Rouen – Gap (Ligue Magnus, 19e journée)

La victoire en tremblant !

190

La victoire en tremblant ! 

De retour dans le premier carré du classement, Rouen a tremblé dans son antre de Guy-Boissière. Emmenés offensivement par leurs défenseurs Florian Chakiachvili et Chad Langlais (qui double son compteur de buts), les noir et jaune l’emportent par la plus petite marge, après avoir mené de trois buts, contre un Gap incertain, même armé de Sebastien Ylönen, le meilleur gardien de la ligue au pourcentage d’arrêt (92,0%), qui aurait dû obtenir mieux, en toute fin de match, tellement le RHE était faible et tremblotant.

Le début de match des hommes de Fabrice Lhenry, face à des Gapençais endormis, était pourtant, dans l’attitude, satisfaisant. Kevin Dusseau, à mi-distance, était au lancer de la première occasion rouennaise (0’37). Joël Caron, en supériorité, trouvait un montant et la solide botte d’Ylönen (3’27). Sur le même jeu spécifique, Florian Chakiachvili, d’un tir sans réception, ouvrait le score de la pointe à la faveur d’un camouflage de Lampérier (1-0 à 04’16). C’est le troisième but de la saison du tricolore, son second en avantage numérique.

Gap, avec un homme de plus, existait un peu. Arturs Mickevics obligeait Pintaric à un arrêt en deux temps (6’08). Mathieu Gagnon, à l’axe de la bleue, trouvait le gardien adverse (6’41). Ces mises en bouche donnaient des idées aux visiteurs à cinq contre cinq. Entre les oreilles, Julien Correia livrait un envoi trop mou pour surprendre Pintaric (9’32). Puis, de nouveau en avantage d’un homme, les Rapaces se heurtaient encore au portier d’en face. Devant Mickevics (11’06) et Jekimovs (12’11), Matija Pintaric a dit non. Grâce à son PK et son rempart, les Dragons se sortaient indemnes de leur indiscipline et étaient enfin de nouveau dangereux. Au bout d’une percée, Joël Caron butait sur Ylönen (13’20). Tout comme Joris Bedin à la terminaison d’une échappée (14’45). Mais Chad Langlais, dans le cercle droit, ne laissait aucune chance, à mi-hauteur, des poignets, au goalie formé sur l’île Lacroix (2-0 à 15’52) photo ci-dessous. A cause d’une troisième prison, la fin de tiers ne fut pas tranquille pour les coéquipiers de Mathieu Roy. Mais Arturs Mickevics ne trouvait pas la solution (17’50).

En jouant 10 minutes, les Normands avaient créé la cassure. Lorsque Chad Langlais inscrivait un doublé en power-play, grâce au voile de Bedin au tout début de la période médiane sur un petit lancer de poignet de la ligne bleue, faisant prendre aux Seinomarins une avance de trois buts, la foule dans les gradins s’attendait à recouvrer du plaisir, voire du spectacle (3-0 à 22’32).

Surtout que l’adversité n’avaient pas produit un gros volume de jeu. Incapables d’aligner plusieurs passes, sans grosse qualité athlétique, ces Rapaces-là semblaient dans l’incapacité de prendre le dessus sur des Dragons même en convalescence. À défaut d’être rigoureux et productif, le match devenait plus ouvert. Si Nicolas Deschamps dénichait le plastron d’Ylönen, Gap mettait tout de même cette fois de l’agressivité dans son jeu. Alors, Fabien Bourgeois pouvait être dangereux du cercle droit (29’09) et sur le mouvement d’après, la quatrième ligne des Dauphinois donnait une leçon aux locaux. Après avoir mis la pression sur Langlais, Paul Joubert, bien seul dans le trafic, reprenait un retour de tir de Ranger (3-1 à 29’17). C’est le premier but de la saison pour l’ailier de 19 ans.

Personne n’a vu venir la suite car Nicolas Deschamps se procurait une chance presque immédiatement. La bordée de l’ailier passait un peu trop à droite (29’38). Rouen s’installait dans un rythme un peu indolent et dissipé. Gap, à part sur une salve de Romain Chapuis (33’08), n’a pas été très convaincant sur les deux nouvelles supériorités offertes par ses convives. La toute fin de tiers était un peu plus enlevée. Trente secondes de folie pour plus de 10 minutes de néant. Bastien Maïa ne cadrait pas les deux chances qu’il obtenait (38’00 & 38’26), alors que Romain Gutierrez se heurtait à Pintaric (38’23).

Au début du dernier tiers, les Dragons jouent 20 secondes à cinq contre trois, sans être menaçants. Lors de la supériorité suivante, Pierre Crinon, de loin, ne cadre pas son lancer (46’01). Quelques minutes plus tard, Paul Joubert est frustré par Pintaric (49’23). Mais une minute derrière, Étienne Boutet est lancé par Mickevics qui profite d’un changement de ligne indolent, désordonné et négligé entre la ligne de Bouvet et celle de Koivisto pour offrir à son défenseur une entrée de zone confortable. Aidé par l’imbroglio entre Roy et Nesa, l’arrière canadien jette la rondelle du cercle gauche au-dessus de la mitaine de Pintaric, mystifié (3-2 à 50’24). La recrue arrivée d’ECHL marque son second but de la saison.

La réduction du score agit comme une exhortation pour les hommes d’Éric Blais. Déjà peu producteurs de jeu ce soir, à peine 15 minutes en tout, les Rouennais sont incapables de contenir les assauts d’un adversaire, qui, mis à part le momentum, n’a pas eu d’atout éminent à faire valoir ce soir. Raphaël Faure à deux-contre-un (54’17), Correia au rebond dans le trafic (56’01) et Mickevics dans la mitaine (56’14), puis sur le poteau (56’19), ne trouvent pas la faille. Après son temps-mort, Éric Blais remplace Ylönen par un attaquant (57’37) mais la maîtrise gapençaise est trop faible pour égaliser. Le contrôle rouennais est encore plus chétif pour marquer dans la cage vide !

Rouen l’emporte sans avoir montré de signe net dans la domination. Les Dragons ont fait douter toute leur patinoire en ne continuant pas à mettre les ingrédients d’un match de haut niveau face à un adversaire bien loin de maîtriser son hockey. Le RHE ne semble devoir son salut ce soir qu’à la faiblesse de son adversaire et avec de la réussite dans une première période de qualité ordinaire. Bien loin des aspirations souhaitées. Gap, parfois généreux, n’est pas correctement rentré dans son match et n’a pas su profiter d’un adversaire irrespectueux et quelconque confirmant que sa mauvaise série en cours, 5 défaites de suite, n’est pas le fruit du hasard.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : «

Joris Bedin (attaquant de Rouen) : « Ça faisait un moment que notre power-play n’avait pas aussi bien fonctionné avec notamment deux buts sur nos deux premières supériorités numériques. C’est important dans ce genre de match, face à des équipes qui, comme Gap, ne lâchent rien, que ça soit le cas. Tout comme le “PK”. Ça aide même si, ce soir, je trouve qu’on a également bien travaillé à cinq contre cinq. On a notamment très bien commencé le match. C’est juste dommage d’avoir un peu baissé de niveau dans les deux tiers suivants, car on leur a donné des occasions pour se relancer. On a un peu serré les fesses en fin de match, notamment lorsqu’ils ont touché le poteau, mais, au final, c’est une victoire qui fait du bien. Tout n’est pas encore parfait, mais c’est mieux et on travaille tous les jours pour que ça le soit match après match. C’était important ce soir, après notre succès face à Anglet (7-0), d’enchaîner, car des séries de victoires, on n’en a pas encore eu énormément cette saison. »

Rouen – Gap 3-2 (2-0, 1-1, 0-1)
Mardi 19 novembre 2019 à 20h00 au centre sportif Guy-Boissière. 2646 spectateurs.
Arbitres : MM. Nicolas Cregut et Jeremy Rauline assistés de MM. Thomas Caillot et Jérémie Douchy.
Pénalités : Rouen 10′ (6′, 4’, 0’) ; Gap 20′ (2′, 4′, 4+10’)
Tirs : Rouen 18 (8, 7, 3) ; Gap 35 (16, 11, 8)
Supériorités : Rouen 2/5, Gap 0/5
Chances : Rouen 8 (3, 4, 1) ; Gap 9 (1, 2, 6)

Évolution du score :
1-0 à 04’16 : Chakiachvili assisté de Deschamps et Thinel (sup.num.)
2-0 à 15’52 : Langlais assisté de Thinel et Lampérier
3-0 à 22’32 : Langlais assisté de Bedin et Caron (sup.num.)
3-1 à 29’17 : Joubert assisté de Vondracek et Ranger
3-2 à 50’24 : Boutet assisté de Mickevics et Bourgeois

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Bastien Maïa
Joris Bedin – Juha Koivisto – Vincent Nesa
Joël Caron – Nicolas Ritz – Robin Rabl
Loïc Lampérier (A) – Maurin Bouvet – Marc-André Thinel

Défenseurs :
Kévin Dusseau – Chad Langlais
Pierre Crinon – Atte Mäkinen
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)

Gardien :
Matija Pintaric (33 arrêts)

Remplaçant : Gaétan Richard (g). Absent : Julien Msumbu (?).

Gap

Attaquants :
Julien Correia – Romain Gutierrez (C) – Arturs Mickevics
Dimitri Thillet – Fabien Colotti – Mathieu Guertin
Paul Schmitt – Romain Chapuis – Robert Jekimovs
Paul Joubert – Roman Vondracek – Victor Ranger

Défenseurs :
Raphaël Faure (A) [10’00] – Mathieu Gagnon
Étienne Boutet – Fabien Bourgeois (A)
Arnaud Faure – Jakub Melisko

Gardien :
Sebastien Ylönen (15 arrêts), sorti de 57’37 à 60’00.

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absents : Jesse Juntheikki (départ), Alexandre Pascal et Charles Schmitt (?).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

elementum libero facilisis ipsum leo. tristique tempus Lorem lectus quis,