Suisse – Allemagne (Mondial Junior, groupe A)

199

Cet affrontement entre la Suisse et l’Allemagne relève du grand défi pour attribuer la dernière place pour les quarts de finale. Au vu des deux forces en présence, on est en droit de pointer l’Allemagne comme favori avec son attaque foudroyante illustrée par la ligne Stützle, Elias, Peterka. Du côté suisse, ce Mondial tourne au calvaire comme le titre la presse helvétique. La défaite contre le Canada a révélé les difficultés du groupe. Simon Knak a eu ce jugement sans appel : « On ne peut pas se permettre de perdre 10-0 dans un championnat du monde ».

L’ambiance est-elle au beau fixe quand on sait que le groupe n’a marqué qu’un seul but en trois matchs et que l’unique buteur Attilio Biasca est hors de combat, victime d’une blessure à la jambe ?

Dès le départ, les Suisses font bonne figure avec un bon rythme de patinage. Mais lors de la première pénalité, le syndrome de l’inefficacité reprend avec aucun tir cadré et aucune solution. Pourtant ce sont bien les Suisses qui prennent les initiatives et gèrent le déroulement de la partie. Mais pour ne rien arranger, sur la première offensive notable des Allemands, John Jason Peterka fait un tour de cage et envoi le palet dans les buts (4’38 : 0-1).

Ce but a le don de rééquilibrer la partie. Les Suisses, dans leur activité offensive, trouvent peu de tirs pour mettre Bugl en danger. Seul Marchand arrive à placer un palet dans les bottes du gardien adverse. Pire, Stützle nous gratifie d’un exploit personnel impressionnant. Le futur NHLer s’échappe avec Cedric Fiedler accroché à lui. L’Allemand parvient à contourner le portier et à glisser la rondelle dans la cage (9’08 : 0-2).

C’est à ce moment que Marco Bayer décide de tenter le coach challenge pour faire invalider le but pour motif de hors-jeu. Mal lui en prend, non seulement le but est validé mais son équipe subit une pénalité comme le stipule le règlement. Rien à signaler au niveau du jeu de puissance allemand lors de cette supériorité, seul Stützle nous gratifie d’un coast-to-coast qui ne donne rien. Les joueurs helvètes sont repoussés vers les bandes et ne peuvent entrer dans l’enclave. Alors que Bottini est en prison, une crosse au visage de Fiedler sur Stützle provoque une double infériorité. Stützle trouve la barre, mais Peterka convertit sur une reprise, one timer, dans un angle fermé. Pourtant Fatton touche le puck de sa mitaine (17’16 : 0-3).

La Suisse qui a pourtant produit du jeu sort de l’aréna avec un retard de trois buts. C’est l’efficacité insolente des Allemands qui a pesé dans ce premier tiers.

2020 12 30 All Sui

Au début du deuxième tiers, les rouges terminent une supériorité inefficace, encore une fois. Seul Raymond Fust envoi un palet sur le portier allemand. Les joueurs de Marco Bayer persévèrent et trouvent une belle occasion avec une déviation de Fiedler sur le shoot de Derungs. Ensuite c’est autour de Bottini de créer le danger avec une reprise que Bugl stoppe. Le trafic devant le gardien s’échauffe et finit en échange de bourre-pif ! Les Suisses réussissent à bloquer le jeu allemand et retrouvent leurs bonnes dispositions défensives. Dans une nouvelle supériorité, Simon Knak parvient a envoyer un lourd lancer que Bugl capte sans rebond. C’est à la sortie de sa pénalité (retard de jeu) que Stützle longe la zone offensive dans le sens de la largeur et envoie un puck bien placé qui fait mouche (33’19 : 0-4).

Le mental des rouges est à toute épreuve, car les joueurs continuent leurs attaques, quoi qu’il arrive. Le dernier geste fait défaut et les palets à la cage ne rentrent pas. La Suisse a donc fait du jeu, mais aussi subi beaucoup de pénalités. Le chemin semble bien long pour revenir au score, même avec l’avantage aux tirs (22 à 17).

Troisième période. Tim Stützle est au centre de toute les attentions car il subit une nouvelle crosse au visage. Le scénario ne change pas et les Suisses s’empêtrent dans ce match chaotique pour eux. Rien ne semble fonctionner, même le pressing très haut pour bloquer les Allemands a une « fuite » que Peterka utilise pour un défi contre Fatton. C’est le portier suisse qui a le dernier mot. Alors que tout semble figé et sans solution, Delémont exploite un rebond sur un shoot en zone offensive (49’59 : 1-4). À peine le temps de se remettre en route que Daehler remet son équipe dans le match (50’55 : 2-4).

Ces deux buts successifs ont débloqué le mental des Helvètes et ouvert le turbo ! Schläpfer déborde et place un revers dangereux (54’42). La dynamique est retrouvée et les Allemands subissent la supériorité adverse car Fatton est sorti pour créer le surnombre (56’40). Mais Peterka parvient à viser dans la cage vide (57’39 : 2-5).

Les Suisses n’en démordent pas et continuent à jouer à 6 contre 5. C’est alors que Justin Volek envoie un cross check en pleine face de son vis-à-vis. Un geste inacceptable au vu de sa violence et totalement stupide à ce moment de la partie. L’arbitre lui intime l’ordre de rentrer au vestiaire (5’+20’). Le mal est fait car un tir puissant de Meier frappe le poteau et rebondit sur le dos de Bugl. Les Suisses sont fous de joie de ce retournement de situation (58’14 : 3-5).

2020 12 30 All Sui3La partie qui semblait jouée et enterrée depuis bien longtemps retrouve un suspense haletant. Les rouges donnent tout pour revenir et sur un débordement, Simon Knak envoi un tir croisé qui perfore le but au poteau opposé (59’36 : 4-5). La pression devient intenable, les Suisses sont survoltés. Peterka le sent et vient voir son gardien pour le soutenir dans l’épreuve. Sur la mise au jeu en zone offensive, les Suisses remportent le puck et l’envoient sur Bugl. Toujours libre, la rondelle est poussée par Fust comme un damné, mais sans succès.

Quel scénario encore incroyable pour cette rencontre ! Les Allemands se qualifient mais ont subi des sueurs froides pour conclure. Malgré tout, il s’agit d’un moment historique car pour la première fois, les U20 atteignent les quarts de finale.

Pour la Suisse, il s’agit d’un Mondial indigeste pour le peu de récompense obtenue au regard du travail fourni. Ce dernier rush foudroyant a bien démontré que le mental était pour beaucoup dans cette pénurie de buts.

Élus meilleurs joueurs du match : Ronny Daehler pour la Suisse et John Jason Peterka pour l’Allemagne.

Commentaires d’après-match

Noah Delémont (attaquant de la Suisse) : « Nous n’avons pas joué un mauvais match, mais nous devons marquer quelques buts dans les 20 premières minutes. Nous avons bien joué en deuxième période, mais nous avons raté deux cages ouvertes. Cela ne peut pas arriver. Ensuite, à 4-0, c’est assez difficile de revenir. Mais nous avons montré du caractère à la fin, et c’est bien pour l’année prochaine. »

Tim Stützle (attaquant de l’Allemagne) : « Aucune équipe allemande ne s’est jamais qualifiée pour les quarts de finale, donc tout le monde connaissait la situation. Nous étions à 14 joueurs. Je suis tellement fier de l’équipe. Nous le méritons. Je suis tellement excité et j’ai hâte de disputer les quarts de finale. Ce soir, l’alignement presque complet a été un facteur important dans la victoire. Tous les gars qui sont sortis de la quarantaine ont travaillé très dur avec les entraîneurs dans leurs chambres, et ils ont joué un grand match compte tenu du nombre de jours de quarantaine. »

Tobias Abstreiter (entraîneur de l’Allemagne) : « C’était une performance incroyable, les garçons se sont très bien comportés sur la glace. Bien sûr, nous nous sommes à nouveau rendu la fin de partie compliquée, mais en fin de compte, c’est une très bonne performance d’équipe qui a été récompensée en se qualifiant pour les quarts de finale. Ce qui s’est passé ici est pour moi un événement historique. Être en quart de finale dans les circonstances que nous avons connues est en fait incroyable. Chacun des garçons peut être fier de ce qu’il a montré et de la façon dont il a agi en équipe. »

2020 12 30 All Sui2

Suisse – Allemagne 4-5 (0-3, 0-1, 4-1)
Mercredi 30 décembre 2020 à 19h30 à Rogers Place d’Edmonton. Huis clos.
Arbitrage de Guillaume Labonte et Mark Pearce (CAN) assistés de Guillaume Brunette et Maxime Chaput (CAN).
Pénalités : Suisse 16′ (6′, 8′, 2″) ; Allemagne 37′ (4′, 6′, 2’+5’+20′).
Tirs : Suisse 35 (9, 13, 13) ; Allemagne 25 (7, 10, 8).

Évolution du score :
0-1 à 04’38 : Peterka assisté de Stützle et Peterka
0-2 à 09’08 : Stützle assisté d’Elias et Peterka
0-3 à 17’16 : Peterka assisté de Stützle et Alberg (double sup. num.)
0-4 à 33’19 : Stützle assisté de Peterka (sup. num.)
1-4 à 49’59 : Delémont assisté d’Allenspach et Canonica
2-4 à 50’55 : Daehler
2-5 à 57’39 : Peterka assisté de Stützle (cage vide)
3-5 à 58’14 : Meier assisté d’Allenspach (sup. num)
4-5 à 59’36 : Knak assisté de Meier et Baragano (sup. num.)

Suisse (2′ pour retard de jeu)

Attaquants :
Simon Knak (C, -1) – Ronny Daehler – Joel Salzgeber (A, -1)
Lorenzo Canonica (2′) – Dario Allenspach – Raymond Fust
Elvis Schläpfer (-1, 2′) – Lionel Marchand – Stefano Bottini (4′)
Valentin Hofer – Keanu Derungs (2′) – Gaetan Jobin

Défenseurs :
Cedric Fiedler (-1, 4′) – Rocco Pezzullo (-2)
Giancarlo Chanton (+1) – Inaki Baragano (A, +1)
Nathan Vouardoux –  Noah Meier (-1)
Bastian Guggenheim – Noah Delémont

Gardien :
Thibault Fatton [sorti de 56’22 à 57’39 et de 57’59 à 60’00]

Remplaçant : Andri Henauer (G). En réserve : Noah Patenaude (G), Alessandro Villa (D), Attilio Biasca (A, jambe).

Allemagne

Attaquants :
Filip Reisnecker (-1) – Samuel Dubé (-1, 2′) – Manuel Alberg (-1)
Tim Stützle (C, +2, 4′) – Florian Elias (+2, 2′) – John Jason Peterka (A, +2)
Justin Volek (5’+20′) – Joshua Samanski – Markus Schweiger (2′)
Julian Chrobot – Jan Luca Schumacher – Enrico Henriquez-Morales

Défenseurs :
Simon Gnyp (A, +1) – Maximilian Glötzl (+1)
Mario Zimmermann – Jan Münzenberger (2′)
Steven Raabe – Maximilian Szuber
Lucas Flade

Gardien :
Florian Bugl

Remplaçant : Arno Tiefensee (G). En réserve : Jonas Gähr (G), Niklas Länger (D), Jan Nijenhuis, Jakub Borzecki (A).

Les commentaires sont fermés.

elit. in elit. non velit, mi,