Biélorusses et Slovaques se lâchent

154

La victoire de la Suisse rend ce match sans aucun enjeu. La Slovaquie finira cinquième du groupe et la Biélorussie huitième et reléguée. La patinoire est donc peu garnie…

La Slovaquie maîtrise

La Slovaquie ne traîne pas et ouvre le score par Bakoš après seulement dix-huit secondes (0-1). Elle déroule par la suite, mais perd Jurčo après trois minutes, victime d’une sévère charge dans le cercle droit. L’ailier NHL sera de retour quelques minutes plus tard.

Les minutes défilent sans occasion, Kitarov ne parvenant pas à reprendre de près, et Sekera lançant de manière trop excentrée. Il faut attendre la septième minute et une faute de Nagy pour espérer un peu d’action… qui ne vient pas. La Biélorussie ne trouve aucun angle de tir.

À mi-période, la situation s’inverse. Drozd sort, coupable d’une obstruction. La Slovaquie se montre bien plus efficace dans l’exercice. Bakoš reçoit le palet en tête de cercle et expédie une volée puissante vers la cage. Jurčo dévie et porte la marque à 2-0.

Sans forcer, la Slovaquie a fait le plus dur et se contente désormais d’attendre. Elle concède donc quelques occasions, que Rybár maîtrise bien. Mais lorsqu’il s’agit d’attaquer, le favori pique fort, et pousse encore Trus à un double arrêt difficile. Et lorsqu’elle accélère vraiment, elle campe dans la zone défensive biélorusse pendant une longue séquence…

2-0 après vingt minutes, ce n’est pas vraiment une surprise.

Le réveil biélorussie

Grman, auteur d’un faire trébucher, lance le deuxième tiers. La Biélorussie ne parvient pas à exploiter la situation. Le match se poursuit donc, sans occasion majeure de part et d’autre.

Après neuf minutes soporifiques, Jurčo commet une crosse haute. Le jeu de puissance biélorusse, presque trop « scolaire », ne surprend pas la Slovaquie, qui reprend au complet en s’installant durablement en zone offensive. Lisovets finit par être sanctionné de deux minutes pour retenir.

Devant l’indolence slovaque, Kitarov intercepte et fonce seul au but. Son tir en hauteur passe au dessus de l’épaule du gardien, pour un but en infériorité numérique (1-2). Premier point pour Drozd pour son 39e match au Mondial !

Maladroite, la Slovaquie doit même commettre une faute. Sekera bloque contre la bande Kisly et met fin à la supériorité numérique afin d’éviter une nouvelle échappée…

La minute d’avantage numérique biélorusse permet à Levsha de tenter sa chance : Rybár repousse de justesse. Le jeu reste en attaque, et un tir de la bleue, dévié par Levsha, retombe sur Linglet dans l’enclave (2-2).

Vexés, les Slovaques reprennent le chemin de l’offensive. Trus doit sortir un grand écart pour bloquer un tir du cercle droit. Puis, Svitana vendange un 2-contre-1 en manquant sa reprise sur une passe de Bondra. Bondra qui travaille le long de la bande et libère Buc, qui tente un geste entre ses jambes devant le gardien. Le palet vole haut et un défenseur saute presque sur le but pour dégager le palet !

Sur l’action, Khenkel concède un cinglage. Nagy, Krištof, Jurčo combinent, sans réussite. Les jeux sont un peu trop compliqués, et, en dépit de quelques passages dans l’enclave, le palet ne passe pas. 2-2 après quarante minutes, la Slovaquie trépigne.

Les deux équipes se lâchent enfin

Une bonne montée de palet lance bien le tiers slovaque. Trus se déplace de manière rapide sur sa gauche et contre la volée sur une passe transversale pour le plus bel arrêt du match.

Les blancs tournent autour du but, trouvent des décalages mais la finition n’est pas là, à l’image d’une belle action de Svitana. Mais ce n’est pas mieux en face : Drozd patiente et passe devant la cage, seulement pour trouver la barre alors que Rybár était au sol.

Une occasion manquée qui ne pardonne pas. Une minute plus tard, Martin Bakoš, dans tous les bons coups ce soir, récupère un tir contré de Nagy et marque en hauteur (2-3).

Les défenses s’ouvrent. Kovyrshin, planté dans l’enclave, profite du bon travail de Kitarov et Sushko, et trompe Rybár (3-3).

Marcinko, mis au sol, réplique avec un cinglage inutile et laisse son camp à un de moins. La Biélorussie, libérée, décale Vorobei dont le lancer de la bleue plein axe termine au fond des filets, dévié en route par Sekera (4-3).

Les portes s’ouvrent de plus en plus et la Slovaquie ne tarde pas à revenir. Le travail derrière la cage de Nagy et Bakoš finit par revenir sur Jurčo dans l’enclave, qui profite d’une défense en retard et d’un gardien hors de position (4-4).

À cinq minutes de la fin, Hovorka reprend à bout portant un débordement de Krištof (4-5). Une minute plus tard, Ďaloga intercepte et part en échappée. Il est repris et mis au sol : tir de pénalité. Le défenseur fusille Trus entre les jambes (4-6).

Cette fois, la Slovaquie a pris de l’air et termine même le match en supériorité pour un surnombre biélorusse. Le métal prive l’équipe d’un septième but… mais pas longtemps. À 18 secondes de la fin, Jurčo trouve Krištof devant la zone bleue du gardien, pour une reprise en hauteur (4-7).

La Slovaquie a marqué après 18 secondes, et finit par un autre but à 18 secondes : entre les deux, les deux équipes ont fini par se lâcher dans ce match sans enjeu, pour nous offrir une rencontre spectaculaire et de bien jolis buts. De quoi finir sur une meilleure note…

La Slovaquie manque les quarts pour la cinquième fois de suite. La Biélorussie, elle, quitte l’élite pour la première fois depuis 2005. Il y a du travail dans la fédération afin de remobiliser l’équipe, améliorer la formation et devenir enfin plus compétitive en défense et dans les cages…

Désignés joueurs du match : Sergei Drozd (Biélorussie) et Tomas Jurčo (Slovaquie)

Commentaires d’après-match

Sergei Pushkov (entraîneur de la Biélorussie) : « Nos joueurs se sont comportés décemment pendant 55 minutes, mais les Slovaques ont plus de puissance et plus de talent collectivement. […] Nos principaux joueurs viennent du Dynamo Minsk (KHL) qui a été peu performant cette saison. Mais c’est dommage que tous ne soient pas venus dans l’équipe nationale, elle aurait été plus forte. Tout le monde voit à quelle vitesse incroyable ça va ici. C’est vraiment difficile pour ceux qui viennent du championnat du Bélarus de débarquer en championnat du monde. Notre championnat doit devenir plus fort. Quand il y aura du combat  à chaque match, un rythme élevé pendant soixante minutes minutes, alors ça sera complètement différent. Il est clair que nous n’avons pas beaucoup de joueurs potentiels. Il faut démarrer dans les écoles de hockey pour que les joueurs qui sortent des rangs juniors soient plus qualifiés. »

 

Biélorussie – Slovaquie 4-7 (0-2, 2-0, 2-5)
Mardi 15 mai 2018, 16h15. Royal Arena de Copenhague. 4857 spectateurs.
Arbitrage de Jan Hribik (TCH) et Mark Lemelin (USA) assistés de Jon Kilian (NOR) et Brian Oliver (USA)
Pénalités : Biélorussie 8 (2′, 4′, 2′), Slovaquie 12′ (4′, 6′, 2′)
Tirs : Biélorussie 24 (9, 11, 4), Slovaquie 46 (11, 17, 18)

Récapitulatif du score
0-1 à 00’18 : Bakoš assisté de Nagy et Sekera
0-2 à 10’07 : Jurčo assisté de Bakoš et Nagy (sup. num.)
1-2 à 32’24 : Kitarov assisté de Drozd et Falkovski (inf. num.)
2-2 à 35’00 : Linglet assisté de Levsha et Platt (sup. num.)
2-3 à 47’53 : Bakoš assisté de Nagy
3-3 à 48’37 : Kovyrshin assisté de Sushko et Pavlovich
4-3 à 50’18 : Vorobei assisté de Sharangovich et Platt (sup. num.)
4-4 à 51’17 : Jurčo assisté de Bakoš et Nagy
4-5 à 54’57 : Hovorka assisté de Krištof
4-6 à 55’48 : Ďaloga (tir de pénalité)
4-7 à 59’42 : Krištof assisté de Jurčo et Nagy (sup. num.)

Biélorussie (2′ pour surnombre)

Attaquants
Geoff Platt (-2) – Yegor Sharangovich (-2) – Charles Linglet (-2)
Aleksandr Pavlovich (C) – Yevgeni Kovyrshin (+1) – Maksim Sushko
Artyom Levsha – Pavel Razvadovski (-1) – Artyom Kisly
Sergei Drozd (2′) – Aleksandr Kitarov (A) – Artur Gavrus (-1)

Défenseurs
Stepan Falkovski – Pavel Vorobei (-1)
Yevgeni Lisovets (2′, -2) – Kristian Khenkel (2′)
Dmitri Korobov (A) – Nikita Ustinenko (-1)

Gardien :
Vitali Trus

Remplaçants : Mikhail Karnaukhov (G), Aleksandr Materukhin. Réserviste : Ivan Kulbakov (G). Blessés : Roman Dyukov (D), Vladimir Denisov (D), Artyom Demkov (A)

Slovaquie

Attaquants
Ladislav Nagy (A, 2′, +3) – Martin Bakoš (+3) – Tomáš Jurčo (2′, +3)
Marcel Haščák (-1) – Michal Krištof – Marek Hovorka (-1)
Dávid Bondra – Dávid Buc – Patrik Svitana
Lukáš Cingel – Tomáš Marcinko (-1) – Andrej Kudrna

Défenseurs
Michal Čajkovský – Andrej Sekera (C, 2′, +1)
Dominik Graňák (A, 2′) – Marek Ďaloga (+2)
Christián Jaroš (-1) – Martin Fehérváry
Adam Jánošík – Mario Grman (+2)

Gardien :
Patrik Rybár

Remplaçant : Marek Čiliak (G). Réservistes : Denis Godla (D), Juraj Mikúš (A), Pavol Skalický (A)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :