Mondial U18, 5e journée : La Biélorussie double la Suisse !

292

Lundi 23 avril, la cinquième journée du Mondial U18 concernait les mal classés. Les deux matchs proposés mettaient en effet aux prises les équipes 4e et 5e de leurs poules. La mission était simple : une victoire pour les quarts de finale. Les deux perdants du jour s’affronteront pour ne pas descendre.

Biélorussie 5-4 Suisse
La Suisse, ou l’art de gaspiller… La Nati version U18 avait pourtant parfaitement commencé la rencontre. Dominatrice dans le jeu, elle exploitait la seule pénalité adverse des vingt premières minutes. Avec Grigori Gotovets puni pour faire trébucher, le jeu de puissance helvète ouvrait son compteur après treize minutes grâce à Valentin Nussbaumer. Quatre minutes plus tard, Nico Gross doublait la mise et la Suisse virait en tête, 2-0. La rencontre se renversait en deuxième période. La Biélorussie s’installait pour de longues séquences et commençait à pilonner Luca Hollenstein. Le gardien résistait sur l’accrochage de Janis Moser mais, six secondes après la fin de la pénalité, Vladimir Alistrov servait Ilya Kazyanin pour la réduction du score. L’avance suisse disparaissait à mi-match, ce même duo étant à l’origine de l’égalisation de Vladislav Koliachonok. Tout se jouait dans vingt dernières minutes débridées. Alistrov signait sa troisième passe du jour pour un but de Pavel Azhgirei et le 3-2 biélorusse. La Suisse répliquait quatre minutes plus tard : un but de Stéphane Patry après un surnombre adverse, et, quelques secondes plus tard, le 4-3 signé Mika Henauer. L’entraîneur suisse posait un temps mort pour calmer ses troupes, et la défense tenait bon sur une pénalité de Nico Gross. La Biélorussie finissait en trombe et renversait le match : 4-4 à 58’44 » sur un but de Kirill Levshunov (quatrième assistance d’Alistrov). Et le héros du jour offrait la qualification en quarts à la Biélorussie à douze secondes (!) de la sirène. Vladimir Alistrov, bien sûr !

République Tchèque 9-2 France
Il y auront cru une trentaine de minutes. Des Bleuets concentrés ont tenu le coup face à la République tchèque… avant d’exploser en vol, comme à chaque match depuis le début du tournoi. Un manque d’endurance, de vitesse et de physique qui est une constante face à des formations de niveau bien supérieur. Ce n’est pas sans rappeler la souffrance de l’équipe nationale sénior en 2008 lors de la remontée en élite. En espérant le même dénouement lors de la poule de relégation…
Face aux Tchèques, les Bleuets ont bien débuté, aidés par une faute de Matej Pekar. Ils n’ont cependant pas exploité cet avantage et ont cédé devant Vojtech Strondala. Toutefois, le compteur de tirs n’a pas trop grimpé avant la fin de tiers. Une pénalité contre Michal Kvasnica a même permis à Flavian Dair d’égaliser, assisté de Dylan Fabre et Baptiste Bruche. 1-1 après un tiers honorable, et un Valentin Duquenne solide (14 arrêts). Mieux, dès la reprise, les Français se mettaient en valeur. Ils échouaient à profiter du faire trébucher de Jakub Lauko, mais Pierrick Dubé donnait l’avantage à la France dans ce match décisif pour le maintien. Un avantage de courte durée : 1’31 ». Matis Bourillon concèdait deux minutes sur l’engagement, et les Tchèques égalisaient par Karel Plasek. Un cinglage de Timothé Quatronne annulait une supériorité française suite à un retard de jeu de Matej Blumel. A quatre-contre-quatre, les Tchèques firent parler leur vitesse et Karek Plasek s’offrait un dobulé (3-2). Matej Pekar assommait ensuite les Bleus à quelques secondes de la pause.
Epuisés et un peu sonnés par ce coup du sort, les Bleuets craquèrent en troisième tiers. Les Tchèques marquaient à quatre reprises en huit minutes seulement, par Kvasnica, Adam Gajarsky, Matej Blumel et Kvasnica encore. La France subissait 19 tirs dans ce tiers, et Duquenne devait céder sa place à Adrien Vazzaz. Le portier remplaçant sauvait un tir de pénalité de Lauko, suite à un cinglage de Maxime Bataillé. Il ne pouvait en revanche pas grand chose sur le neuvième but tchèque signé Jaromir Pytlik. La France aurait pu inscrire un troisième but, mais Flavian Dair manquait lui aussi un tir de pénalité à cinq minutes de la fin suite à un faire trébucher de Strondala.

Le duel pour le maintien opposera donc la Suisse à la France. Le match 1 se déroulera jeudi à 11h30, heure locale (8h30 heure française). Le deuxième, samedi à 13h30 heure locale (10h30 heure française). En cas d’égalité, un troisième match décisif se jouera dimanche 29 à 13h30 (10h30 en France).

Comparaison des équipes :
France : 4 buts sur 69 tirs (5,80%) ; PP : 15% ; PK : 83,3% ; pénalités 40 min.
Suisse : 10 buts sur 82 tirs (12,20%) ; PP : 13,3% ; PK : 82,3% ; pénalités 44 min.

Meilleurs joueurs :
France : Pierrick Dubé 2 buts. Timothé Quatronne, Pierrick Dubé et Baptiste Bruche, 2 pts.
Suisse : Julian Mettler et Stéphane Patry, 2 buts. Julian Mettler et Gian-Marco Wetter, 4 pts.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :