Les trois couronnes surplombent les trois lions

89

Dernière du groupe après quatre matchs joués, la Suède se retrouve dans une situation inédite. Le parcours lui-même est difficilement lisible avec une entrée en tournoi catastrophique marquée par deux défaites face à des adversaires nettement plus faibles (4-3 contre le Danemark, 0-1 contre le Bélarus), une réaction impressionnante face à la Suisse au parcours sans faute jusqu’alors (0-7), puis une nouvelle défaite hier face à la République Tchèque dans un improbable « match de la peur » (2-4). La qualification demeure possible mais elle est loin d’être acquise pour les joueurs de Garpenloev. Il reste tout de même à affronter la Russie et la Slovaquie, et donc aucun droit à l’erreur cet après-midi face à la Grande-Bretagne, la rencontre a priori la plus simple avant d’amorcer les deux grosses difficultés. Pour les joueurs de Peter Russell, sélectionneur à distance, les Mondiaux sont déjà une réussite avec quatre matchs aboutis quant au jeu proposé, et quatre points au compteur. S’il reste trois belles sélections à affronter car la République Tchèque et la Suisse succéderont à la Suède, il n’y a que du positif à tirer et ce jeu totalement libéré pourrait poser des problèmes à une équipe en manque de confiance.

La partie se lance sur un beau tir d’Anton Lindberg saisi en hauteur par Ben Bowns. Ce même Lindberg dévie un palet devant la cage consécutif à un beau mouvement collectif, mais le gardien britannique est vigilant. Même tentative pour Rakell, qui pour sa part ne cadre pas. Les dix premières minutes donnent la tonalité de ce que pourrait être le scénario du match : une équipe britannique décidée à subir, à défendre fort et essayait de partir en contre sur les quelques situations qui seront laissées. Sa première incursion aboutit à une action confuse : déséquilibré par Rakell, Brendan Connolly embarque le gardien Viktor Fasth avec lui derrière la ligne, mais Kirk avait envoyé un lancer dévié par un Suédois dans sa cage sur le même temps. Les arbitres ont pris de longues minutes pour se décider et valident finalement le but britannique (0-1, 07’20). Surprenant, mais les Britanniques prennent ! Liam Kirk devient alors le meilleur buteur du tournoi (5).

Cette avance donne de l’allant aux bleus, avec Lachowicz à la tentative. Lindberg tente de réagir sans succès, puis c’est au tour d’Olofsson de buter sur le gardien. Les adversaires jouent leur chance et O’Connor prend un double lancer sur lequel s’impose Fasth. C’est alors que la Suède se voit offrir la première supériorité du match, appelée contre le joueur d’ECHL (et de Sheffield en fin de saison) Brendan Connolly. Fröden puis Olofsson prennent de très bons lancers mais c’est arrêté. Ce n’est que partie remise car sur l’action suivante Sörensen est servi dans le mouvement et égalise (1-1, 15’18). La pression suédoise s’intensifie et pousse Lachowicz à la faute. Ben Bowns effectue des miracles dans cette session et parvient à maintenir le score à égalité à l’issue du premier acte, où il aura déjà essuyé vingt lancers.

La pénalité est tuée au retour sur la glace, et la Suède se montre rapidement dangereuse avec Lundeström qui récupère un rebond du puck ayant tapé la bande. La Grande-Bretagne réagit avec un lancer de Tetlow et Hammond au rebond. Mais à force de subir, la corde finit par céder. Jonathan Pudas hérite du palet pour marquer son premier but en sélection et donner l’avantage aux siens (2-1, 27’00). L’écart aurait pu être creusé sur un cafouillage entre l’offensive suédoise et la défensive britannique, mais le puck dévié passe devant la ligne. Le gardien réalise encore plusieurs arrêts pour maintenir son équipe en vie, mais il est obligé de s’incliner devant Mario Kempe qui prend de la vitesse dans l’axe et décoche un lancer surprise (3-1, 32’08). L’objectif est alors de ne pas sombrer définitivement dans la partie pour les lions, et Bowns s’y emploie car la domination jaune demeure totale, à l’instar d’un mouvement à trois conclu par Olofsson qui trouve l’extérieur du montant. Les tentatives offensives se comptent sur les doigts de la main, comme O’Connor à la ligne bleue, même si les Britanniques parviennent timidement à ressortir en fin de période.

À l’entame de la dernière période, la Suède est bien décidée à se mettre totalement à l’abri d’un retour, aussi improbable semble t-il.  Pendant que les défenseurs Mark Garside puis Ben O’Connor sont en prison, la Grande-Bretagne tient le choc, notamment grâce à « Bownsy » qui s’impose devant Fröden. De retour à cinq, Duggan veille à ce que Fasth ne se refroidisse pas, sur le premier lancer des siens dans la période, après dix minutes de jeu. Il sera imité par David Phillips et Swindlehurst. Comme dans le tiers précédent, la moindre petite sortie britannique se voit immédiatement sanctionnée : Mario Kempe part en break, Bowns fait l’arrêt mais relâche, laissant le Suédois en profiter pour son doublé (4-1, 52’34). La décision étant faite, Perlini porte le danger dans l’enclave de Fasth, sans parvenir à tromper le gardien des Lakers de Växjö. Même destin pour un superbe mouvement individuel de Kirk.

La Suède ne pouvait pas tout gagner cet après-midi, en revanche elle pouvait tout perdre. Avec de l’application et de la discipline, elle s’est rendue le match facile avant d’aborder les deux rencontres décisives qui l’attendent dans la course aux quarts de finale. Les Britanniques pour leur part auront énormément souffert, mais l’apprentissage du haut niveau passe par là, et ils auront eu le mérite d’éviter le score fleuve qu’ils n’auraient sans doute pas évité dans des temps pas si lointains.

Désignés hommes du match : Mario Kempe pour la Suède et Matthew Myers pour la Grande-Bretagne

Suède – Grande-Bretagne 4-1 (1-1, 2-0, 1-0)
Vendredi 28 mai 2021 à 15h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos
Arbitres : Andris Ansons (LET) et Kristian Vikman (FIN) assistés de Lauri Nikulainen (FIN) et Davis Zunde (LET).
Pénalités : Suède 0’ (0’, 0’, 0’) ; Grande-Bretagne 8′ (4′, 0′, 4′).
Tirs : Suède 56 (20, 22, 14) ; Grande-Bretagne 14 (5, 3, 6).

Évolution du score :
0-1 à 07’20 : Kirk assisté de D. Phillips
1-1 à 15’18 : Sörensen assisté d’Olofsson et Tömmernes (sup. num.)
2-1 à 27’00 : Pudas assisté de Pilut et Wingerli
3-1 à 32’08 : M. Kempe assisté de Sörensen
4-1 à 52’34 : M. Kempe assisté de Sörensen

Suède

Attaquants :
Oscar Lindberg (-1) – Pär Lindholm (-1) – Rickard Rakell (A, -1)
Mario Kempe (+2) – Adrian Kempe (+2) – Marcus Sörensen (+2)
Victor Olofsson – Isac Lundeström – Filip Hållander
Jesper Fröden (+1) – Andreas Wingerli (+1) – Max Friberg (+1)

Défenseurs :
Henrik Tömmernes (C, -1) – Magnus Nygren (-1)
Klas Dahlbeck (A) – Jesper Sellgren
Lawrence Pilut (+3) – Jonathan Pudas (+3)

Gardien :
Viktor Fasth

Remplaçants : Adam Reideborn (G), Dennis Rasmussen, Viktor Lööv. En réserve : Samuel Ersson (G), Nils Lundkvist (D, blessé), Albert Johansson (D), Pontus Holmberg (A), Carl Klingberg (A, genou).

Grande-Bretagne

Attaquants :
Ben Davies – Matthew Myers – Jonathan Phillips (C)
Liam Kirk (-1) – Brendan Connolly (2’, -1) – Robert Dowd (A, -2)
Ben Lake – Brett Perlini (-1) – Mike Hammond (-1)
Rob Lachowicz (2’) – Lewis Hook – Sam Duggan
Oliver Betteridge

Défenseurs :
David Phillips (+1) – Ben O’Connor (2′, -1)
Mark Richardson (A) – Joshua Tetlow (-1)
Paul Swindlehurst (-1) – David Clements (-2)
Mark Garside (2′)

Gardien :
Ben Bowns

Remplaçant : Jackson Whistle (G). En réserve : Jordan Hedley (G), Sam Jones, Dallas Ehrhardt (D), Ciaran Long, Ross Venus, Luke Ferrara (A).

Les commentaires sont fermés.