Rouen – Gap (Ligue Magnus 2019, demi-finale, match 2)

La bonne affaire

396

La bonne affaire.

Après un premier tiers-temps raté, les Dragons ont réussi à s’imposer en faisant preuve de réalisme en supériorité, profitant de l’indiscipline des Rapaces qui peuvent eux s’en vouloir au terme d’un match coriace, rugueux et parfois sous tension. Un match de play-off où les plus aguerris font la bonne affaire et iront sur la route Napoléon, avec l’avantage de deux victoires, défier une équipe de PACA qui, à 5 contre 5, a démontré comptablement qu’elle leur était supérieure.

La meilleure défense du championnat s’est fait trouer dès la troisième minute de jeu. Paul Joubert, aligné ce soir sur la quatrième ligne des visiteurs à la place de Sarliève, était le plus prompt sur le rebond d’un tir en haut du cercle droit de Schmitt, que le natif de Montpellier a pu prendre grâce à l’issue d’une sortie de zone empotée des locaux (0-1 à 2’02). Un peu plus de trois minutes plus tard, sur le premier power-play de la partie, Joël Caron égalisait de près à ras la glace après tout un travail de Deschamps dans la bande derrière la cage de Cooke et une passe du revers sortie de nulle part (1-1 à 5’04).

Heureux d’égaliser, les Rouennais n’étaient pourtant pas au bout de leurs peines. Les porteurs de solutions étaient trop éloignés du possesseur du palet. Pas en place et face au travail et rythme imposé par les hommes de Luciano Basile, les joueurs de Fabrice Lhenry ont été incapables d’apporter du danger autour de Cooke, comme éteints alors que leurs adversaires ont mis le feu. Heureusement, pour les protégés des quais de Seine, que Kambeitz (6’51) et Biezais (13’10) ont été maladroits sur leurs chances car lorsque les Haut-alpins cadrent, la plaisanterie est amère pour l’île Lacroix. Maurin Bouvet s’échappe dans le dos de Mäkinen et inquiète du revers le portier normand, qui n’est pas parvenu à complétement stopper puis geler le palet sous son dos. Grâce à la pression de Jeffrey Brown, la rondelle se libère et Biezais à l’affût parvient à la pousser dans la cage (1-2 à 15’04).

Avec quelles ambitions le RHE76 va-t’il revenir sur le glaçon après la première coupure ? L’impression ne peut pas être immédiate car la reprise est coupée de deux jeux spéciaux sur lesquels Gapençais et Rouennais ne rafleront aucun nouveau filet. Rouen est dans le labeur mais se procure enfin sa première occasion… du match, lorsque Fabien Colotti fait travailler Cooke (27’03). Puis intervient un fait de jeu qui fera basculer le scénario d’une rencontre que Gap en maîtrise n’avait pourtant aucun intérêt à démonter, permettant aux protégés de Thierry Chaix de recouvrer de l’agressivité. Thinel, provoqué par Reno et ses épaisses épaules, fait parler ses poings. Ils créent une mêlée, où à l’écart Melin et Mäkinen exécutent des prises de catch… Résultat, ces deux derniers sont expulsés. Thinel et Reno, eux, s’en sortent bien mieux avec une mineure chacun. La castagne est terminée. Mais les Rapaces ont perdu leur sang-froid.

Étrangement, et c’est assez rare, Luciano Basile ne voit pas le coup venir. Le sorcier n’intervient pas. Ses boys ne maîtrisent plus leur combativité. Son capitaine nerveux ne montre pas l’exemple et entraîne ses coéquipiers dans une spirale de pénalités successives plus ou moins évitables. Rouen bénéficiera de 4 minutes à cinq contre trois. Dans un jeu installé fait de passes transversales, Chad Langlais frappe à mi-distance le palet qui prend  la direction de la lucarne gauche de Cooke (2-2 à 30’16). Finalement les Rapaces s’en sortent assez bien en encaissant un seul but en presque cinq minutes de désavantage numérique. Dans la dernière minute, les visiteurs ont la possibilité de reprendre l’avantage mais ils laissent passer leur chance. Gutierrez n’est pas précis (39’15) et Kontos en attaque à cinq bute sur Pintaric (39’52).

Le début du troisième tiers est marqué par un duel entre Gibb et Pintaric que le gardien remporte à l’aide de sa plaque (42’43), puis par une chance de part et d’autre. Nesa ne cadre pas son lancer (45’03) alors que Vondracek est dérouté par Pintaric (45’18). Finalement la libération rouennaise viendra d’une nouvelle supériorité où Florian Chakiachvili trouve le haut des filets des poignets (3-2 à 47’57).

Une fois aux commandes, les Dragons ne laisseront pas grand-chose à des Rapaces agressifs et combatifs mais sans grande solution. Les occasions sont rouennaises. Bedin (52’23), Thinel (52’45 & 53’05). Pourtant, les coéquipiers de Mathieu Roy ne se mettent pas à l’abri pendant un dernier power-play sur lequel Cooke frustre Langlais d’un excellent arrêt mitaine (54’36). Les locaux resteront en danger jusqu’à la fin de la rencontre, surtout dans la dernière minute où Caron rejoint la geôle. Mais les hommes de Luciano Basile n’ont plus assez de lucidité et d’énergie pour mettre en défaut le killing-play de leurs adversaires qui mènent désormais la série avec deux victoires avant de se rendre pour deux rencontres chez leurs hôtes, dans le Dauphiné.

Commentaires (dans Paris-Normandie et Actu76) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « C’était un vrai match de play-offs, Gap est une équipe intense qui finit toutes ses mises en échec. Gap a bien entamé le match, s’est créé des occasions, puis a marqué sur des rebonds. Heureusement ça a été mieux lors du deuxième tiers-temps. La bagarre est un tournant. Les gars ont bien géré. Notre power-play mais aussi notre penalty-killing ont encore bien fonctionné. Être mené et revenir, ça fait partie des play-offs. Le groupe a bien réagi, les joueurs n’ont pas paniqué. Nous savions qu’il nous restait du temps pour revenir. C’est notre premier gros match de play-offs. On est monté en puissance au fil du match. Nous avons mieux joué que la veille, le palet bougeait mieux, mais il faudra être plus décisif sur les détails et mieux exploiter nos contre-attaques pour les prochains matchs. On va déjà voir mardi, on sait que c’est toujours compliqué à Gap. Il faudra être présent dès l’entame car les débuts des rencontres sont toujours très difficiles là-bas. On y va pour faire un résultat, mais les matchs se suivent et ne se ressemblent pas. On va essayer d’aller chercher le premier match mardi, après on verra !»

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Si Rouen est né pour gagner, Gap est né pour faire chier… En tout cas j’aime notre visage, les joueurs sont solidaires, personne ne triche. Je suis fier du contenu face à un adversaire supérieur, mais on est agressif et on arrive à leur poser des problèmes. On a manqué de calme au deuxième tiers, mais je crois que les arbitres ne nous ont rien laissé passer. Nos objectifs cette saison sont atteints mais je sens que les gars veulent encore gagner… On verra mardi lors du match 3. L’arbitrage a été à deux vitesses, beaucoup plus sévère envers mon équipe que contre Rouen ! On n’a rien à perdre ! Pour nous c’est du bonus d’être en demi-finale. Nos objectifs sont atteints et on n’est plus dans l’obligation de gagner. On espère que nos supporters vont être aussi chauds qu’ici et nous aider à remporter ce match 3 !»

Florian Chakiachvili (arrière du RHE) : « On a fait ce soir un bien meilleur match qu’hier, mais Gap aussi… Ça y est, on est lancé dans les play-offs. Je pense que ça va être une longue série… Ce soir, notre power-play a mieux marché que notre jeu à 5 contre 5, c’est un peu l’inverse de la saison régulière. On a été un peu piqué au vif d’être mené par deux fois, mais personne n’a paniqué. Mon but en power-play ? Ça fait plaisir bien sûr, mais on avait bien travaillé ces phases de jeu pendant les dix jours sans match entre le quart et la demi-finale. »

Rouen – Gap 3-2 (1-2, 1-0, 1-0)
Samedi 16 mars 2019 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs (guichets fermés)
Arbitres : MM. Pierre Dehaen et Adrien Ernecq assistés de MM. Jérémie Douchy  et Joris Barcelo.
Pénalités : Rouen 47′ (2′, 8’+5’+20’, 2’+10′) ; Gap 59′ (4′, 16’+5’+10’+20′, 4′).
Tirs : Rouen 34 (12, 12, 10) ; Gap 27 (13, 4, 10).
Supériorités : Rouen 3/9, Gap 0/4.

Évolution du score :
0-1 à 02’02 : Joubert assisté de Schmitt et Vondracek
1-1 à 05’04 : Caron assisté de Deschamps et Aleardi (sup.num.)
1-2 à 15’04 : Biezais assisté de Brown et Bouvet
2-2 à 30’16 : Langlais assisté de Aleardi et Deschamps (double sup.num.)
3-2 à 47’57 : Chakiachvili assisté de Ritz (sup.num.)

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Nicolas Deschamps – Joël Caron – Alexander Aleardi
Joris Bedin – Juha Koivisto – Vincent Nesa
Fabien Colotti – Anthony Guttig (A) – Michel Miklik

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric (25 arrêts)

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo et Julien Msumbu.

Gap

Attaquants :
Jeffrey Brown (C) – Maurin Bouvet (A) – Elvijs Biezais
Roberts Jekimovs – Romain Gutierrez (A) – Dimitri Thillet
Norbert Abramov – Kristoff Kontos – Adam Kambeitz
Paul Schmitt – Roman Vondracek – Paul Joubert

Défenseurs :
Dann Gibb – Matt Nelson
Pierre Crinon – Raphaël Faure
Vincent Melin – Parker Reno

Gardien :
Jordon Cooke (31 arrêts), sorti de 58’38 à 60’00.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Téo Sarliève, Johann Bayrou. Absents : Samuel Labrecque (jambe) et Robin Colomban (genou).

Les commentaires sont fermés.

quis neque. felis id, vulputate, ipsum justo non leo. eleifend