet aux Grenoblois de passer en peu de temps d’un 4 contre 5 à un 4 contre 3. Il ne faut que huit secondes à Aleardi pour fixer Buysse et marquer en lucarne, profitant de l’écran de Kearney devant le slot (2-0, 29’51). Buysse s’en prend alors vivement à Kearney, ce qui provoque un début d’échauffourée entre les deux équipes. Horak va même traverser la patinoire pour échanger quelques mots doux avec son homologue amiénois. Après de longs palabres arbitraux, les deux gardiens sont renvoyés au vestiaire et le jeu reprend avec les deux gardiens remplaçants et… une supériorité numérique pour Amiens à quatre contre trois ! Sur la supériorité numérique, Amiens profite de la situation sur une belle transversale de Richardson pour Giroux qui prend de vitesse Raibon pas encore replacé (2-1, 30’07).

Les esprits calmés, le rythme retombe un peu alors que les deux équipes reviennent à égalité numérique. Pas pour longtemps car Tartari accroche Richardson. Le power-play amiénois est bien installé dans la zone offensive et un lancer de Romand dans l’axe passe tout près du poteau. Puis sur une remise en retrait de ce même Romand pour Coulaud, Raibon réalise un arrêt important en fermant bien son angle alors que le palet semblait prendre la direction de la lucarne. Finalement la pénalité est tuée par Grenoble qui repart immédiatement à l’attaque : Aleardi remonte le palet le long de la bande. Il sert en retrait Fabre dont le puissant lancer est repoussé difficilement et dans l’axe par Gilbert. Champagne tend la crosse et marque du revers dans la cage ouverte, Gilbert n’ayant pas eu le temps de se replacer (3-1, 36’04).

Une obstruction de West sur Hardy donne même dans la foulée une belle opportunité à Grenoble d’aggraver le score en supériorité numérique. Mais les Isérois confondent vitesse et précipitation en n’arrivant pas trouver de bonne position de tir sur Gilbert. Alors que le jeu revient à égalité numérique, Fleury et Treille partent en contre-attaque, le tir du premier vient s’écraser sur le poteau extérieur. C’est finalement Grenoble qui est en position de force à l’issue de ce tiers mouvementé.

Dès le coup d’envoi de la troisième période, les Brûleurs de Loups se ruent à l’assaut de la cage gardée par le jeune Gilbert. Champagne lance à la cage, Kearney prend le rebond mais Gilbert repousse les deux tentatives. Amiens ne tarde pas à répliquer sur un contre tout aussi dangereux de Romand et Drolet mais cette fois c’est Raibon qui s’impose. Les Grenoblois ont la possession du palet et semblent vouloir marquer rapidement un quatrième but pour se mettre à l’abri. Un bon jeu de Kara sur l’aile gauche lui permet de revenir au centre mais sa tentative de tir est repoussée par Gilbert. Champagne récupère le palet en zone offensive et se présente seul face à Gilbert mais il tente un feinte de tir qui ne fonctionne pas et perd le contrôle du palet. Amiens continue de se montrer dangereux sur contre-attaque avec un lancer de Matima repoussé par Raibon alors que Babcock se jette au rebond, sans succès. Grenoble a encore une grosse opportunité sur un déboulé de Fleury mais son lancer n’est pas cadré. Trop de déchet dans les gestes des attaquants grenoblois ne permettent pas de conclure. Mais le jeune Gilbert brille aussi dans la cage amiénoise à l’image d’un arrêt encore décisif face à Champagne qu’Aleardi avait parfaitement décalé. À force de pousser, les Brûleurs de Loups finissent par obtenir des pénalités de Suire puis Babcock mais le power-play grenoblois est toujours aussi inefficace ce soir. Un gros lancer de Treille heurte le casque de Gilbert, pas malheureux sur ce coup-là.

Pendant quatre minutes de supériorité, les champions de France ne se procurent pas d’occasion significative qui leur aurait permis de se mettre à l’abri. Kearney insiste de près mais Gilbert met une nouvelle fois la mitaine sur le palet. Un one timer d’Aleardi sur un bon décalage de Hardy n’est pas cadré. Les minutes défilent toutefois en faveur des coéquipiers de Champagne qui maîtrisent les débats. Une pénalité contre Sacha Treille qui accroche Babcock en zone offensive va toutefois fragiliser l’édifice grenoblois et donner une dernière chance à Amiens de se relancer. Mais comme souvent depuis le début de la rencontre, les Gothiques sont inefficaces sur le power-play, Raibon parvenant à bloquer sans trop de difficulté les tirs amiénois.

Grenoble se pense tiré d’affaire mais à cinq contre cinq, les Gothiques réduisent le score sur une bonne accélération de Verrier qui devance Sauvé et Champagne dans la conquête du palet. Il donne en retrait à Giroux oublié par McEachen devant le slot. En s’y reprenant à deux fois, le buteur amiénois parvient à battre Raibon (3-2, 55’47). Ce but relance le suspense pour les quatre dernières minutes. Amiens peut espérer aller chercher la prolongation mais malgré quelques petites frayeurs, les Brûleurs de Loups gardent le plus souvent le contrôle du palet. Un surnombre amiénois dans les deux dernière minutes ruine quasiment tout espoir de retour, les Grenoblois n’ayant plus qu’à gérer tant bien que mal la fin du match.

Les Brûleurs de Loups s’imposent finalement dans la douleur au terme d’un match où ils ont pourtant toujours mené au score. Une victoire importante face à une équipe bien classée et qui fera du bien au moral des Grenoblois après les défaites successives face à Rouen, Angers et Bordeaux avant la trêve. Après notamment trois défaites consécutives à Pôle Sud, les hommes de Terglav sont enfin sortis vainqueurs d’une rencontre à domicile, face au dauphin qui plus est. Certes tout ne fut pas parfait côté grenoblois avec encore quelques ratés en attaque et notamment en supériorité numérique. On a senti également une certaine fébrilité défensive, notamment après l’échauffourée de la mi-match qui a vu des Grenoblois moins assurés. Quant au nombre abondant de pénalités, cela ne fut certainement pas du goût de Terglav même si l’arbitrage, parfois difficile à suivre, n’a pas facilité les choses.  Sur le plan individuel, on retiendra la bonne prestation de Horak jusqu’à son expulsion mais aussi en attaque de celle de Dylan Fabre, souvent dans les bons coups et crédité de deux assistances ce soir ou encore de Champagne et Aleardi (un but + une assistance).

Du côté des Gothiques, on peut être satisfait de la résistance opposée au leader de la Ligue Magnus compte tenu du nombre d’absents ce soir. Les Amiénois ont été dans le coup du début à la fin et auraient même pu aller chercher les prolongations pour ne pas revenir bredouilles de l’Isère. De quoi laisser espérer encore une meilleure performance avec une équipe au complet. Tommy Giroux avec un doublé s’est affirmé comme leader offensif et le jeune gardien Antoine Gilbert a réalisé une prestation intéressante au troisième tiers-temps pour maintenir son équipe dans le match. Comme lors des deux rencontres précédentes entre les deux équipes, les Gothiques ont fait jeu égal avec les Brûleurs de Loups. Prometteur en vue des play-offs dont la rencontre de ce soir avait déjà le parfum.

Désignés meilleurs joueurs du match : Alex Aleardi (Grenoble) et Tommy Giroux (Amiens)

(Photos d’Emmanuel Giraudeaux et Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On était bien à 2-0 et je pense qu’ils ont essayé un coup avec un peu de provocation et ils ont bien fait parce que ça a changé un peu le momentum du match. On demande aux joueurs de se protéger mais c’est souvent nous qui sommes pénalisés après. Je me pose des questions, leur gardien commence une bagarre, il revient une deuxième fois et c’est nous qui avons deux minutes de plus. C’est la première fois que je vois ça. Et il n’y avait même pas une bagarre, ils se sont regardés un peu dans les yeux, ils ont dropé les gants et puis c’est tout. On joue au hockey, c’est un sport physique, des choses comme ça arrivent, il faut laisser un peu pour le spectacle. C’est comme ça mais on a montré aussi qu’on ne se laisse pas faire. C’était serré jusqu’à la fin. Ils ont marqué ce but à la fin mais je trouve que dans les dernières cinq minutes où on était en difficulté lors des matchs précédents à la maison pour garder une avance, cette fois on a bien joué.

On tombe à quatre contre trois, on prend un but tout de suite mais on se pose la question : pourquoi on tombe à quatre contre trois ? J’aimerais savoir la réponse parce que je ne comprends pas. Denny Kearney, il se fait insulter par le gardien, il prend un coup. C’est lui qui prend dix minutes et le gardien ne prend rien. Le gardien rentre dans la bagarre, il prend 5’+20’, il revient une autre fois, Lukas va protéger les joueurs et c’est nous qui sommes pénalisés pour ça ? J’aimerais bien que quelqu’un m’explique… Mais on prend les coups, match après match, il n’y a rien… Ce n’est pas les arbitres qui doivent faire le spectacle, il faut laisser les joueurs faire le spectacle. Les arbitres sont là pour gérer le match et il faut que ça reste comme ça. Aujourd’hui c’est eux qui décident qui gagne ou qui perd. Après deux périodes, sept power-plays pour Amiens, trois pour nous, l’écart il était un peu trop… Alors au troisième ils ont équilibré un peu parce qu’ils se sentaient un peu mal mais ça arrive trop souvent, il faut que ça s’arrête. Ce n’est pas une partie du spectacle, il faut qu’ils restent à leur place et gèrent le match comme il faut. Et oui le momentum change, on mène 2-0, ils marquent deux buts et le match peut aller de l’autre côté aussi. Ils ont tenté le coup, ça a failli marcher.

Pour nous, ce sont tous des gros matchs. On a joué à Nice et à Gap, ce sont des équipes qui jouent déjà pour faire les playoffs, ce ne sont pas des matchs faciles. Amiens est une équipe qui va jouer le haut de tableau mais pour nous tous les matchs sont gros. On ne se prépare pas différemment pour un match ou un autre et ça va être comme ça jusqu’à la fin. Pour moi, c’était important de trouver la façon de gagner à la maison. C’est là qu’on était un peu moins bien dernièrement. C’était important de bien faire devant notre public aussi. Contre Chamonix il y a toujours des bons matchs serrés et on s’attend à un match où il faudra être sérieux. Ils ont un très bon gardien, quatre blocs qui fonctionne très bien comme on l’a vu lors des deux derniers matchs. C’est à nous d’être présents et d’aborder le match comme il faut. »

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « On est arrivé ici sans cinq joueurs, on a une grosse maladie, la gastro est dans notre équipe donc beaucoup de joueurs aujourd’hui jouaient avec les fesses serrées et il y en a 5 qui sont restés à domicile. Avec notre équipe, on s’est battu, façon de parler, on a travaillé jusqu’à la fin pour aller chercher le match mais en résumé avec l’effectif qu’on avait, on peut être fier de l’effort qu’on a donné. On était près, quand tu perds d’un but tu es à un point d’aller chercher la lune, il nous manquait peut-être un lancer à la fin et on aurait pu chercher la victoire en temps supplémentaire. Notre gardien remplaçant était à Amiens, il faisait partie du groupe qui avait la gastro. C’est notre gardien junior qui était dans les filets, il a très bien fait, il a joué un très bon match. On est très fier de lui, l’avenir est pour lui dans les prochaines années. On sait que Grenoble est une grosse armada, ils ont des super bons joueurs. Ce qu’on demande aux joueurs, c’est toujours de compétitionner match après match. Et ce soir aussi, on a compétitionné, on a essayé d’aller chercher le match sauf qu’on n’a pas eu la réussite voulue. On ne regarde pas le classement. Les trois premiers, ça va être normalement Grenoble, Angers et Rouen. Il y a trois grosses équipes dans la ligue et nous on essaie d’être la meilleure des moins bonnes. C’est aussi simple que ça. On travaille, c’est ce qu’on demande aux joueurs, on essaie de brouiller les cartes. Mais on ne fait pas partie des grosses masses salariales, on fait partie des moyennes/basses masses salariales donc on veut être les meilleurs de ce groupe-là. »

Joël Champagne (capitaine de Grenoble) : « Amiens, c’est vraiment une bonne équipe. Je suis content de la manière dont notre équipe s’est comportée ce soir. On a joué un match solide, ça fait du bien aussi de retrouver la victoire à la maison. J’aime mieux ne pas faire de commentaire sur l’arbitrage. La trêve nous a fait du bien, on a travaillé sur nos lacunes. On a travaillé fort, autant côté système, que tactique ou technique. Donc ça va porter ses fruits si on respecte le plan de match, on va avoir du succès. C’est vraiment une ambiance de play-offs, ce sont des matchs qu’on aime jouer aussi. Les fans étaient vraiment là ce soir, ils ont très bien supporté. On aime vraiment jouer ces matchs-là. Dans la saison, il y a des hauts et des bas. Je pense qu’on est revenu à la base, faire les choses qu’on faisait depuis le début d’année : aller à la cage, avoir faim sur les rebonds aussi. Beaucoup de nos buts sont comptés comme ça, sur des rebonds. Il faut plus shooter à la cage comme on le fait depuis la trêve et ça va fonctionner. »

Jérémie Romand (attaquant d’Amiens) : « Je pense qu’on a réussi à faire un bon match, on a eu un très très bon gardien dans notre cage qui est rentré en cours de match et qui nous a beaucoup aidés, derrière je pense qu’on a manqué de réalisme. On a touché les poteaux, ce n’est pas passé loin. Mais on savait très bien que contre cette équipe de Grenoble, on ne peut pas vraiment être mené au score parce que c’est compliqué de revenir. On l’a déjà fait donc on y a cru mais ce n’est pas passé pour cette fois mais je pense qu’on a beaucoup de points positifs à tirer de ce match. Ça se passe bien, on est bien géré sur le plan de la récup, on venait de sortir de deux jours de congé pour les fêtes, ça fait du bien, on a pu se vider un peu la tête et revenir encore plus motivés pour la deuxième partie. On ne lâche rien, on est une équipe qui doit travailler si on veut des résultats. On n’a pas de talent qui peut faire la différence tout seul donc il faut qu’on travaille en équipe. Quand on le fait bien, ça nous réussit. Ce soir, ce n’est pas passé à grand-chose mais je pense qu’on a bien travaillé et on a fait un bon match. »

Grenoble – Amiens 3-2 (1-0, 2-1, 0-1)
Samedi 28 décembre 2019 à 20h à Pôle Sud. 4208 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Adrien Ernecq assistés de Vincent Zede et Jérémie Douchy
Pénalités : Grenoble 53’ (2’, 14’+5’+20’+10’, 2’), Amiens 43’ (2’, 8’, 10’+5’+20’, 6’).
Tirs : Grenoble 35 (10, 13, 12), Amiens 31 (11, 13, 7).

Évolution du score :
1-0 à 07’05 : Tartari assisté de Fabre
2-0 à 29’51 : Aleardi assisté de Bisaillon et Champagne (sup. num.)
2-1 à 30’07 : Giroux assisté de Belisle et Richardson (sup. num.)
3-1 à 36’04 : Champagne assisté de Fabre et Aleardi
3-2 à 55’47 : Giroux assisté de Verrier et Romand

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney (2’+10’) – Joël Champagne (C) (2’) – Alex Aleardi
Sacha Treille (2’) – Christophe Tartari (A) (2’) – Damien Fleury (A)
Vincent Kara – Sébastien Rohat – Peter Valier
Dylan Fabre – Julien Baylacq – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy (4’) – Sébastien Bisaillon (4’)
Yann Sauvé – Patrick McEachen
Teddy Trabichet – Antonin Manavian

Gardien :
Lukáš Horák (2’+5’+20’) puis Sébastien Raibon [de 29’51 à 60’00]

Absents : Adel Koudri, Maxime Legault (blessés).

Amiens

Attaquants :
Rudy Matima – Jérôme Verrier (4’) – Evan Richardson
Tommy Giroux – Francis Drolet – Jérémie Romand (2’)
Florian Sabatier (A) – Michael Babcock (2’) – Thomas Suire (2’)
Antonin Plagnat – Baptiste Bruche

Défenseurs :
Thomas Roussel (A) (2’) – Joey West (C) (2’)
Louis Belisle – Dan Gibb (2’)
Kai Lehtinen – Yohan Coulaud

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (5’+ 20’) puis Antoine Gilbert [de 29’51’ à 59’25’]

Absents : Romain Bault, Lucas Savoye, Philippe Halley, Cain Franson, Axel Prissaint (malades), Spencer Edwards (blessé).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

vel, odio fringilla commodo facilisis tristique Praesent vulputate,